Dans « Mokolo nakokufa»,Tabu Ley tranche :

par -
0 686
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« Après la jouissance terrestre et l’amour-propre, c’est le néant »

« Mokolo nakokufa » (entendez : le jour où je mourrai), est l’une des chansons dont la richesse thématique a laissé transparaître la personnalité de l’auteur, dans la deuxième moitié de la décennie soixante, sous l’accompagnement de l’Africa Fiesta. Pascal Tabu Rochereau, avant de devenir plus tard Seigneur Ley (voir photo) a rappelé que la mort est un tout en tous. Les gens se font des soucis dans la vie courante, certes, en fonction du statut voire de leur identité. Bien des auteurs de chansons ont projeté des moments post-mortuaires, chacun dans leur langage particulier, et tout pour prêcher sagesse. Dans « Mokolo nakokufa », en effet, l’auteur démontre que c’est peine perdue que de joindre passion à la jouissance terrestre. Car au-delà de l’amour-propre, c’est le néant, affirme-t-il. « Nakanisa Ida, mwasi oyo nabala, nakanisa bana, ban’oyo na bota, nakanisa bapasi nionso oyo namona, nasepela kaka mpasi ya mokili ezali kotikala, mokolo nakokufa ». (Traduire : Je pense à Ida, la femme que j’ai épousée, je pense aux enfants que j’ai engendrés, à toutes les difficultés que j’ai endurées, et me délecte d’être libéré de l’emprise des souffrances de cette vie).

La ville province de Kinshasa a organisé, vendredi 28 novembre 2014, une messe de suffrage ‘hommage Ley’ en la Cathédrale Notre Dame du Congo de Lingwala. C’était l’an 1 de la disparition de cette icône de la musique congolaise. Dans son homélie, en effet, l’officiant a souligné notamment l’immense héritage musical légué par Tabu Ley à la postérité, par ses textes, ses chansons qui sont restés des modèles. Créateur, compositeur, musicien, Rochereau Tabu Ley l’a été. Et d’ajouter : « Humaniste, homme de cœur fragilisé par la maladie, il a laissé des empreintes remarquables et a joué un rôle important dans l’histoire musicale de son pays et dans le monde. Les artistes ne meurent jamais. Il est entré dans le pathéon… », a-t-il souligné.

Texte de la chanson :

Mokolo mosusu, ngai nakanisi, naloti lokola ngai nakolala, aa mama aa, mokolo nakokufa a

Mokolo na kokufa nani akolela ngai, nakoyeba te o, tika namilela, liwa ya mboka soki pe liwa ya zamba, liwa ya pasi soki pe liwa ya mayi o, mama aa, mokolo nakokufa

Mokolo nakokufa ngai moto ya mbongo, nakanisa falanga mingi oyo nabomba, nakanisa lopango na ba camions, nakanisa bana ngai natinda na poto, mama aa, mokolo nakokufa.

Mokolo nakokufa ngai moto ya pauvre, nakanisa Ida, mwasi oyo nabala, nakanisa bana, ban’oyo na bota, nakanisa bapasi nionso oyo namona, nasepela kaka mpasi ya mokili ezali kotikala, mokolo nakokufa.

Mokolo nakokufa ngai moto ya kwiti, nakanisa kopo ya masanga na ngai, nakanisa mingi kaka suka ya sanza tango namelaka ngai na baninga, a a mama aa, mokolo nakokufa.

Mokolo na kokufa ngai mwasi ya ndumba, nakanisa mingi kaka perruque na ngai, nakanisa nini kaka bilamba na ngai, nakanisa kak’Africa Fiesta etikala mama aa, mokolo nakokufa.

Traduire

Un jour, j’ai pensé et rêvé comme si je dormais, quand je ne serai plus.

Quand j’arrêterai de vivre, moi, je ne sais qui versera ses larmes sur mon sort. Alors laissez-moi pleurer, ne sachant pas si ce sera au village ou en forêt, de suite de la douleur ou dans l’eau. Ô, le jour de ma mort.

J’ai vécu en homme riche, je ne sais quand je mourrai. Je ne pense qu’à mes biens immobiliers, aux véhicules et aux enfants que j’ai fait voyager pour l’Europe. Ô, le jour de ma mort.

J’ai eu une existence d’homme pauvre, et ne sais quand j’arrêterai de vivre. Je pense à Ida, la femme que j’ai épousée, je pense aux enfants que j’ai engendrés, à toutes les difficultés que j’ai endurées, et me délecte d’être libéré de l’emprise des souffrances de cette vie. Ô, le jour de ma mort.

A ma mort, tout alcoolique que j’ai été ma vie durant, je pense à mon verre de bière d’ordinaire. Je pense surtout à la chaleur du groupe d’amis avec qui partageais des moments de gaieté à la fin du mois. Ô, le jour de ma mort.

Ma vie a été celle d’une femme libre. Quand je quitterai la terre des humains, je ne sais. Perruque et garde-robes, je vais tout laisser. Je me préoccupe surtout de ce qu’Africa Fiesta reste. Ô, le jour de ma mort.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse