Dans une émission Mpo na Ekolo avec Sylvie Bongo: Daniel Ngoyi Mulunda éventre le boa

par -
0 673
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La cause de la contestation des résultats de la présidentielle de novembre 2011 est partie d’un faux et mauvais rapport contre le Gouvernement de la République élaboré par le Centre Carter. Ce dernier financé par First Quatum, une firme pour laquelle le Gouvernement avait résilié le contrat d’exploitation minière. L’entreprise mécontente, constituée des multinationaux  canadiens ont créé un précédent électoral fâcheux entre acteurs politiques congolais jusqu’à présent. En réalité, les résultats proclamés ont été objectifs et sincères parce que Joseph Kabila avait mérité ce qui avait été proclamé par le bureau de Daniel Ngoy Mulunda.

 

Au cours d’une émission diffusée sur CMB Digi, le 18 juillet 2016, dans la matinée, le Président honoraire de la Commission Electorale Nationale Indépendante, Daniel Ngoy Mulunda, a éclairé l’opinion sur plusieurs questions qui ont, à l’époque et à présent soulevé autant de polémiques, quant à la véracité des résultats des urnes de l’élection présidentielle de novembre 2011.

Dédiée en mémoire de son prédécesseur Abbé Apollinaire Malumalu, l’émission présentée par la consœur Sylvie Bongo a tenu en haleine plus d’un analyste et observateur des questions politiques et électorales. S’apprêtant à éditer son livre, le Pasteur Daniel Ngoyi Mulunda, en bon berger ne jure que sur ce qu’il qualifie « La vérité de ma foi en Jésus-Christ».

Parlant des résultats publiés, il précise qu’en bon patriote, la Rdc est en guerre ouverte avec la communauté internationale en ce que, le rapport élaboré par le Centre Carter a été financé par une entreprise canadienne dénommée « First Quantum ». La firme canadienne, après avoir perdu le marché en RDC, a continué à pourfender le gouvernement congolais à travers certaines ONG. « Qui a financé la délégation de Centre Carter en mission en Rdc ? C’est First Quantum, une firme canadienne qui a fait ce faux rapport pour couler le gouvernement de la République. Nous étions en guerre avec la Communauté internationale en ce que la Mission d’Observation de l’Union Européenne avait refusé les résultats de l’élection présidentielle avant même que l’élection n’ait lieu », a dénoncé l’Intendant Méthodiste Mulunda.Il a la conscience tranquille, nonobstant les fausses accusations contre lui, en proclamant les résultats irréels. « Je dors tranquillement et je ronfle même. J’ai la paix du cœur. Je suis tranquille consciemment », a-t-il répondu.

La vérité des urnes

Cette notion consistait seulement à allumer le feu en Rdc, au lendemain de la proclamation des résultats, pour permettre aux multinationaux chassés au Congo d’envahir et piller le pays. « Pour ceux qui m’avaient demandé de réajuster les pourcentages du Président Kabila, je les ai répondu que je n’ai aucun bulletin entre mes mains pour le faire. Il a obtenu 48%, c’est ça les résultats. Je ne peux pas le faire », éclaire-t-il l’opinion.  D’ajouter, qu’il était dans un grand conflit avec la communauté internationale et à l’occasion, il avait répondu à un diplomate britannique de laisser au moins la prérogative aux Congolais de respect leur constitution, eux qui voulaient mettre quelqu’un d’autre en dehors de Kabila. Si le concept délai constitutionnel commence à être évoqué aujourd’hui, pourquoi, se plainte-t-il que hier ils ne l’ont pas fait ? Il n’y a jamais eu d’autres résultats en dehors de ce que j’avais proclamés, le reste c’est pour allumer le feu au pays, dans l’intérêt de multinationaux.

De l’invalidation des candidatures des anciens membres de la Ceni

Beaucoup de choses ont été dites à ce sujet notamment, lorsque la centrale électorale avait invalidé les candidatures de Jacques Djoli, Daniel Ngoyi Mulunda et consorts. Dans son argumentaire, le Président honoraire de la Ceni indique que cette invalidation est justifiée en ce que, ses membres avaient prêtés serment qui court jusqu’en février 2017 et que si aujourd’hui la RDC a des institutions, c’est à l’issue des élections organisées par le bureau Daniel Ngoyi Mulunda. Cependant, il justifie le fait d’avoir postulé par ce que son bureau est jusque-là impayé et qu’il semble être délaissé. Mais ce qui est important, c’est l’amour  qu’il témoigne pour son pays.

Du dialogue au délai constitutionnel

Cependant, en sa qualité de technicien des questions électorales, le dialogue est très important dans ce pays. « Il est claire qu’il est impossible d’aller aux élections cette année. Je vais rester objectif, parce que le Chef de l’Etat sait qu’il est fin mandat ; et que la Cour Constitutionnelle s’est déjà prononcée et qu’il peut dire j’ai l’armée, je reste. Mais, il dit dialoguons parce qu’il est sage et qu’il sait qu’il n’y aura pas d’élection cette année. La Ceni n’organisera pas d’élections ; il n’y a pas de fichier », insiste Daniel Ngoyi Mulunda.

Ainsi, pour tout changement ou participation dans un gouvernement, les acteurs politiques sont tenus de dialoguer. Faute de quoi, conformément à l’article 70, le Président de la République va rester en fonction jusqu’à la remise et reprise effective du nouveau président élu.  Pour Daniel Ngoyi Mulunda, ceux qui favorisent le glissement sont les acteurs politiques dits de Genval à cause de leur radicalisme à tout refuser. « Je les dis clairement, vous refusez le dialogue, vous souhaitez le glissement de fait. Ceux qui refusent le dialogue, c’est à l’avantage du Chef de l’Etat. C’est  pourquoi, beaucoup me détestent parce que je dis la vérité ! », affirme-t-il.

Parlant de l’Abbé Apollinaire Malumalu, il le reconnait en pionnier du processus électoral en Rdc ; un homme de caractère, objectif et correct. C’est dans ça que nous partageons les mêmes valeurs, a-t-il soutenu.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse