Dans certains coins de la capitale: L’absence d’électricité perturbe l’enrôlement des électeurs

par -
0 506
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Entre la puissance et le potentiel énergétique que renferme la République Démocratique du Congo face à sa distribution aux abonnées par la Société Nationale d’Electricité (Snel), le fossé est profond. Le cas de le dire, la Société qui a en charge la vente de l’électricité en Rdc, n’est plus à la hauteur des attentes de la population. Cette dernière vit le calvaire de l’absence totale de l’électricité, mais elle est contrainte au paiement des factures de l’électricité non consommée. Non seulement, elle ne consomme pas, elle est contrainte aux dépenses extra-ménagères telles l’achat de braises non programmé, la perte de vivres congelés, l’achat de bougie, etc. D’ailleurs, les bougies ont endeuillé plusieurs foyers à Kinshasa.

Le cas qui nous intéresse ici, c’est le fait que nombreux sont les populations de  la commune de Barumbu, précisément Centre d’inscription de Charles Lwanga, qui ont été privées se s’enrôler faute de l’électricité. Ainsi, les électeurs venus depuis tôt le matin n’ont pas pu s’enrôler. Que des lamentations et jérémiades de la part de la population, vociférant contre la République et les autorités de la SNEL. Cette dernière, constate-t-on une fois de plus, s’illustre par des coupures d’électricité tôt le matin, soit aux environs de 5h30’ pour la rétablir vers 0h00, soit à 1heure du matin, pendant que les paisibles citoyens s’endorment.

L’opinion nationale s’interroge sur le bienfondé de rétablir l’électricité au-delà de minuit et la couper pendant que les citoyens dorment encore ? En quoi sert-elle ? Surtout lorsqu’elle n’est pas au service de la population qui ne cesse de se lamenter et ne sait à quel saint se vouer.

Et ce, pendant cette période du processus électoral, enclenchée depuis le 31 juillet 2016 à la première aire opérationnelle du nord Ubangi, puis lancé officiellement le  dimanche 28 mai 2017, avec l’enrôlement du Premier Citoyen de la République, Joseph Kabila Kabange au Centre d’inscription de l’école primaire de la Gombe. Quatre autres Communes avaient officiellement ouvertes les portes notamment Lingwala, Barumbu, Kinshasa et Gombe. Depuis, bien que le processus d’identification et enrôlement avait attiré le monde, 16 jours après le lancement officiel à Kinshasa, le processus peine à se poursuivre normalement. Non seulement à cause de la lenteur des opérateurs de saisi, mais d’un autre facteur non négligeable qui risque d’entacher ce processus, est l’absence permanente de l’électricité, mais également un déficit du carburant pour alimenter les groupes électrogènes.

D’ailleurs, avec cette augmentation du prix à la pompe, les choses semblent se compliquer davantage et la tension devient de plus en plus perceptible dans le chef de la population qui, chaque jour qui passe, s’interroge sur son sort et son avenir du fait de la situation sociale et économique contraignante dans laquelle elle vit au quotidien.

Somme toute, la Société Nationale d’Electricité, se trouve au cœur de la polémique, non seulement à cause de ses nombreuses et imprévisibles coupures d’électricité dans les foyers et ménages, mais prive le processus d’identification et enrôlement des électeurs. La conséquence logique ce que, le calendrier des opérations ne sera pas respecté, non pas à cause des acteurs sociaux et politiques, mais de la SNEL, l’entreprise à classer dans le tiroir de canards boiteux.

C’est l’occasion offerte aux élus nationaux, et mêmes des élus provinciaux de Kinshasa d’interpeller les autorités compétentes de cette Société qui ne cesse de surprendre la population et crée des crises de tensions au moment où les foyers ne s’attendent pas aux coupures intempestives.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse