Dans un contexte des bars de plein air et de grand trafic

par -
0 541
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les vacances de Noël posent le problème d’encadrement des jeunes

L’encadrement des jeunes pendant les vacances de Noël éprouve généralement les acteurs sociaux, au premier rang desquels les parents. Les jeunes ont besoin d’une bonne éducation, pour se préserver des souillures du monde susceptibles de les désorienter à l’âge adulte. Et cet impératif place les parents à l’avant-plan, quand bien même les conditions de vie seraient hasardeuses.                                                                                                                               A Kinshasa, l’approche des festivités de fin d’année paralyse la vie : préoccupations sécuritaires, grand trafic, embouteillages constants et la vie tourne au ralenti. Le contexte est marqué notamment par le foisonnement des bars de plein air et de la musique à profusion. Beaucoup de parents craignent pour leurs enfants d’être emportés par cette vague et partant, de perdre la tête. Plus d’une fois, en effet, des églises locales ont montré leur limite dans l’encadrement des jeunes, en pareille période. Habituées à organiser des séances de prières à connotation festive à l’approche de fin d’année, la plupart des églises opérationnelles à Kinshasa sont pour l’heure, interpellées par notamment la nécessité de passer à la vitesse supérieure. Ceci pour sortir de la primarité marquée par des préoccupations pécuniaires, et inculquer aux jeunes fidèles la culture de l’individualisation de la lecture de la Bible. Car, estiment maints observateurs, une chose est d’entourer les cultes religieux d’un gigantisme matériel similaire à des productions musicales, une autre de véritablement s’investir à l’élévation de tout homme et de tout l’homme.

Quand l’école ferme ses portes, des associations planifient des activités récréatives  

Les festivités de fin d’années sont pour nombre de mouvements associatifs des moments propices aux affaires. C’est essentiellement pour cette raison que des activités comme des excursions, des soirées dansantes sont organisées au premier bond. Sur des affiches pleins les murs et des banderoles, l’accent est souvent mis sur le côté jouissance sexuelle. Les organisateurs qui ne manquent pas d’imagination pour se renflouer les caisses, conçoivent des annonces portant des clichés propres à exciter les instincts. Ces moments dits d’évasion où interviennent des sponsors, permettent à beaucoup de jeunes (filles et garçons confondus) de rompre la pudeur, banalisant du fait même certaines observances inculquées en famille : l’alcool, la drogue, la cigarette, etc.               Les vacances de Noël offrent également une aubaine aux tenanciers de vidéo publique (jadis des salles de cinéma), qui rêvent d’accroître le taux d’assistance. Ainsi, profitant du laisser-faire de l’autorité, beaucoup proposent des films qui ne tiennent pas nécessairement compte des attentes du public, au regard des normes morales.

Les acteurs sociaux : l’impératif d’aider les vacanciers à garder l’espoir…

En somme, les vacances de Noël débutent, tandis que les écoles et les jeunes vacanciers gardent mutuellement l’espoir de passer dans la quiétude ces moments prévus dans le calendrier scolaire, pour reprendre début janvier leurs activités. Il est, de ce fait, souhaitable que les parents et d’autres acteurs sociaux s’assument, en proposant aux intéressés des cadres répondant à l’éclosion d’une nouvelle citoyenneté (pour le Congo de demain). Des activités éducatives comme des séances de lecture en famille ou en salles publiques, des débats ouverts, des vidéos-forums, des colonies de vacances devraient intéresser un grand nombre de parents, soucieux du devenir de leurs rejetons. Dans la commune de Kalamu, le Centre des jeunes de Matonge propose des programmes d’encadrement aussi bien des couples que des jeunes, comme le témoigne le directeur provincial de la Ligue Pour la Lecture de la Bible, LLB, le Rd pasteur Patrick M’Pezo N’Seke. « Pour esquiver cette vague ou en atténuer les effets, la LLB organise des réunions mensuelles des couples mariés et fiancés, animées par de spécialistes chrétiens, le 4ème dimanche du mois, de 16 à 18h30, au A5 de la rue Bonga à Matonge. Des thèmes très attrayants sont développés, et des moments de partages d’expériences. Il ya aussi des camps bibliques selon des tranches d’âges. Nous disons aux couples : n’attendez pas que les conflits surviennent pour les résoudre. Car cela risque d’être plus forts que vous, jusqu’à vous déstabiliser. Le mieux serait de les prévenir.(…) », a-t-il dit.

(Payne)   

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse