A.Atundu révèle : « Le dialogue n’est pas une pièce de rechange (…) »

par -
0 2022
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A.Atundu révèle : « Le dialogue n’est pas une pièce de rechange (…) »

*Dans une interview exclusive accordée au Groupe de presse L’Avenir, le porte-parole de la Majorité Présidentielle, l’ambassadeur André-Alain Atundu a affirmé que le dialogue n’est pas une pièce de rechange, c’est un instrument non seulement qui crée une cohésion, mais qui est appelé à moduler la vie en communauté. Il en a profité pour appeler tous ceux qui hésitent encore à rejoindre le Chef de l’Etat sur la voie du dialogue, qui est le seul espace où chacun peut mettre sur la table ses divergences et ensemble dégager une adhésion commune de ce qui nous divise

* Et de poursuivre que les élections sur le plan technique révèlent une série des contraintes incompressibles. Techniquement, il faut faire un appel d’offres, c’est trois ou quatre mois, d’après le standards internationaux ; il faut commander, réceptionner, entreposer, dispatcher, former le personnel, remplacer les infrastructures détruites, entrer dans le fichier électoral pour enlever les morts, ajouter les nouveaux majeurs, relocaliser les personnes déplacées, localiser la diaspora. Et ce, pour éviter la violence postélectorale, consolider la paix et enfin poursuivre les efforts du développement

L’Ambassadeur André-Alain Atundu Liongo, porte-parole de la Majorité Présidentielle s’est livré hier en exclusivité au Groupe L’Avenir, qui avait à l’occasion aligné ses meilleurs journalistes. C’était pour répondre à certaines questions importantes de l’heure, notamment celle de savoir si effectivement le dialogue va tenir ? Qu’est-ce qui vous fait croire que le dialogue résoudra tous les problèmes ? Le dialogue, n’est-ce pas un moyen pour revoir l’ordre institutionnel imposé par la volonté des Congolais à Sun City? N’y a-t-il pas récupération politicienne au lendemain de l’exhortation du Pape François appelant au dialogue ? Que dire de la tendance qu’à la Majorité Présidentielle de suivre les faits et gestes de l’opposition ?

Rien ne bloque le dialogue

Depuis la signature par le Chef de l’Etat de l’Ordonnance n°15/084 du 28 novembre 2015 portant convocation d’un dialogue politique national inclusif, nombreux sont ceux-là qui se demandent qu’es-ce qui bloque la tenue de ce grand rendez-vous ? Et l’ambassadeur Atundu de répondre, rien ne bloque. Il s’agit tout simplement d’un retard technique. « Vous vous souviendrez que toutes les parties prenantes avaient convenu qu’il fallait avoir un Facilitateur international. Et maintenant, nous attendons que Ban Ki-moon désigne un facilitateur pour que le président nomme le Comité préparatoire », dit-il.

Mais vu que les institutions du système des Nations Unies sont en vacances de fin d’année, André-Alain Atundu estime que vu l’urgence du dialogue, même si aux Nations Unies ils sont en période des vacances, elles ne pourront pas dépasser le mois de janvier (…). Ce qu’il faut savoir, explique-t-il, le dialogue est à l’ordre du jour, toutes les parties gardent confiance. Le dialogue est la seule voie pour réunir les divergences ou entreprendre une action commune. Même dans son message, le Président Joseph Kabila a recommandé au peuple congolais d’aller dans la voie du dialogue pour favoriser la cohésion nationale. Tout le monde est convaincu de la nécessité du dialogue et c’est le lieu de saluer la pertinence du Président de la République par rapport à cette initiative reconnue comme indispensable, voir nécessaire.

Pas de récupération politicienne

Dans sa bénédiction Urbi et Orbi, le 25 décembre dernier, le Pape François a exhorté pour le dialogue en Rd Congo. Une certaine opinion estime que la Majorité Présidentielle fait de la récupération politicienne de cette exhortation. Information que ne partage pas ce cadre de la MP, qui dit avoir écrit un article dans les réseaux sociaux intitulé : « La Cenco a raté sa mission apostolique ». Là, indique-t-il, j’ai mis en parallèle le comportement inadéquat de la CENCO et les propos de différents Papes depuis Jean XXII, Paul VI, Jean-Paul II, Benoît et l’actuel qui recommandent le dialogue. D’ailleurs, depuis Jésus-Christ, le dialogue est une valeur chrétienne fondamentale. Donc, il n’y a pas de récupération politicienne. Pour lui, l’évolution des choses démontre aujourd’hui que Joseph Kabila a été bien inspiré de convoquer ce dialogue inclusif. Il en a profite pour appeler à tous ceux qui hésitent encore à emboiter la voie du dialogue, qui est le seul espace où chacun peut mettre sur la table ses divergences et ensemble dégager une adhésion commune de ce qui nous divise. Il n’y a pas d’autres voies que le dialogue, insiste-t-il. D’ailleurs, la sagesse dit : « toute guerre se termine autour d’une table », c’est-à-dire autour du dialogue. Et donc, faisons l’économie des morts. Au lieu de provoquer les troubles pour se retrouver entrain de dialoguer, épargnons la vie de nos compatriotes. On parle de 8 millions des morts, mais personne ne parle des femmes violées, traumatisées, personne ne parle de millions d’orphelins, de millions d’inadaptés sociaux. Grâce au dialogue, nous allons éviter toute cette avalanche de malheur, la démocratie représentera une voie de salut pour le peuple congolais.

Le dialogue diminue la tension

Au cours de cet entretien avec la presse, le porte-parole de la MP était obligé de répondre à la question de savoir, qu’est-ce qui lui fait croire que le dialogue va résoudre tous les problèmes ? D’abord, dit-il, par la nature du dialogue. Le dialogue, c’est l’élément structurant d’une société. Une société qui ne dialogue pas est appelée à disparaitre. De deux, le rôle du dialogue en cas de crise sert d’hypotension sociale. Par ce facteur, le dialogue diminue la tension et le comportement des uns et des autres devient plus constructif pour la cohésion nationale.

A en croire André-Alain Atundu, le dialogue n’est pas une pièce de rechange, c’est plutôt un instrument non seulement qui crée une cohésion, mais qui est appelé à moduler la vie de cette communauté. Soit sur le plan politique lorsqu’il faut entreprendre une initiative, que ça soit sur le plan économique, social, il faut se mettre d’accord pour dégager une voie commune, un consensus. Soit si ça ne va, c’est une voie pour diminuer la tension et permettre aux gens d’aller dans la même direction. Les élections peuvent-elles avoir lieu ? Sont-elles souhaitables ? Oui, répond-t-il. Et de dire qu’à la MP, on est prêt pour toutes les échéances et sa famille politique s’est investie globalement. Les élections sur le plan juridique sont possible, parce qu’avant les échéances, il faut organiser les élections. C’est même une obligation. Maintenant, sur le plan politique, c’est possible, parce que les premières élections étaient politiques, malgré que les conditions n’étaient pas réunies intégralement et nous avons organisé ces élections pour donner l’espoir à notre peuple. Le hic est sur le plan technique. Les élections sur le plan technique révèlent une série des contraintes incompressibles. Techniquement, il faut faire un appel d’offres, c’est trois ou quatre mois, d’après le standards internationaux ; il faut commander, réceptionner, entreposer, dispatcher, former le personnel, remplacer les infrastructures détruites, entrer dans le fichier électoral pour enlever les morts, ajouter les majeurs, relocaliser les personnes déplacées, localiser la diaspora. Nous devons faire cet effort pour trois raisons : éviter la violence postélectorale, consolider la paix et enfin poursuivre les efforts du développement.

C’est ainsi que le chef de l’Etat, lors de son discours sur l’état de la Nation, a dit qu’il ne pourra laisser le résultat des efforts de toute la Nation être hypothéqués par quelques personnages qui refusent d’entendre les souffrances du peuple, de suivre la voix de la raison et d’être sur la voie du Garant de la Nation et de la constitution.

Joseph Kabila a raison et la sagesse est de son côté

Est-ce une contradiction lorsque le Chef de l’Etat dit que la solution aux problèmes des Congolais ne viendra ni de l’Orient ni de l’Occident, mais entre-temps, l’opposition soutient que pour avoir l’argent de la communauté internationale, le Gouvernement est prêt à tendre la main. Est-ce vrai ? Selon l’Ambassadeur Atundu, penser autrement, que ce qu’a dit le Chef de l’Etat, c’est manquer de sagesse politique et de gestion. La solution aux problèmes ne peut venir de l’étranger, ajoute-t-il. Voyez en Afghanistan, les Américains sont là… Mais la solution durable ne viendra que le jour où les afghans vont s’entendre. Voyez le cas de l’Irlande. Les britanniques et les Irlandais se sont battus. Et c’est grâce au dialogue et à l’entente que les deux se sont mis d’accord… Donc, c’est une parole d’une sagesse universelle. Peut-être qu’ils auraient souhaité que cette parole fut dite par Ban Ki-moon ou je ne sais quelle Autorité morale internationale. Aujourd’hui, le Président a raison et la sagesse est de son côté et il n’y a que les Congolais qui peuvent se parler et se comprendre. Il n’y a que les Congolais qui doivent trouver la voie idoine aux problèmes qu’ils vivent. A Sun city, seuls les Congolais ont dialogué. A la Table ronde de Bruxelles, auparavant, ce sont les Congolais. A Antananarivo, la même chose. Donc, les grands moments de notre histoire où l’Etat se trouve toujours en danger face à la balkanisation, l’esprit congolais, la conscience nationale congolaise a toujours pris le dessus. C’est ainsi qu’après la victoire de l’AFDL, il n’y a pas eu éclatement de notre pays grâce à l’effort, à l’engagement personnel de Kabila. Aujourd’hui, nous sommes à un moment déterminant pour notre histoire démocratique. Pour notre développement et notre émergence, il faut que les Congolais retiennent que l’indépendance a été acquise à cause du dialogue, de la cohésion nationale. Le dialogue est un échange de compréhension, d’interpénétration, d’enrichissement.

Tous les sujets peuvent être inscrits à l’ordre du jour

A la question de savoir si le dialogue n’est pas un moyen de revoir l’ordre institutionnel imposé par la volonté des Congolais à Sun City ? ATundu a répondu par la négative. Car selon lui, l’objet du dialogue convoqué par le Chef de l’Etat, c’est le processus électoral. Mais si des Congolais estiment, pour une raison que pour une autre, qu’un sujet autre que celui-là doit figurer à l’ordre du jour, c’est de leur souveraineté, d’autant plus que le dialogue est réputé inclusif, c’est-à-dire, toute la classe politique, tous ceux qui remplissent les conditions sont invités et par ailleurs, tous les sujets qui effleurent l’esprit des Congolais peuvent être inscrits à l’ordre du jour. Evitons de criminaliser l’exercice d’un droit souverain.

Au sujet de la tendance qu’à la MP de suivre les faits et gestes de l’opposition, il rétorque en disant qu’il faut éviter de mélanger les torchons et les serviettes. « La démocratie est un système que nous avons choisi. En dépit de la démocratie, c’est la moralité publique. C’est qui sont chargés de faire appliquer l’expression de la démocratie, c’est le Gouvernement. Et donc, je ne peux pas reprocher à un ministre qui prend une décision salutaire pour sauvegarder la paix sociale, l’ordre public (…) ». Et d’ajouter que ce sont des responsables prévoyant qui veulent éviter au peuple des traumatismes, la litanie des viols, des meurtres, des destructions méchantes. Cela signifie le recul dans le temps, et reprendre pour faire la même chose. Kabila ne détruit pas la nuit pour construire le jour, dit-il.

« Nous sommes des partenaires, c’est-à-dire, des gens qui ont un lien idéologique, soit l’intérêt du Congo. Et nous avons sur le plan intellectuel globalement deux options. Une option de la Majorité qui gouverne et l’option de l’opposition qui voudrait gouverner. D’autant plus que c’est une obligation constitutionnelle que l’opposition puisse suivre la Majorité. Que la Majorité tienne compte de l’opposition. C’est un jeu normal de la démocratie, parce qu’il n’y a aucun Etat au monde où la Majorité ignore l’opposition », termine-t-il.

(Propos recueillis par Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse