Convocation du dialogue politique national inclusif

par -
0 1110
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La MP recommande aux Congolais d’accompagner le Chef de l’Etat

*Le bureau politique de la Majorité Présidentielle s’est réuni hier autour de son Secrétaire général Aubin Minaku. Ce, au lendemain de l’adresse du Chef de l’Etat annonçant la tenue imminente du dialogue et quelques mesures pratiques. Comme ce dialogue est la seule voie royale pour éviter le chaos postélectoral en Rd Congo et pour éviter que le sang ne coule, il est recommandé à tous les partis politiques de la MP ainsi qu’au peuple congolais, d’accompagner le Chef de l’Etat dans cette quête vers une démocratie normale

*Disons que c’est après avoir recueilli les avis directement et à travers ceux qui ont porté les préoccupations des Congolais aux consultations nationales, que le Chef de l’Etat a décidé de la convocation d’un dialogue politique national inclusif, et de la mise en place subséquente, d’un comité préparatoire pouvant régler tous les aspects liés à son organisation matérielle

Beaucoup de réactions ont été enregistrées à la suite du message à la Nation du Président de la République, le samedi 28 novembre dernier lors du journal télévisé de la Radiotélévision nationale congolaise (Rtnc). Parmi ces réactions, l’on a enregistré celles des pros et des anti-dialogue. Les pros-dialogue pensent qu’il n’y a pas d’autres voies que celle du dialogue pour rencontrer l’exigence de la Communauté internationale, celle d’avoir un calendrier global et inclusif permettant la tenue de toutes les élections.

De leur côté, les anti-dialogue voient en ce grand rendez-vous une occasion de plus accordée à la Majorité au pouvoir pour s’éterniser à travers le fameux « glissement ». Ne présentant aucune alternative crédible, ils ont opté pour le chaos que l’actuel Président de la République veut éviter pourtant au peuple.

Un rappel des troupes

C’est dans cette optique que le Bureau politique de la Majorité Présidentielle s’est réuni autour de son Secrétaire général Aubin Minaku Ndjalandjoko, en rapport avec l’adresse du Chef de l’Etat annonçant la tenue imminente du dialogue et quelques mesures pratiques. Pour l’ambassadeur André-Alain Atundu, Porte-parole de cette famille politique proche du Chef de l’Etat, le bureau politique a insisté que le dialogue préconisé par le Chef de l’Etat est effectivement la seule voie royale pour éviter le chaos postélectoral chez nous et pour éviter que le sang ne coule.

« Le bureau politique recommande à tous les partis de la Majorité ainsi qu’au peuple congolais d’accompagner le Chef de l’Etat dans cette quête vers une démocratie normale, vers un état apaisé, vers la poursuite de notre effort économique, parce que c’est quand même ça l’essentiel, afin d’avoir les moyens pour améliorer tant soit peu la situation sociale des populations congolaises », dit-il.

Communiquer intensément

Les options levées par le Président de la République méritent d’être bien expliquées à la population congolaise pour éviter toute confusion. C’est ainsi que lors de cette réunion, les participants n’ont pas manqué d’insister sur la nécessité d’une communication intense. Une communication qui doit être faite par les têtes d’affiche de la Majorité présidentielle, les personnes qui lorsqu’elles parlent sont suivies par la population dans sa globalité.

C’est ici que les uns et les autres ont vite pensé aux membres de l’Opposition qui sont au sein du Gouvernement, notamment ceux du Mouvement de libération du Congo/Libéral, l’Union des forces du changement (UFC) de Léon Kengo, Président du Sénat congolais. Sinon, à quoi ça sert d’appartenir à une famille lorsqu’on ne la défend pas, lorsqu’on ne la protège pas ? Cette communication ne doit nullement être négligée par les têtes couronnées de la Majorité présidentielle, en ayant en tête les événements de janvier 2015 qui avaient dégénéré suite, selon une certaine opinion, à une mauvaise communication.

Le Président est dans son rôle

Le porte-parole de la Majorité présidentielle, Alain Atundu, affirme que l’objectif principal du dialogue politique n’est pas la prolongation du mandat présidentiel. Invité par Radio Okapi à commenter le discours du chef de l’Etat annonçant la convocation de ce dialogue, il soutient que la préoccupation essentielle de ce forum est l’amélioration de la démocratie congolaise.

« Le président est dans son rôle. Il interpelle notre conscience en se disant : oui nous allons au dialogue mais l’objectif principal ce n’est pas la prolongation du mandat, ce n’est pas la distribution des postes. La préoccupation essentielle, c’est l’amélioration de notre démocratie en résolvant les problèmes qui se posent », dixit Alain Atundu.

Au sujet du discours du président Kabila, le porte-parole de la Majorité présidentielle le juge « patriotique, volontaire et porteur d’espoir et d’ouverture ». « Avec ce message du chef de l’Etat, les échéances électorales ne sont plus une apocalypse à venir », fait-il savoir, affirmant que la majorité est déterminée à aller aux élections.

Bannir les soupçons

Certains opposants soupçonnent le chef de l’Etat de vouloir obtenir à travers le dialogue le « glissement » du mandat présidentiel qui va aboutir au report des élections prévues en 2016. Arrivé au terme de son deuxième et dernier mandat, Joseph Kabila ne devrait pas se présenter à ces élections.

A la MP, l’on croit qu’ils ont tort. C’est probablement aussi que dans son discours, Joseph Kabila a annoncé que «la tâche de la co-modération » du dialogue « pourra bénéficier de l’accompagnement d’une facilitation internationale qui aura à offrir ses bons offices en cas de difficultés majeures.» Et pour Alain Atundu, le dialogue politique pourrait se tenir avec « une modération commune. »

« Le président de la République a parlé de la co-modération. Si nous nous en tenons à ce qu’il a dit, ça signifie qu’il y aura une modération commune, disons-le comme ça. Il n’y aura pas deux modérations mais une modération commune », explique-t-il. Alain Atundu ajoute que le dialogue pourrait bénéficier d’une intervention étrangère. « Le médiateur international pourra intervenir chaque fois que la nécessité s’en fera sentir », souligne le porte-parole de la MP.

Mais dans toute cette entreprise, il apert que les Congolais s’approprient bec et ongles la démarche en cours. Les vendeurs de vent n’ont pas d’alternative. Il est donc impérieux et de bon aloi que les participants à cette grand’messe soient habiletés, mieux que quiconque, de manière civilisée, par le biais de ce dialogue, à accoucher un cadre qui satisfasse tous ceux qui croient au bien-être de la Rdc. En tout cas, ce n’est pas aux étrangers de venir apporter le bonheur au pays, encore moins de l’eau lorsque le bosquet flamberait. Ils ont les leurs et s’en préoccupent de leur manière.

JMNK

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse