Corneille Nangaa échange avec les élus de l’ex-Katanga

par -
0 431
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

24 heures après avoir éclairé les professionnels des médias sur l’état de lieu de l’avancement du processus électoral, Corneille Nangaa, accompagné des membres du Bureau et de l’assemblée plénière de la Ceni, a présidé hier jeudi 03 novembre, une réunion avec la délégation des députés nationaux et sénateurs de l’ancienne province du Katanga. Il s’agit des élus nationaux du Tanganyika, de Lualaba, du Haut Katanga et Haut Lomami. Objectif, faire l’état de lieu de la révision du fichier électoral dans la province du Nord Ubangi, mais aussi la présentation du plan de déploiement des matériels, la répartition des Centres d’inscription, la sensibilisation de la population et les préparatifs du lancement des opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 1 et 2.

Etat de lieu des opérations du processus électoral

Le Nord Ubangui a constitué la province pilote pour la révision du fichier électoral. Opération débuté depuis le 31 juillet 2016 et dont les procédures relatives à la clôture ont été amorcées. Ce, dont le Président Corneille Nangaa a fait leur état de lieu. Il affirme cependant, que la fermeture des centres d’inscription intervient de manière graduelle, après évaluation cas par cas de la fonctionnalité de chaque Centre d’inscription. « Aucune prolongation ne sera accordée du fait des délais très compressifs imposés à la Ceni de clôturer avec la révision du fichier électoral à la date du 31 juillet 2017. A cette date, la Ceni doit présenter à la nation congolaise le fichier électoral fiable, crédible et disponible pour la répartition des sièges. Le taux de réalisation de l’enrôlement dans le Nord Ubangui est de 85% dont 46% de femmes et 54% d’hommes enrôlés », a-t-il indiqué aux élus nationaux et sénateurs.

L’impératif dialogue

Dans l’échange avec les élus nationaux et sénateurs de Tanganyika, Lualaba, Haut Katanga et Haut Lomami, Corneille Nangaa a exposé sur les résolutions qui s’imposent à la Céni, notamment la Constitution du nouveau Fichier électoral au 31 juillet 2017, la Convocation des scrutins à partir de la promulgation de la loi sur la répartition des sièges, au 30 Octobre 2017, la préparation et l’organisation des élections du Président de la République, des députés nationaux et provinciaux dans un délais de 6 mois dès la convocation de ces trois scrutins. En plus de ce qui précède, la préparation d’un budget détaillé pour l’ensemble du processus électoral à soumettre au Gouvernement dans les 20 jours qui suivent la signature de l’Accord politique du mardi 18 octobre 2016. En plus, de l’élaboration d’un Code de bonne conduite en concertation avec les parties prenantes au processus électoral immédiatement après la constitution des listes définitives des candidatures pour l’élection du Président de la République ; des députés nationaux et provinciaux. Tout comme après la constitution des listes définitives des candidatures pour les élections locales, municipales et urbaines. « En ce qui concerne le calendrier électoral, il sera présenté en tenant compte de tous les paramètres et des indications contenues dans l’Accord issu du Dialogue. Un accent particulier sera mis sur les contraintes liées à la faisabilité du calendrier électoral à publier », a souligné Corneille Nangaa Yobeluo.

Données statistiques de Tanganyika, Lualaba, Haut Lomami et Haut Katanga

Il faut dire que le déploiement des matériels pour les 12 provinces issues du démembrement de la République démocratique du Congo pour la première aire opérationnelle est en cours. Cependant, les statistiques en termes de personnel opérationnel, nombre des kits d’enrôlement et nombre des Centres d’inscription par province indique ce qui suit :

Haut Katanga : 2.210 agents opérationnels, 674 kits d’enrôlement pour 1.389 Centres d’inscriptions ; électeurs attendus 2.302.934 ; Lualaba : 2.288 agents opérationnels, 524 kits d’enrôlement pour 1.459 Centres d’inscriptions ; électeurs attendus 932.544; Haut Lomami : 2.436 agents opérationnels, 561 kits d’enrôlement pour 1.561 Centres d’inscriptions ; électeurs attendus 1.378.077; Tanganyika : 2.535 agents opérationnels, 583 kits d’enrôlement pour 1.507 Centres d’inscriptions ; électeurs attendus 1.367.796.

A en croire Corneille Nangaa, ces données sont des estimations sur les électeurs attendus pour chaque province. « Elles sont donc des indications importantes qui peuvent être atteintes ou non. Ceci exige la mobilisation totale de différentes catégories des personnes en droit de voter », a-t-il précisé.

Quant au personnel, Corneille Nangaa a mentionné que la Ceni utilise deux types de personnel. Il s’agit notamment du personnel permanent, d’une part, et opérationnel d’autre part. Le personnel opérationnel est commis à la révision du fichier électoral puisqu’identifié par la Ceni dans les établissements scolaires devant abriter les Centres d’inscription et le personnel recruté après test. Dans la première catégorie, on y trouve les présidents des centres d’inscription (PCI) et les préposés à l’identification (PI) reconnus parmi le personnel scolaire. Dans la deuxième catégorie, on y trouve les opérateurs de saisie (OPS) et les préposés polyvalents(PP) recrutés après un avis d’appel à candidature et après un test pratique sur ordinateur. Une autre catégorie importante du personnel, a mentionné Corneille Nangaa, est constitué des agents relais de sensibilisation et de messagers. « Pour cette catégorie, la Ceni va recourir aux messagers des secteurs et des groupements », renseigne le président de la Centrale électorale.

De la sécurisation des élections aux préoccupations des élus nationaux et sénateurs

La question sécuritaire a été au cœur même des échanges entre les députés nationaux et sénateurs avec Corneille Nangaa, président de la Ceni, son bureau mais aussi les membres de l’assemblée plénière. Elle est très préoccupante du fait que l’Accord politique en son chapitre VI, spécialement en ses articles 9 et 10 se trouve être la préoccupation également de la Ceni.

Cependant, Corneille Nangaa a attiré l’attention des élus nationaux et sénateurs des provinces issues de l’ex Katanga du fait de l’existence de quelques groupes armés ou conflits armés dans certaines parties des territoires susceptibles d’entacher le processus électoral. Tel est la raison majeur que la Ceni invite les députés nationaux et sénateurs à s’impliquer dans la résolution de différents conflits, afin d’obtenir des conditions sécuritaires optimales en vue de favoriser l’enrôlement dans un environnement apaisé et sécurisé.

A ce sujet, les préoccupations des élus nationaux et sénateurs ont porté essentiellement sur l’organisation des scrutins combinés, l’indépendance de la Ceni, son budget relatif aux élections, l’itinérance des kits d’enrôlement, les distances qui séparent la population et les Centres d’inscription, les pressions exercées sur le personnel de la Ceni, les critères de répartition des Centres d’inscription, la sensibilisation de la population.

Au regard de ce qui précède, la Ceni indique aux élus nationaux et sénateurs que l’enrôlement est une compétition interprovinciale, en ce que, ceux qui s’enrôlent le plus, le seront en fonction des sièges à pourvoir aux élections. « Cette compétition va jusqu’au niveau des Territoires, communes, secteurs/Chefferie et groupement », rappelle Corneille Nangaa qui a fourni des éléments précis de réponses aux préoccupations soulevées par les députés nationaux et sénateurs. Le Président de la Ceni les a invités à visualiser à l’occasion, le spot produit par son institution d’appui à la démocratie pour la mobilisation de la population à la révision du fichier électoral.

En somme, la rencontre a abouti par un test pratique d’enrôlement de quelques élus qui ont obtenu des spécimens de la nouvelle carte d’électeur portant mention « Formation ».

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse