Dans son bilan de l’année 2015

par -
0 708
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Monusco dénonce le recrutement et l’utilisation d’enfants

La section Protection de l’Enfant de la Monusco a documenté 2O55 enfants séparés ou qui se sont échappés des groupes ou forces armées, au cours de l’année 2015. Ce rapport a été publié lors de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies du mercredi 27 janvier 2016.

Ces chiffres représente plus du double des données enregistrées l’année au cours de l’année 2014. 1030 enfants reflètent d’une part, l’effectivité des opérations militaires, des actions entreprises par la section et ses partenaires gouvernementaux, de l’ONU et la société civile pour mettre fin au recrutement des enfants et, d’autre part, le désir des enfants de quitter la vie militaire pour regagner la vie civile, une vie et un environnement appropriés pour leur épanouissement et leur développement. Parmi les 2055 enfants séparés des groupes armés, 130 étaient des filles.

En effet, les principaux groupes armés responsables du recrutement des enfants en RD Congo sont le FDLR (891 enfants), Rahiya Mutomboki (288 enfants) et Nyatura (232 enfants). Parmi ces enfants séparés, 488(incluant 26 filles) auraient étté recrutés en 2015 par les mêmes principaux auteurs soit, le FDLR (219 enfants), Rahiya Mutomboki (89 enfants) et Nyatura (69 enfants).

Au recrutement des enfants dans les groupes armés, s’ajoutent d’autres types de violations graves des droits de l’enfant. Il s’agit des violences sexuelles, des meurtres, des mutilations et des enlèvements. 262 cas de violences à l’encontre de filles, ont été documentés dans les provinces affectées par le conflit. Les principaux auteurs de violence sexuelle à l’encontre d’enfants sont les FRPI (67enfants), les combattants des Rahira Mutomboki (33enfants) et des Mayi-MayiSimba (27 enfants). Certains agents de l’Etat sont également responsables de 35% de cas des violences sexuelles documentés. Selon ce rapport, 80 enfants ont été tués dont (53 garçons et 27filles) et 56 sérieusement blessés 43 garçons et 13 filles, par les parties au conflit, et principalement par les combattants des ADF.

Durant les deux derniers mois de l’année précédente, au moins cinq enfants, y compris deux jeunes filles, ont perdu la vie sur les champs de bataille. Ce bilan dressé pour l’année 2015, interpelle et vient réitérer l’impact négatif des activités des groupes armés sur les enfants. La section Protection de l’Enfant dénonce fermement le recrutement et l’utilisation des enfants. Elle enjoint tous les groupes armés de mettre un terme à tels agissements et de procéder sans condition à la libération des enfants qui se trouvent encore dans leurs rangs. En outre, la section exige que les auteurs de recrutement est toutes autres violations graves des droits de l’enfant soient mis aux arrêts, et traduits devant les instances de justice compétentes.

(Clémence Kilondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse