Dans une déclaration politique: Le GPI réclame la réouverture du Contentieux belgo-congolais

par -
0 337
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Groupe des Partis Indépendants (GPI), qui a tenu la session ordinaire de son Comité Exécutif élargi au Comité d’Arbitrage, le vendredi 02 Février 2018 à Kinshasa, sous la présidence de son Coordonnateur National, Monsieur Crispin Kabasele Tshimanga, Président National de l’Union des Démocrates Socialistes (UDS), s’est prononcée sur les principales questions de l’heure. Il s’agit de la clôture de l’enrôlement dans les Kasaï, l’imminence de l’organisation des élections, les relations entre la Rdc et la Belgique, etc. Dans cette déclaration politique, le GPI reconnait que la Rdc traverse actuellement une crise politique aiguë due à l’inconscience et l’incapacité de sa classe politique, et estime que le règlement pacifique de ladite crise passe obligatoirement par la réconciliation nationale dans le cadre d’un Dialogue National Inclusif réunissant toutes les forces politiques et sociales nationales avant l’organisation des élections. Ce Dialogue National Inclusif que le GPI appelle de tous ses vœux, devra être axé sur la refondation de l’Etat congolais.

Dans un communiqué signé par Me Cyril Andabi Mandundu, Secrétaire-Rapporteur, le Groupe des Partis Indépendants s’oppose catégoriquement à la tenue, dans les circonstances actuelles, des élections générales projetées par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) aussi longtemps que le Bureau de la CENI n’aura jamais été restructuré de fond en comble en vue de la refonte totale et complète du système électoral mis en place qui ne sert pas à amorcer le développement national étant entendu que ce qui est imposé pour le moment à notre Peuple n’est pas une démocratie représentative populaire mais plutôt une ploutocratie basée sur l’exclusion et devant servir les intérêts de quelques individus assoiffés du pouvoir.

Le GPI rappelle, à cet effet, ses propositions relatives à l’instauration du scrutin uninominal à majorité simple pour les législatives nationales, les provinciales et les sénatoriales ; à la mise en place d’un seul centre de compilation au niveau national rendant ainsi chaque bureau de vote autonome; à l’institution du scrutin proportionnel pour les élections communales et locales ; à la création des circonscriptions à un siège pour les législatives nationales ; les provinciales et les sénatoriales, et à l’organisation en une seule séquence de toutes les élections, de la présidentielle aux locales.

Il  rejette la loi électorale votée dernièrement par les deux chambres du Parlement, soutient la saisine de la Cour Constitutionnelle par quelques députés nationaux et demande, en conséquence, à ladite Cour d’invalider cette loi impopulaire, anticonstitutionnelle, démocraticide, liberticide et contestée par toute la classe politique congolaise. Le Groupe des Partis Indépendants insiste, une fois de plus, pour que l’Accord du 31 Décembre 2016 soit strictement appliqué en vue de décrisper le climat politique et ce, avant la convocation du Dialogue National Inclusif qu’il propose.

Le Groupe des Partis Indépendants (GPI) qui considère que le glissement actuel est une violation flagrante de la Constitution en vigueur, prône l’institution d’une véritable transition d’une durée de trois ans, période pendant laquelle la République Démocratique du Congo sera gérée de manière consensuelle par les représentants    de toutes les forces politiques et sociales nationales et ce, à tous les niveaux, du gouvernement central au secteur. Il condamne les violences qui ont émaillé les marches interdites organisées le 31 Décembre 2017 et le 21 Janvier 2018 par les Laïcs catholiques. Le GPI rappelle que, dans un Etat de droit, la loi s’impose à tout le monde. Par ailleurs, le GPI saisit cette occasion pour présenter ses condoléances aux familles éprouvées lors desdites manifestations.

Le GPI qui œuvre en faveur de la consolidation de la souveraineté nationale, s’oppose aux ingérences étrangères dans les affaires congolaises. A ce titre, le GPI fustige l’attitude paternaliste et néocolonialiste de la Belgique qui s’évertue à donner des leçons de démocratie et de bonne gouvernance quand on sait que la colonisation belge, cruelle et féroce, avait été très mal vécue par notre Peuple et avait fait des nombreuses victimes dans notre pays depuis 1885, faits condamnables qui demandent réparation. Le Groupe des Partis Indépendants (GPI), profitant de nombreuses immixtions belges dans les affaires congolaises, réclame enfin la réouverture du Contentieux belgo-congolais qui n’a jamais été enterré. Ce contentieux concerne la spoliation par la Belgique de plus de 600 sociétés et des biens immobiliers appartenant à l’ex-colonie qui se trouvaient en métropole à la veille de notre indépendance ainsi que le vol pur et simple par le gouvernement belge de l’époque des avoirs congolais logés dans des banques belges.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse