Coopération culturelle RDC-Wallonie Bruxelles: Des opérateurs congolais à l’heure d’un état des lieux

par -
0 387
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est durant deux jours que les opérateurs culturels vont dresser un état des lieux des projets et dégager les points forts et faibles de la coopération culturelle entre la République démocratique du Congo et la Fédération Wallonie Bruxelles.

Débuté ce 26 juin au Centre Wallonie Bruxelles jesqu’à demain 27 juin, cet atelier d’échange a pour thème principal : « Quelle politique de coopération en matière culturelle ? Et Quel partenariat privilégier avec la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) ? ». Pour la première journée de l’activité, après le discours bilan de la déléguée de Wallonie Bruxelles, Kathryn Brahy, un débat houleux s’en est suivi  sur l’apport de la RDC étant « partenaire », d’une part, et les communautés  Wallonie qui financent à hauteur de 2500 mille euros ce projet annuellement.

Pour le professeur Thierry Nlandu, pour le cas d’espèce, la RDC ne doit pas être considérée comme partenaire mais comme bénéficiaire dans cette « coopération ». Le  Professeur Bwabwa  wa Kayembe est revenu quant à lui, sur la décentralisation du Centre Wallonie Bruxelles pour briser les barrières de la « république de la Gombe ». C’est à ce niveau que Brain Tshibanda, conseiller principal à la Délégation générale Wallonie –Bruxelles, est monté au créneau pour signifier que son centre travaille en partenariat avec plusieurs centres culturels éparpillés à travers la ville de Kinshasa. Et les artistes programmés viennent pour la plupart des coins reculés de la ville.

Pour une étudiante de l’Académie de Beaux Arts (ABA), le Centre Wallonie-Bruxelles  privilégie plus les activités de l’institut National des Arts que l’ABA. Et quand, ils (étudiants de l’ABA) sollicitent le cadre pour exposition ou conférence, il y a toujours eu une raison avancé. Mais en même temps, ceux de l’Ina, dit-elle,  sont favorisés.

A part les interventions de Mr Raphaël Mondonga sur  «  l’Etat des lieux de la commission permanente RDC-Wallonie » ; de Mr Yoka Lye sur « la Coopération culturelle RDC-FWB : états des lieux »,… le Ministre provincial Ruffin Bayambudila a réagi sur une préoccupation sur la politique culturelle de la ville de Kinshasa. Pour lui, la non promulgation de la politique nationale culturelle ne permet à son ministère d’avoir une politique provinciale. « La politique culturelle nationale est en pleine élaboration et il y a également la loi  sur la culture. Donc, ces deux instruments, une fois prêts, nous permettront de répondre à plusieurs défis don fait face le Congo et la ville de la Kinshasa. Il sera question pour nous de définir les principaux axes de notre action culturelle. Et aussi, voir quel institution ou organe crée pour justement l’encadrement  et la promotion de cette culturelle », a déclaré Ruffin Bayambudila, ministre provincial de la Culture. Et, à la question de savoir qu’en attendant que ces instruments soient mis en œuvre que devient la culture à Kinshasa, « nous ne croisons pas les bras, c’est justement la cause de ma participation à ce genre de conférence ».

Signalons que parmi les résultats entendus l’évaluation par les parties prenantes du niveau d’engagement dans le respect des cahiers des charges des différents projets. Et également, capitaliser et les meilleures pratiques et les leçons apprises dans cette coopération culturelle. Les travaux se clôtureront  demain 27 juin après lecture de la synthèse et recommandation.

(Onassis Mutombo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse