Dans une brève interview

par -
0 1165
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.
  1. Kabasele Tshimanga : « L’UDS se félicite de la sagesse de la Cour Constitutionnelle sur l’administration de nouvelles provinces »

Au cours de sa séance solennelle d’hier mardi, la Cour Constitutionnelle a fixé définitivement l’opinion nationale sur l’administration de nouvelles provinces. Elle a enjoint au Gouvernement de la République de prendre toutes les « dispositions transitoires exceptionnelles pour assurer la continuité des services publics » dans les nouvelles provinces. A la publication de cet avis dûment motivé et qui ne doit souffrir d’aucune contestation, le président national de l’Union des Démocrates Socialistes (UDS), M. Crispin Kabasele Tshimanga, nous a livré ses impressions.

L’Avenir : Monsieur le président national de l’UDS, comment avez-vous accueilli l’avis de la Cour Constitutionnelle relatif à l’administration de nouvelles provinces ?

Crispin Kabasele Tshimanga : Je suis l’homme le plus comblé parce qu’avec cet avis, c’est la position très courageuse de l’UDS qui est rencontrée. L’UDS a été le premier parti politique congolais à prendre clairement position en faveur de la nomination des Gouverneurs de nouvelles provinces et de la dissolution de toutes les Assemblées provinciales arrivées fin mandat depuis quatre ans. Cet avis met également fin aux vides constatés à la tête de nouvelles provinces.

Cette situation non-prévue dans la Constitution a donné lieu à des interprétations erronées de la part des adversaires du démembrement des anciennes provinces. Je peux maintenant m’exclamer : « Vive les nouvelles provinces ! ». J’en profite pour rappeler que l’UDS, mon parti politique, s’est aussi battu contre la tricherie et la violation de la Constitution quand certaines voix proposaient l’élection des Gouverneurs de nouvelles provinces par un corps électoral non-qualifié.

L’UDS se félicite de la sagesse donc de la Cour Constitutionnelle qui vient de combler certaines lacunes constatées dans notre Constitution. Désormais, la voie est enfin ouverte pour la nomination des Gouverneurs de nouvelles provinces ainsi que les membres des Assemblées délibérantes desdites provinces.

N’avez-vous pas peur de la réaction de l’Opposition quant à la nomination des membres des exécutifs et des Assemblées provinciaux de transition ?

L’administration des provinces ne doit en aucun moment être politisée. Dans les présentes circonstances, c’est de la responsabilité du Gouvernement de la République en place de gérer le territoire national du fait qu’il tire sa légitimité du peuple congolais qui a choisi l’actuelle Majorité de le Gouverner. Je rappelle qu’en démocratie comme la nôtre, la Majorité gouverne tandis que l’Opposition s’oppose. C’est clair. Autrement dit, la Majorité ne doit pas se dérober face à ses responsabilités. Refuser d’appliquer la politique pour laquelle elle a été élue ou baisser les bras parce que l’Opposition chahute et la distrait par ses ronronnements. Cela se passe ainsi dans tous les pays démocratiques.

Dans l’application de cet avis de la Cour Constitutionnelle, le Gouvernement de la République va-t-il s’arrêter uniquement au niveau de nouvelles provinces?

Selon mon entendement, ce dispositif devrait également être étendu aux cinq provinces non-démembrées, à savoir le Kongo Central, le Maniema, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et Kinshasa. D’ailleurs, le Gouvernement central devrait en profiter pour désigner de manière temporaire les animateurs de toutes les provinces et de toute la territoriale jusqu’au niveau des secteurs pour y mettre de l’ordre en attendant les élections locales, urbaines et provinciales. Il ne faut pas oublier que la loi sur les autorités coutumières dernièrement promulguée par le chef de l’Etat crée beaucoup de vacances parce que la plupart des autorités coutumières sont concernées.

Votre dernier mot?

Le cas des animateurs de nouvelles provinces est une preuve éclatante que beaucoup de choses doivent être revues dans notre arsenal juridique actuel. D’où l’impérieuse nécessité de tenir le Dialogue national pour aboutir à un nouvel ordre politique dans notre pays.

 

(Propos recueillis par JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse