Dans un arrêté publié: Paris gèle les avoirs du Général Mundos, Gédéon Kyungu, Guidon Shimiray et Lucien Nzambamwita

par -
0 269
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les avoirs en France d’un général de la République démocratique du Congo et de trois chefs miliciens, accusés jeudi par l’ONU de violations des droits de l’homme, ont été gelés hier dimanche, selon un arrêté paru au Journal officiel français. “Les fonds et ressources économiques” qui appartiennent au général Muhindo Akili Mundos, 45 ans, à Guidon Shimiray Mwissa, 37 ans, Lucien Nzambamwita, alias André Kalume, 51 ans, et Gédéon Kyungu Mutanga Wa Bafunkwa Kanonga, 43 ans, “font l’objet d’une mesure de gel”, d’après le texte de l’arrêté, daté du 2 février, indique l’Afp.

Soulignons que le Comité des sanctions de l’ONU a ajouté jeudi ces quatre personnes à sa liste, précise l’arrêté. Pour les Nations unies, les quatre hommes “représentent une menace pour la paix, la stabilité, et la sécurité” de la RDC. L’ONU reproche au général congolais d’avoir soutenu des “massacres” de civils perpétrés par de présumés miliciens ougandais musulmans des Forces démocratiques alliées (ADF) qu’il était supposé combattre dans l’Est de la République démocratique du Congo entre 2014 et 2015.

Selon le document des Nations Unies dont l’AFP a eu copie, Guidon Shimiray Mwissa est accusé de recruter “des enfants soldats” au sein de sa milice NDC-R, Gédéon Kyungu, d’être “impliqué dans de graves atteintes aux droits de l’homme” au Katanga, et Lucien Nzambamwita est un chef militaire des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Le Général Mundos et Gédéon Kyungu Mutanga figuraient déjà sur une liste de neufs Congolais contre lesquels l’Union européenne avait annoncé des sanctions en 2017.

L’arrêté de gel des avoirs en France est une mesure transitoire pouvant aller jusqu’à six mois, permettant d’attendre l’entrée en vigueur des mesures au plan européen, selon l’arrêté. L’Est congolais est déchiré par des conflits armés depuis plus de vingt ans. Des milices locales et étrangères se battent pour le contrôle des zones riches en ressources naturelles.

Il y a peu, le porte-parole de la Majorité Présidentielle, André-Alain Atundu avait indiqué à la presse que du point de vue moral, les sanctions dites ciblées, qu’elles soient des Nations Unies, de l’Union Européenne ou de certains pays sont inadmissibles, car elles tentent d’écarteler la conscience du citoyen entre son devoir d’Etat et ses intérêts personnels. Une telle initiative est une tentative déclarée de mettre fin à toutes les valeurs qui fondent le peuple, l’Etat et la conscience nationale.

Dans le cas d’espèce, ce genre de sanctions constitue une pression immorale sur un responsable dans le but de l’amener à renier son engagement à défendre son peuple. A l’en croire, tout responsable, normalement constitué, placé en pareille circonstance, choisit la sauvegarde des intérêts de l’Etat et le respect de la volonté du peuple.  C’est pourquoi, pour la Majorité Présidentielle, ces dignes fils de la Rdc sont considérés comme des martyrs de la démocratie tombés sur le champ d’honneur de la défense des intérêts de la Patrie.  Ils doivent bénéficier de toute la sollicitude et de la protection de la patrie.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse