Coopération Rd Congo – Japon: Fini les travaux de déshumidification du Pont Maréchal à Matadi

par -
0 273
De la conception de la maquette à la réalisation du pont Maréchal Mobutu / Ph. BaDieu
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Projet d’aménagement du Pont Maréchal vient d’être inauguré par l’ambassadeur du Japon Hirochi Kerube. Les membres du gouvernement central venus de Kinshasa, ceux du gouvernement provincial du Kongo central, le Consul de la République voisine d’Angola et plusieurs autres personnalités ont été représentés à la cérémonie d’inauguration à l’actif de l’OEBK. C’était ce vendredi 10 mars 2017, à Matadi.

Les travaux d’installation su système de déshumidification du pont Maréchal ont pris fin. Leur remise à l’OEBK, Organisation pour l’équipement de Banana-Kinshasa par la société japonaise IIS a eu lieu ce vendredi 10 mars 2017 à Matadi, une ville du Kongo central qui, à cet effet, a  vécu une forte ambiance carnavalesque.

Ces travaux d’aménagement ont consisté à l’installation d’un système de déshumidification du Pont Maréchal par la société japonaise IIS, lesquels travaux sont remis à l’Organisation pour l’Equipement de Banana-Kinshasa « OEBK », que dirige des mains de maître le Directeur général Modero Nsimna Matondo.

Une infrastructure qui dure

Dans son allocution, M. Karube a d’abord exprimé sa joie et s’est dit honoré de pouvoir visiter pour la première fois la ville de Matadi, ville ayant aussi connu la visite de Sa Majesté Akihito, Empereur du Japon et Sa Majesté l’Impératrice lorsqu’Ils étaient encore Prince Héritier et Princesse.

Il a ensuite retracé le rôle important que joue le Pont Maréchal, long de 720 mètres depuis plus de trente années maintenant dans les relations d’amitié et de la coopération entre la République démocratique du Congo et le Japon.

L’ambassadeur a en outre, rappelé le principe de la philosophie de la coopération japonaise relayée par M. Shinzo ABE, Premier Ministre du Japon lors du sommet entre le Japon et les Communautés Economiques et régionales, selon lequel « quand on charge le Japon de construire une infrastructure, il fait une infrastructure qui dure ». Philosophie qui a été reconfirmée lors de la sixième Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD), qui s’est tenue à Nairobi en août de l’année dernière.

Enfin, M. Karube a fait savoir que le Pont Maréchal incarne bien cette philosophie de la coopération japonaise en étant une infrastructure qui « développe des amitiés qui font verser des larmes lors de retrouvailles après trente années ».

La déshumidification

Avant toutes choses, déjà dans la soirée du jeudi 9 mars, lors d’un dîner-interview, MM. Madiata Ndele Buba et Joseph Kalombo respectivement anciens Directeurs à l’OEBK, l’un à la Maintenance, l’autre à l’exploitation, avaient livré que les travaux du Pont Maréchal Mobutu, initialement conçu Pont Matadi, n’avaient  occasionné l’emploi de 1200 personnes, dont 200 Japonais. Le pont lui-même n’a connu sa première couche de peinture en vue de son entretien que 20 ans après qu’il eût  été jeté.

Dans la matinée du vendredi, avant l’inauguration proprement dite, les ministres provinciales Odette Gema et Anne-Marie Nsasa, accompagnées des experts du Kongo central en matières de transport ont répondu à plusieurs préoccupations de la presse. On retiendra de cet échange que le gouvernement provincial veille à la sécurité du Pont Maréchal où passent en moyenne 1000 véhicules par jour. Mais ils éprouvent des difficultés en rapport avec la rétrocession de 40%. Mais le Pont Maréchal n’est pas un éléphant blanc comme le croiraient d’aucuns.

En milieu de journée, le Dg de l’OEBK Modero Nsimba a procédé à la signature du certificat de fin des travaux avec le représentant de la JICA, coopération japonaise. Mais avec l’humidité, les câbles soutenant des milliers de tonnes de ferrailles se corrompaient. A l’issue de cette cérémonie, le DG s’est confié à la presse, parlant de l’historique de cette coopération et du pont Maréchal et lançant un message de responsabilité aux usagers.

C’est le lieu de retenir que le coup de pouce du peuple japonais, à hauteur de 7 millions de dollars pour l’installation du système de déshumidification, est venu sauver les meubles. On va compter au moins 100 ans de sa vie alors qu’il risquait déjà de céder.  Et si jamais la coopération s’arrêtait un jour, M. Madiata, et un autre jeune actuellement aux études au Japon, s’occuperont du transfert de connaissances.

(De retour de Matadi Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse