Dans son message intitulé « le peuple congolais crie sa souffrance » La CENCO encourage le calendrier électoral

par -
0 537
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les évêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) étaient hier lundi 27 novembre au Centre Interdiocésain de Kinshasa, devant la presse nationale et étrangère. Les princes de l’église ont, au cours de cette conférence de presse, donné leur avis par rapport à la situation politique actuelle en République Démocratique du Congo. Malheureusement, Utembi et consorts ont encore une fois de plus démontré à la face du monde leur acharnement contre le règne du chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange. Ce dernier, qui attend offrir au peuple congolais ses plus belles élections en vue d’une alternance politique pacifique.

« A vous Monsieur le Président de la République, considérant votre charge de garant de la Constitution et du bon fonctionnement des institutions de la République, nous vous exhortons à rassurer l’opinion par une déclaration publique que vous ne serez pas candidat à votre propre succession… ». C’est ici que les évêques de la CENCO, dont leurs discours sont souvent applaudis par les politiciens de l’Opposition radicale, ont renoué avec leurs menaces à l’endroit du chef de l’Etat. Menaces car, lors de son dernier discours à la nation, Joseph Kabila s’est exprimé en homme démocrate qui ne veut pas que le Congo explose un jour à cause de son nom. Il a promis et continue de promettre un climat de paix jusqu’à la tenue des élections et à l’investiture ou installation de son successeur. Quel est cet autre message fort que doit lancer le Raïs pour que les évêques, qui se prennent comme les mieux habilités pour parler à la place des congolais, se sentent apaisés ? Un acharnement, car tout le peuple congolais, tout comme son président Joseph Kabila, pensent que la CENCO est venue réveiller un chat qui dort.

Non ! Le peuple congolais n’a plus besoin des discours fâcheux, pointant du doigt un seul individu. La CENCO, tout comme le Rassop/Limete, cherchent à tout prix la tête de Kabila. L’intitulé du message d’hier : « le peuple congolais crie sa souffrance », prouve à suffisance que les pères de l’église ont désorienté le débat. Ils ont fait signer des hommes d’Etat en décembre 2016, mais ils ne parviennent pas eux-mêmes à comprendre ce que veut cet accord. Ce, à cause d’une bande des politiciens qui se font meilleurs que les autres, et qui pensent que sans eux, cet accord n’aurait pas été signé. Qui en RDC, ignore le radicalisme de Joseph Olenghankoy, mais aujourd’hui président du CNSA. Qui d’autre peut refuser Bruno Tshibala Nzenzhe, grand compagnon de lutte du Feu Etienne Tshisekedi Wa Mulumba ? La ligne reste du moins longue. Mais aujourd’hui la CENCO s’attache à des politiciens qui ne pourront pas résoudre la crise, s’il y en a, en République Démocratique du Congo. Des jeunes politiciens, comme Kabund Tshisekedi et consorts, qui se bombent les torses pour prétendre être les vraies causes de l’Accord de la Saint Sylvestre.

Une église qui a quitté le milieu pour un camp

« La mise en œuvre de cet accord a subi de graves entorses. Cet art d’embrouiller les choses a sensiblement entamé la confiance et a donné lieu au scepticisme entre acteurs politiques, et dans le chef des congolais vis-à-vis de la classe politique et des institutions de la République. Dès lors, le peuple est désemparé ». Si la CENCO savait qu’on devait arriver à ce niveau, quel rôle devrait-il encore jouer pour ramener tout le monde à la raison. C’est sa position partisane, attachée au Rassop/Limete, qui a divisé même le peuple.

« La CENCO a dit ceci, la CENCO a dit cela », c’est ce qui raconte dans les rues de Kinshasa comme ailleurs. Dans leurs églises, mêmes les fidèles tentent de se diviser. Heureusement que le nom du Christ le rassemble. Quel berger peut vouloir perdre facilement une brebis ?

A ce stade, les évêques devraient rester dans le cadre de leur mission pastorale, que de continuer à suivre une politique qui ne veut plus d’eux.

Ils soutiennent quand même le calendrier électoral

« A nous tous congolais, prenons conscience que nous sommes souverain primaire, prenons connaissance du calendrier électoral, demeurons vigilant et assurons les suivis des garanties et des dates péremptoires du calendrier pour les faire respecter, participons activement au processus électoral ». C’est cet extrait qui ne satisfait peut-être pas les protégés des évêques, qui ne reconnaissent même pas ce calendrier électoral, promettant même une marche pacifique, bien qu’interdite par le gouvernement provincial, ce 30 novembre pour dire non au calendrier électoral publié par la Commission électoral national indépendante (Ceni). Malheureusement, la CENCO dans sa conférence de presse d’hier n’a pas recadré les radicaux, tout en leur tirant les oreilles afin de ne plus faire couler le sang des congolais. L’obéissance envers les autorités établies est très importante pour les chrétiens. C’est cette interpellation qu’Utembi, Ambongo, Nshole et autres pouvait prêcher au Rassop de Felix Tshisekedi.

Aux élus de la République, les pères de l’église les appelle à adopter avec diligence les lois justes qui garantissent la tenue des élections, assurer le contrôle de l’exécution du budget concernant les élections.

Au gouvernement, cette institution de l’église catholique appelle au respect des libertés des manifestations publiques telles que prévues dans la Constitution, publier de préférence, avant la fin de l’année 2017, le plan de décaissement des fonds destinés à la Céni en toute transparence, poursuivre la mise en œuvre et le parachèvement des mesures de décrispation du climat politique et de veiller à la sécurisation du processus électoral.

A la Ceni, de rassurer à la population son indépendance et sa neutralité. Enfin à la communauté internationale, la CENCO l’exhorte à accompagner le peuple congolais à faire respecter la mise en œuvre du calendrier électoral selon son chronogramme, et faciliter la tenue des élections en 2018 par un appui financier et logistique nécessaire à l’accomplissement des opérations préélectorales et électorales.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse