Coup de théâtre: Le Rassemblement de l’opposition récuse Edem Kodjo

par -
0 564
une vue de Edem Kodjo, Le facilitateur indique que le dialogue sera organisé.Ph/Radio Okapi
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Qu’est-ce qui arrive au Rassemblement de l’opposition, plate-forme dont Etienne Tshisekedi est président du Comité de sage ? En effet, l’information, en tout inattendue, a suscité une réelle déception, au regard de tous les obstacles rencontrés jusque-là dans la convocation de ce dialogue qui avait été demandé à l’époque par l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti cher au sphinx de Limete.

En effet, par médias interposés, nous apprenons que le «Rassemblement» de l’opposition récuse le Facilitateur désigné par l’Union africaine, en l’occurrence l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, qui vient d’annoncer le début des travaux du Comité préparatoire du dialogue, pour le 30 juillet. Cette récusation a fait l’objet d’un communiqué signé du président de l’UDPS Etienne Tshisekedi, lu en présence de plusieurs leaders des différentes composantes du “Rassemblement”: UDPS, Dynamique, G7, Alternance pour la République… Un communiqué rendu publiquement par Martin Fayulu, président de l’Ecide et candidat à la prochaine présidentielle.

«Monsieur Kodjo décide que le Comité préparatoire va commencer ses travaux sans consulter les membres du “rassemblement”. Et nous disons : “trop, c’est trop”, monsieur Kodjo ne veut pas respecter l’opposition congolaise, monsieur Kodjo travaille visiblement pour satisfaire monsieur Kabila et nous ne pouvons pas avoir confiance en un tel monsieur. C’est pour cela que nous le récusons ».

Une décision qui étonne, surtout lorsqu’on sait comment Tshisekedi a été cajolé comme « enfant gâté » (un terme cher aux psychopédagogues). En réalité, c’est le seul qui aura obtenu tout ce qu’il a demandé. Il a exigé un dialogue inclusif, un Facilitateur international, un Groupe d’appui à la facilitation où il y ait des témoins de la communauté internationale, etc. Quoi de plus, si pas attendre ce Comité préparatoire où ils ont un quota non des moindres, afin de débattre sur toutes leurs exigences.

Ce refus risquerait d’avoir des conséquences fâcheuses, d’autant plus que la Majorité et l’Opposition ont aligné des mouvements de masse. Le début des travaux du Comité préparatoire était conçu comme un moyen non seulement pour apaiser les tensions, mais aussi pour permettre aux enfants d’un même pays de discuter sur les fondamentaux de l’organisation des élections dans leur pays.

Mais pour certains observateurs de la scène politique, ce refus du Rassemblement n’est pas étonnant, surtout que ce conglomérat réunit les « oiseaux de plusieurs couleurs » et ambitions divergentes. Pour eux, aller au dialogue, c’est viser leur cahier des charges qui doit demeurer très chargé, pour à maintenir la pression sur le pouvoir en place.

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse