Dans deux Arrêtés signés par Thambwe Mwamba: Huit Mulongo et 33 autres prisonniers amnistiés

par -
0 388
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Alexis Thambwe Mwamba a signé hier jeudi 22 février un Arrêté autorisant la libération conditionnelle de 33 personnes accusées pour des faits insurrectionnels, faits de guerre et infractions politiques. Outre ces 33, un deuxième arrêté annonce la libération de Huit Mulongo, Directeur de cabinet de l’opposant Moïse Katumbi. Ce dernier qui se trouve encore en Belgique pour des soins médicaux. L’annonce de ces libérations en masse a été faite par le ministre Thambwe Mwamba au cours d’un point de presse qu’il a lui-même animé hier jeudi dans son cabinet de travail.

« Je viens de signer, ce matin, un Arrêté dans le cadre (duquel) j’ai ordonné la libération de 33 personnes. Ces personnes devraient pouvoir être mises en liberté dans un délai de 48 heures, le temps de terminer les formalités dans les établissements dans lesquels elles se trouvent », a-t-il indiqué.

De souligner que cette libération en masse qui intervient d’ici demain entre dans le cadre de la décrispation politique voulue par l’Accord politique signé le 31 décembre 2016 à l’issue des négociations du centre interdiocésain de Kinshasa, facilité par la CENCO.

Au ministre de la Justice d’ajouter qu’il s’agit d’une réponse à la liste lui soumise par la commission technique qui travaille pour la décrispation. Dans laquelle liste-l’on retrouve les noms des personnes qui pouvaient être libérées.

Pour Huit Mulongo, Thambwe Mwamba précise : « le temps que cet Arrêté arrive à Lubumbashi, il sera mis en liberté. S’il veut aller se faire soigner à l’étranger ou à Lubumbashi, il pourra le faire ». De rappeler que ce collaborateur de Moïse Katumbi a été arrêté pour détention d’armes et munitions de guerre, et condamné à trois ans de prison.

Diomi et Muyambo ne sont pas libérables

Quant à Eugène Diomi Ndongala et Jean-Claude Muyambo, le ministre a fait savoir que ces noms ne sont pas dans cette liste lui remise par la commission technique qui travaille sur la décrispation.

Pour Thambwe Mwamba, les deux personnalités ne seront pas libérées aujourd’hui ou demain. La commission chargée d’examiner les dossiers des deux détenus ont  jugé ces derniers non libérables.

« Monsieurs Diomi et Muyambo ne sont pas sur la liste des personnes libérées. Si nous les  libérons par exemple, il va falloir libérer tous les autres prisonniers qui ont été condamnés pour les mêmes faits et ça serait justice. Je voudrais vous confirmer que les dossiers de Diomi et Muyambo ont été examinés à plusieurs reprises et la commission a conclu qu’ils ne sont pas libérables ni aujourd’hui ni demain », a dit le ministre.

La Justice à la recherche des initiateurs des marches des catholiques

Toujours dans ce même point de presse, le ministre Thambwe Mwamba a abordé le point concernant la recherche des responsables du Comité Laïc de Coordination (CLC), initiateurs des marches des chrétiens catholiques. Des manifestations non pacifiques qui ont causées plusieurs dégâts matériels surtout du côté de la Police Nationale Congolaise, puisque attaquée par des manifestants, mais aussi des pertes en vies humaines de quelques marcheurs.

« On ne peut pas interrompre les poursuites pour les gens qui ont été invités par la police et qui ne se sont pas présentés », a dit le ministre de la Justice. Au ministre de poursuivre que ces responsables du CLC sont en cavale, alors que des mandats d’arrêt ont été lancés contre eux.

« Ils sont en cavale parce qu’ils ne se sont pas présentés devant la police (…),  si la police vous invite et que vous ne vous présentez pas, vous fuyez vous-même, ça veut dire qu’il y a quelque chose qui ne va pas », a-t-il déclaré.

Ainsi, la signature des Arrêtés portant libération de ces personnes accusées de plusieurs griefs vient renforcer le processus de la décrispation politique dont beaucoup pensent que cela se fait à compte-goutte. Pour les cas jugés emblématiques comme Diomi et Muyambo, Thambwe Mwamba s’en remet à la Justice, car l’on risque de toucher à certaines sensibilités des familles victimes qui attendent réparations.

(Bernetel Makambo )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse