Controverse entre la Rdc et la communauté humanitaire: L’ONU capitule

Léonard She Okitundu, VPM des Affaires étrangères et Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le 13 avril dernier, le Gouvernement de la République avait publié sa position autour de sa participation à la conférence de haut niveau des donateurs sur la situation humanitaire en Rdc,  à Genève en Suisse. A l’occasion, le Vice-Premier ministre et ministre des Transports et Voies de communication, José Makila, faisant l’intérim du Premier ministre, avait fait entendre sa voix en récusant le positionnement qu’il a qualifié d’excessif au L3. Tout en reconnaissant que le pays fait face à des situations d’urgence, le Gouvernement a estimé que cela n’appelait nullement à une considération aussi accrue telle que cela a été soutenu par les organismes et Ongs qui véhiculent une mauvaise image de la République à travers le monde.

En outre, la Rdc a dénoncé la discordance des statistiques sur la situation entre celles fournies par le Gouvernement, établies par les différents services habilités dans la collecte sur le terrain et celles provenant de la communauté humanitaire. Ceci, parce qu’avec le retour de la paix dans les espaces Kasaïens et Nord-katangais, ainsi que la maîtrise de la situation globale sur terrain, des résultats ont rendu possible le renforcement de la protection des civils, y compris les acteurs humanitaires longtemps victimes d’attaques de la part des groupes terroristes.

Même lors de la réunion interinstitutionnelle, la Rdc est restée cohérente, qualifiant d’exagérées les statistiques des humanitaires. Même au Conseil de sécurité, le Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères n’a cessé de fustiger la propension pour la communauté humanitaire à vouloir aggraver ce qui se passe en République démocratique du Congo.

Le message de la Rdc, mieux sa protestation ayant été entendue, M. Mark Lowcock, chef de l’humanitaire des Nations Unies a écrit à la Rd Congo, à travers le Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères pour non seulement s’amender, mais aussi reconnaître qu’il y a eu exagération au niveau de la communauté des humanitaire sur la vraie situation.

Entre-temps, la Rdc réitère son refus de participer à cette conférence en tant qu’invitée. Elle souhaiterait qu’elle y soit entant que partie prenante, et non entant que simple invité. Toutefois, elle se déclare ouverte à toutes les discussions entre parties prenantes.

Mark Lowock félicite la Rdc

Ça n’arrive pas tous les jours, dans un contexte où tout est dit contre la Rdc, que l’ONU puisse capituler, tout en félicitant le Gouvernement de la République. En effet, le chef de l’humanitaire des Nations Unies, Mark Lowcock, s’est félicité des progrès réalisés par la communauté internationale pour accroître l’aide aux populations de la République démocratique du Congo et a souligné le caractère crucial du financement de cette assistance. « En réponse à la détérioration de la situation humanitaire en République démocratique du Congo par rapport à l’année précédente, le Comité permanent interagences a activé une réponse de niveau 3 le 20 octobre 2017, en mettant l’accent sur les provinces du Kasaï, du Tanganyika et du Sud-Kivu », a rappelé M. Lowcock, qui est le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, dans une déclaration publiée mercredi soir.

« Cela a permis de mobiliser les capacités internationales pour intensifier le soutien humanitaire. Depuis l’activation du niveau 3, plus de 1,1 million de personnes ont reçu une assistance vitale dans les Kasaï, au Tanganyika et dans les Kivu. Les critères de référence établis le 20 octobre 2017 pour mesurer le passage au niveau 3 ont été largement respectés. Le niveau 3 sera donc désactivé le 20 avril 2018 », s’est-il félicité.

Selon lui, étant donné que le problème le plus crucial pour la réponse humanitaire est le financement, il est essentiel de se concentrer maintenant sur la collecte des fonds nécessaires pour atteindre les personnes qui ont besoin d’une aide humanitaire vitale dans toute la RDC. Le plan d’intervention humanitaire des Nations Unies pour 2018 nécessite 1,7 milliard de dollars. « Je suis impatient de poursuivre une collaboration étroite avec les autorités alors que nous continuons à nous efforcer d’aider des millions de personnes à travers le pays », a conclu Mark Lowcock.

De son côté, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a débuté mardi 3 avril à Kinshasa une visite officielle de quatre jours en RDC. Pendant son séjour, en effet, M. Grandi devait s’entretenir avec des membres du gouvernement, la communauté humanitaire et diplomatique ainsi qu’avec des réfugiés. Il devait aussi se rendre dans plusieurs localités de l’Est du pays, afin d’évaluer la situation humanitaire et de s’entretenir avec des réfugiés et des personnes déplacées.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse