Coopération belgo-congolaise: Huit militaires belges pour renforcer la brigade de réaction rapide

par -
0 746
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*Les huit militaires belges qui sont en détachement seront basés à Kindu, chef-lieu de la province de Maniema, où ils encadreront d’avril à juin 2015 la “formation d’une compagnie de reconnaissance” des Forces armées de la RDC (FARDC). Leur mission sera de renforcer une unité d’élite, la 31e Brigade de Réaction Rapide, précise le ministre de la Défense, Steven Vandeput dans un communiqué

*Ces deux pays veulent ainsi conjuguer leurs efforts non seulement pour neutraliser les forces négatives, mais doter les FARDC des connaissances et pratiques nécessaires pour combattre le terrorisme d’où qu’il vienne. Précisons que la mission sera suivie par l’envoi à Kindu d’une compagnie de 150 autres militaires belges pour un “exercice de synthèse” entre novembre et décembre 2015

La coopération entre la République démocratique du Congo et le royaume de Belgique se porte bien, en dépit de quelques brouillards qui peuvent tant soit peu assombrir le ciel. Preuve que la Belgique a toujours été présente aux côtés de la Rd Congo dans le haut comme dans le bas, dans la misère comme dans la richesse. Cette coopération a atteint son sommet à l’occasion de la visite de deux Vice-premiers ministres de ce pays ami en Rd Congo.

C’est à l’occasion qu’il a été noté la nécessité pour la Belgique de renforcer les capacités des FARDC pour leur permettre non seulement de neutraliser les forces négatives, mais aussi de combattre le terrorisme sous toutes ses formes. Et ce, lorsqu’on sait que la menace est pressante avec les attaques répétées de la ville de Beni et ses environs par les pseudos ADF/NALU, mais dont le mode opératoire, selon le Gouvernement congolais, n’est pas loin de celui des terroristes.

Quoi de plus normal donc pour un pays qui a l’expérience en la matière, en l’occurrence la Belgique, de venir à la rescousse de la Rd Congo qui n’a pas une expérience nourrie dans la lutte contre le terrorisme. Si la Belgique est revenue pour donner cette formation, c’est en fonction de beaucoup de résultats positifs engrangés dans cette partie de la République.

En effet, c’est grâce à la Belgique que des officiers militaires congolais ont été formés. Cette formation, à en croire certaines informations en notre possession, ont permis aux FARDC de mettre hors d’état de nuire les ex-M23. C’est cette même montée en puissance qui a permis aux FARDC de poursuivre les ADF/NALU et de réduire leur capacité de nuisance dans le territoire de Beni. Ce même élan se poursuit actuellement avec la traque des rebelles rwandais des FDLR réfractaires.

Renforcer l’unité d’élite

C’est le ministre belge de la Défense, Steven Vandeput, dans un communiqué de presse le vendredi 27 mars dernier, qui a annoncé une mission qui sera suivie par l’envoi à Kindu d’une compagnie de 150 autres militaires belges pour un “exercice de synthèse” entre novembre et décembre. En effet, les huit militaires belges qui sont en détachement seront basés à Kindu, chef-lieu de la province de Maniema, où ils encadreront d’avril à juin la “formation d’une compagnie de reconnaissance” des Forces armées de la RDC (FARDC).

Leur mission sera de renforcer une unité d’élite, la 31e Brigade de Réaction Rapide, précise le ministre de la Défense, Steven Vandeput dans le communiqué. Disons que la brigade congolaise, composée de trois bataillons, a été “formée entre 2008 et 2014” par la Belgique, selon la même source.

L’Est de la RDC est encore en proie aux groupes résiduels de rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Le Conseil de sécurité de l’ONU a évoqué jeudi une “stratégie de sortie” pour sa mission en RDC, la Monusco, mais a notamment lié ce retrait à la mise sur pied d’une “force congolaise de réaction rapide” efficace.

(L’Avenir)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse