Pionnier de l’ UDPS:Corneille Mulumba invite Étienne Tshisekedi à rompre avec le Rassemblement de Genval

par -
0 647
Corneille Mulumba est ici interviewé par le journaliste Pius Romain Rolland/Ph. Thierry Kasongo
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Invité du magazine Deux Heures de News sur Rtga World et du journal l’ Avenir, l’un des pionniers de l’UDPS, Corneille Mulumba, est monté au créneau en félicitant les combattants du parti de l’avoir rejoint dans son combat. Lequel combat consiste à soustraire Etienne Tshisekedi des prédateurs politiques, qui veulent se servir de son nom au meeting du 31 juillet, qualifié de meeting marketing pour impulser et propulser le groupe dit « Génvaliste ». Dans sa quête, Corneille Mulumba souligne l’importance du dialogue, de la tenue des élections de la base au sommet, comme cela fut décidé de commun accord à Sun City. Vouloir les élections du sommet à la base dénote de la tricherie occidentale qui consiste à placer leur mentor en opposition de la volonté congolaise. La lutte et/ou le combat de l’Udps ne doit pas être réduit à un seul individu, être de chair et de sang. L’Udps combat pour le bien être de la population et non s’acharner sur la personne de Joseph Kabila. Le faire est une erreur grave.

L’Avenir : M. Corneille Mulumba, quelle est la santé du parti ?

Corneille Mulumba : Comme moi, vous avez observé ce dernier temps que l’Udps avait du mal à parler d’une voix. Vous avez entendu des points de vue différents, divergents, contradictoires que l’opinion a soulevés. Cela a traduit un problème à l’interne. C’est l’une des raisons  pour laquelle nous souhaitons qu’avec le retour du Président Etienne Tshisekedi, qu’un effort particulier soit concentré sur la réorganisation, la restructuration, la redynamisation du parti parce que devant nous, il y a des grands enjeux. L’Udps  a mené un combat de plus de 30 ans, c’est pourquoi à un moment comme celui-ci, que le peuple est désorienté, l’Udps devrait indiquer la voie à suivre forte de son expérience.

Devant nous, il y a des enjeux importants, il y a les élections et l’Udps doit participer à ces élections, les remporter en ayant le maximum des gouverneurs, sénateurs et députés nationaux que provinciaux. Donc, cela implique qu’à l’interne l’Udps doit faire le travail. Pour nous pionniers, notre combat c’est le renforcement de l’Udps à l’interne, que le parti soit en mesure de participer aux élections et les remporter et montrer au peuple congolais la voie à suivre.

Les pionniers, avec leurs idées de restructurer le parti, doivent être mal vus à l’Udps ?

Lorsqu’on mène un combat politique, on ne doit pas avoir peur d’être mal vu à un moment donné. On peut être mal vu aujourd’hui et dans quelques semaines, on vous donne raison, simplement fort de votre expérience politique en ce que vous voyez plus loin que les autres parce que vous avez vécu de choses et vous dites aux gens ce qu’on doit faire. Disons  que le Rassemblement n’apporte rien de bon au pays ni au parti Udps, parce que lorsqu’on se rassemble, c’est autour des idées et objectifs précis. L’objectif ne doit pas être simplement le renversement d’un individu et pour être plus précis, le renversement de Joseph Kabila. Lorsque l’Udps a été créée, Joseph Kabila était un enfant. L’Udps n’a pas été créée en 1982 contre Joseph Kabila, le parti était créé pour changer les conditions de vie des Congolais. C’est ça notre objectif et s’il y a rassemblement, c’est autour de cela, de ces objectifs nobles de l’Udps.

Apparemment à l’Udps, c’est la haine acharnée contre Joseph Kabila. Comment est-ce qu’on peut focaliser le combat politique à la personne du Chef de l’Etat ?

Je ne pense pas ! Ça serait une erreur de ramener un combat noble au niveau de l’individu. Joseph Kabila peut disparaitre aujourd’hui, c’est un être de chair et de sang. Est-ce que le combat de l’Udps va s’arrêter parce que Joseph Kabila n’est plus président de la République ? Non ! Le combat de l’Udps va aller plus loin, nous visons la transformation de notre société bénie de Dieu, avec toutes ses richesses pour que les Congolais ne vivent plus dans la misère. Ça ! C’est au-delà de Joseph Kabila, ça c’est un combat d’un autre niveau. C’est pour cela que nous n’avons (Ndlr Udps) rien en commun avec les amis du  Rassemblement de Genval. C’est pour cela que nous disons, si le président Tshisekedi doit revenir, pas pour faire un meeting qui a pour seul objectif, la promotion de Moïse Katumbi, ça n’a aucun sens. S’il revient pour renforcer, réarmer moralement les combattants, remobiliser pour affronter le débat, Oui ! S’il revient Ok ! Si c’est pour la promotion de Moïse Katumbi, c’est sans intérêt, car nous n’avons rien en commun avec lui, ni le même combat politique ni la même vision. Nous n’avons pas mené le même combat avec Moïse Katumbi.

Apparemment l’Udps a pris l’option de demeurer éternellement dans l’opposition. Il n’y a aucun effort  qui justifie que l’Udps a envie d’accéder au pouvoir ?

Vous ne pouvez pas dire ça ! Si nous menons le combat pour qu’il y ait un vrai dialogue où nous allons nous retrouver entre Congolais, afin de dégager le compromis nécessaires pour éviter le danger qui est devant nous, que ce dialogue soit suivi d’une transition et que nous allons gérer ensemble pour préparer les élections qui sont incontestables, qu’elles soient apaisées, c’est justement pour que l’Udps arrive au pouvoir avec ses députés, ses gouverneurs des provinces, ses sénateurs, ses maires, ses députés provinciaux. C’est ça l’aboutissement logique de l’Udps. Si c’est pour faire de coups d’Etat, de complots contre la nation, nous sommes contre ça, il n’y a pas de place pour l’Udps pour ça ! L’Udps va arriver au pouvoir que si nous passons par la voie des élections. Dans les conditions actuelles, nous organisons ensemble des élections, parce que des élections contestées fragilisent les institutions, les élections contestées fragilisent la démocratie. Nous devons préparer de bonnes élections, avoir le temps de les organiser. Elles sont pour nous, elles ne sont pas pour l’Occident.

Comment justifie l’acharnement d’une certaine opinion à l’élection présidentielle, alors que certaines élections sont négligées à votre parti ?

Le Rassemblement ne vise que la présidentielle. L’Occident ne vise que la présidentielle. Pour quelle raison ? Parce que c’est le Président de la République qui signe et qui engage la nation et le peuple congolais pour des générations. C’est pourquoi à la présidentielle, il y a de l’argent, mais pour les locales, il n’y en a pas. Justement c’est pour leurs propres intérêts. Pourtant à Sun City, ce qui il a été convenu qu’on commence par la base, parce que lorsque vous contrôler la base, vous monter, vous maitriser  le processus. L’Occident ne veut pas, il veut la présidentielle parce qu’il y a la facilité de tricher et faire passer qui il veut. Et donc, lorsqu’on réfléchit en tant que patriote congolais, nous devons savoir que les élections doivent commencer par la base puis monter. Ça c’est la volonté des Congolais et c’est Sun City qui avait dit ça. Ici, le Rassemblement ne vise que la présidentielle parce qu’il est composé de personnes qui viennent de quitter la Majorité il y a quelques semaines  et qui ont quitté uniquement en prévision de se présenter pour prendre la place de Joseph Kabila. Ce qui nous préoccupe à l’Udps, c’est ne pas prendre la place de Kabila. C’est de provoquer les changements qui vont dans le sens des intérêts supérieurs de peuple congolais ; changer ses conditions de vie, faire de ce pays la grande puissance en Afrique, puissance culturelle, économique et sociale.

Le dialogue est annoncé fin juillet et le retour d’Etienne Tshisekedi est annoncé fin juillet. Est-ce Etienne Tshisekedi est physiquement et mentalement prêt à regagner Kinshasa et affronter ces grands enjeux ?

C’est une question que vous devrait poser à son médecin. Qu’est-ce que nous, nous disons ? Si le retour de Tshisekedi, s’il est rétablit pour renforcer Udps nous disons oui ! Mais, si c’est pour  faire le meeting du Rassemblement, l’Udps n’a pas pour mission de fournir la chair à canon pour le G7.

Pourtant, vous étiez avec le G7 à Genval. Pourquoi vous n’avez pas dénoncé cela?       

Les pionniers de l’Udps avaient fait une déclaration renvoyant tout ce qui se faisait à Genval. Nous avons utilisé le mot complot : « les conjurés du château de Genval ». Donc, l’Udps n’a rien à gagner de ce qui s’est passé à Genval et le peuple congolais n’a rien à gagner de ça. Nous disons, si c’est pour renforcer l’Udps pour affronter le débat, le combat, affronter les enjeux et permettre à l’Udps d’avoir une place convenable dans tout l’échiquier politique congolais au lendemain des élections, nous disons oui. Mais si c’est pour venir préparer, contribuer, participer au coup fourré qui se monte pour qu’il n’y ait pas dialogue, alors que Genval dit oui au dialogue, mais en posant des conditions, pourtant que chaque jour qui passe nous rapproche  de la période critique, à ce moment-là tout devient impossible inversement. C’est trop dangereux et nous en tant que Udps nous refusons de participer à ce genre de complot.

Les combattants disent soutenir Bruno Mavungu, vous les pionniers de l’Udps on vous accuse de vouloir le renverser et les propos tenus contre Genval vous ont failli la vie ?

Observez que Brunon Mavungu est parti à Genval 5 jours après les autres. Parce qu’en fait, vous avez à la direction de l’Udps, une autre direction interne, une petite direction conduite par le fils Tshisekedi (Ndlr Félix Tshilombo Tshisekedi) et vous allez constater que chaque fois que nous parlons de cela dans les médias, qui vient nous contraindre si seulement le petit groupe qui travaille pour Moïse Katumbi composé du conseiller juridique d’Etienne Tshisekedi, du Secrétaire national adjoint à la communication et s’il y a un adjoint, pourquoi le titulaire on ne l’entend pas ?  Déjà à l’interne, il y a des gens qui travaillent déjà pour le compte de Moïse Katumbi. Je voudrais que les combattants de l’Udps nous comprennent. Lorsque nous parlons de complot, on ne parle pas en l’air. Ceux qui sont partis à Genval sont allés participer à un théâtre, le jeu était déjà fait avant, le complot était monté avant. C’est le théâtre faire en sorte que l’opposition est réunifiée et qu’à sa tête il y a l’opposant charismatique Etienne Tshisekedi. C’est la première étape. La deuxième étape, le seul est unique objectif, c’est faire la promotion de Katebe Katoto, à partir de ce moment-là, le rôle qu’on peut faire jouer Etienne Tshisekedi est terminé et l’on peut même l’éliminer physiquement parce que s’il n’est pas là, le Groupe des sages sera présidé par Katebe Katoto, le Grand frère de Moïse Katumbi. En ce moment-là, c’est l’ensemble de l’opposition qui est pris en otage par le Rassemblement de Katebe Katoto avec Moïse Katumbi candidat président de la République. C’est pourquoi nous disons, nous ne menons pas le même combat, l’Udps doit mener son combat du dialogue. Lorsque la maison brûle, on ne s’occupe pas de celui qui a mis le feu, mais on s’empresse à l’éteindre. C’est ça que les pionniers de l’Udps, forts de leur expérience, disent au peuple congolais, battons-nous pour l’Udps d’abord, bâtons nous pour le peuple congolais d’abord, nous ne sommes pas là pour servir la chair à canon pour les autres, nous ne menons pas le même combat.

Vous avez dit qu’à l’Udps certaines personnes non qualifiées prennent des décisions, alors que le titulaire ne parle pas. Dites la vérité au peuple congolais, est-ce qu’à l’Udps il y a la démocratie ?

Nous nous battons pour la démocratie. Pour le moment,  qu’est ce qui se passe ? Nous avons créé l’Udps avec toutes les structures démocratiques, les impératifs de la situation font que le combat a été focalisé et centralisé autour la personne d’Etienne Tshisekedi. L’Udps s’était progressivement transformée en mouvement de soutien à Etienne Tshisekedi en tant que candidat président de la République. C’est un atout mais aussi une faiblesse qu’est le parti et si vous négligez, c’est-à-dire votre président peut être élu, mais vous n’avez pas des élus nationaux, locaux, provinciaux. Ces élus sont en fait la machine politique du parti. Le président élu est le président de tous les Congolais, mais le parti est le vôtre en compétition avec les autres partis politiques. Cette transformation du parti en mouvement, il est temps que l’Udps redevienne un parti en ayant toutes les structures.

(Propos recueillis par Pius Romain Rolland )     

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse