Croisade des pro-Dialogue du 18 Octobre: Le Cartel de Nicolas Akpanza et compagnie en défenseur mal compris

par -
0 404
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Qui a tort, qui  a raison ? S’interroge le cartel de six députés nationaux transfuge du Mouvement de Libération du Congo qui avaient pris part au Dialogue de la Cité de l’Union africaine. Il s’agit de Nicolas Akpanza Mobuli, Aunda Pangodi Freddy, Lomanga Longenga Jean Robert, Bokolo Nyaswa Vicky, Kumu Pathy et Indole Yves qui ont été diabolisés au sein de leur parti, pour avoir  choisi la voix de la sagesse, celle de soutenir le Dialogue qui avait abouti à la signature de l’Accord du 18 octobre 2016.

Pour ce Cartel des élus nationaux diabolisés hier, par ceux qui, aujourd’hui courent derrière le Chef de l’Etat, le réconforte dans leur position qu’ils avaient de soutenir le Dialogue, tant de la Cité de l’Union africaine que celui du Centre Interdiocésain.

Cependant, au cours de la Cérémonie de la signature de l’Arrangement particulier, un additif de l’Accord de la Saint Sylvestre, Nicolas Akpanza Mobuli, l’un d’initiateur du Cartel de  six députés nationaux, a indiqué qu’il y a une grande plateforme qui existe à ce jour, après le Dialogue de la Cité de l’Union africaine. Cette plateforme, souligne-t-il se nomme « Croisade prodialogue pour la sauvegarde de la paix en République Démocratique du Congo ». A l’en croire, cette plateforme regroupe plusieurs forces : les personnalités, les structures organisées notamment certains partis politiques et d’autres en gestation, les associations, de corporation et syndicats. « Aujourd’hui, nous nous organisons au sein de cette plateforme non pas de bénéficier de l’immédiateté, mais nous sommes dans une perspective longitudinale, c’est-à-dire, nous allons défendre le dialogue, chercher à faire intérioriser cette notion dans le vécu quotidien de la population » ; nous-a-t-il confié. Pour ce Cartel de la Croisade des pro-dialogue, la notion du Dialogue doit être encrée dans le chef de la population comme un tremplin pour atteindre l’objectif. En d’autre terme, Nicolas Akpanza estime que le dialogue est un élément indispensable dans une sphère politique ; il doit être permanent et perpétuel. « Le Dialogue n’est pas une réalité transversale, mais une réalité qui se situe dans le temps et dans l’espace. C’est de cette notion que nous devons inculquer dans le chef de la population congolaise », a-t-il insisté.

Cependant, lors de la signature de l’Arrangement Particulier, un acte additif de l’Accord du 31 décembre, Nicolas Akpanza estime que, c’est une avancée très significative quand bien même, il est parmi les signataires de l’Accord du 18 octobre, dit de la Cité de l’Union africaine. « Nous avons signé l’Accord du 18 Octobre, nous avons adhéré à l’Accord de la Saint Sylvestre, aujourd’hui nous allons signer l’Arrangement Particulier. Nous sommes en droit de dire, nous trouvons une perspective, une avancée significative en ce qui concerne notre plateforme, ce qui concerne le comportement des acteurs politiques », a-t-il poursuit. De renchérir, que cette plateforme est composée de six députés nationaux, dont les uns ont totalisé plus de 10 ans au sein de l’Assemblée nationale et d’autre en font 5 ans. Donc, une certaine crédibilité est née au sein de la Chambre parlementaire dans le fonctionnement même de cette plateforme politique à prendre au sérieux et avec beaucoup de considération. Un tremplin parmi les forces politiques qui a soutenu le Dialogue convoqué par l’Ordonnance du Président de la République Joseph Kabila.

A l’occasion, il a révélé que ces personnalités qui forment la croisade des pro-dialogue envisagent notamment de créer de partis politiques, qui par ailleurs sont en gestation en ce qu’il existe déjà de structures, des Asbl, des syndicats et professeurs d’universités près à appuyer l’initiative de la plateforme conduite par Nicolas Akpanza Mobuli, député national élu de Basankusu, dans l’Equateur. « Au début il y a des gens qui nous ont contesté, notamment les responsables de la formation  politique à laquelle nous appartenions. Aujourd’hui, nous avons l’impression que tout le monde s’entretient très bien avec le Chef de l’Etat Joseph Kabila ; tout le monde parle en faveur du Président de la République. Hier, ces gens nous ont contestés qui, aujourd’hui au lieu de se taire, ils cherchent même à composer avec le Président Joseph Kabila au travers certaines structures de l’Accord de la Saint Sylvestre et qui se précipitent à devenir Premier Ministre, devenir Président du Conseil National de Suivi de l’Accord.», a-t-il fait cette mise au point. Et de s’interroger : qui a bien fait et qui n’a pas bien fait ? Pour Nicolas Akpanza Mobuli, il faut donner le temps au temps car, le temps est un bon réparateur puisque, ceux-là même qui ont été dubitatifs à composer avec le Président de la République, sont les premiers qui cherchent à les écarter du chemin pris pour soutenir les initiatives du Chef de l’Etat et prendre leur place. Pour cela, la croisade des prodialogue du 18 Octobre n’attend pas baisser les bras en faveur de dubitatifs d’hier et chasseur de postes ministériels aujourd’hui.

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse