Dans le cadre de la Journée internationale d’actions pour les rivières: La CORAP appelle Félix Tshisekedi à considérer l’assainissement et la gestion des rivières

par -
0 755

Le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo est appelé d’insérer dans son programme des 100 jours, l’aspect assainissement et gestion des rivières dans la ville-province de Kinshasa, et à travers toute l’étendue de la République démocratique du Congo. C’est ce qu’indique un communiqué des membres de la Coalition des organisations de la Société civile pour le suivi des réformes et de l’action publique (CORAP), œuvrant dans le domaine de la gestion des rivières et de l’assainissement.

Lequel communiqué est publié en rapport avec la célébration de la Journée internationale d’actions pour les rivières célébrée le 14 mars de chaque année. A cette occasion, la CORAP recommande également au Gouvernement de la République de doter les 26 provinces du pays des moyens matériels et financiers pour l’efficacité de leurs actions dans la gestion durable des rivières.

Mais aussi, de promouvoir la gestion participative des déchets qui ont un impact direct sur les rivières, à travers toute l’étendue de la Rdc en impliquant les organisations de la Société Civile ; et de réhabiliter les brigades d’hygiènes et d’assainissement.

Ce vœu de la Société civile est exprimé à la suite du constat selon lequel, l’assainissement des rivières à travers la ville de Kinshasa est dans un état déplorable avec une présence remarquable des déchets ménagers solides (plastiques, métaux, etc.). Après analyse du contexte du secteur l’eau et assainissement, les organisations membres de la CORAP ont eu à déceler la problématique de la gestion des rivières dans la ville de Kinshasa.

Notamment par la présence remarquable des matières plastique dans les rivières ; les constructions anarchiques des maisons le long des rivières ; la promiscuité des riverains dans les parcelles ; l’insuffisance criante des décharges de transit ; l’absence de l’éducation environnementales des populations riveraines sur la gestion des déchets ; le manque d’une attention soutenue des autorités tant nationales que provinciales sur la gestion durable des rivières ; et la faible vulgarisation des lois sur l’eau et sur la protection de l’environnement.

C’est ainsi qu’après constat et analyses, ces organisations de la Société civile a recommandé au Gouvernement provincial de Kinshasa de susciter la volonté politique dans le domaine d’assainissement de la ville-province. Mais aussi, de réadapter le RATPK aux réalités du terrain et de la doter des mayens de sa capacité ; et de sensibiliser régulièrement la population sur la gestion des déchets qui a un impact direct sur la gestion des rivières dans la ville de Kinshasa.

L’Hôtel de ville de Kinshasa est également invité de réhabiliter les brigades d’hygiène et d’assainissement ; de mettre en place la police de gestion des rivières ; de construire des décharges de transit à travers la ville et d’aménager et entretenir le centre d’enfouissement et de décharge final au quartier périphérique de Mpasa dans la commune urbano-rurale de la N’Sele à l’Est de la capitale.

Quant aux organisations de la Société civile elles-mêmes, elles sont engagées entre autre, à sensibiliser régulièrement la population sur la gestion durable des rivières ; à vulgariser la loi sur l’eau et sur la protection de l’environnement ; et à créer une dynamique communautaire sur la problématique d’assainissement et de la gestion des déchets solide, plastique et ménagers.

Lepetit Baende

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse