Contrôle parlementaire: Steve Mbikayi et Marcel Ilunga aujourd’hui devant les députés

par -
0 91

Ces deux ministres de l’ESU et de l’Industrie doivent répondre ce mercredi, aux diverses questions et préoccupations des députés nationaux à l’issue du débat général de la séance plénière du lundi dernier. Au cours de laquelle, ils étaient soumis à deux questions orales des députés Boris Mbuku et Alphonse Awenze en rapport avec la délivrance des nouvelles cartes d’étudiant et par rapport à la Cimenterie de la Maïko dans la nouvelle province de la Tshopo.

Trois membres du Gouvernement Tshibala se sont expliqués au cours d’une même séance plénière à l’Assemblée nationale le lundi dernier. Il s’agit des ministres de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Steve Mbikayi, et de l’Industrie, Marcel Ilunga Léu, ainsi que du Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères Léonard Shé Okitundu.

Si les deux ministres étaient visées par des questions orales avec débat, le chef de la diplomatie congolaise, lui, était convié à l’audition devant les élus du peuple. Il a éclairé la lanterne des élus du peuple sur la position du gouvernement face aux dernières sanctions ciblées de l’Union européenne contre des autorités congolaises.

Pour Steve Mbikayi, il était convié à répondre à l’honorable Boris Mbuku Laka. Ce dernier voulait savoir du ministre, quel est le texte légal qui lui donne le pouvoir d’imposer un opérateur à un établissement d’enseignement supérieur et universitaire pour passer un marché de construction d’un immeuble ou d’impression de cartes d’étudiant ?

Aussi, le député national voulait connaître de la part du n°1 de l’ESU, les critères objectifs qui ont milité à la signature par lui, en date du 03 avril 2017, à la veille de l’avènement du gouvernement Tshibala, de l’arrêté portant transfert de quelques membres du personnel académique et scientifique d’un établissement à un autre, sans les avis préalables des établissements concernés tel que prévu dans le Vade-mecum.

Dans sa défense, le ministre Mbikayi qui a semblé mieux comprendre les préoccupations de son ancien collègue Mbuku, a tenté de recadrer les choses en vue de convaincre les députés sur le bien-fondé de ses décisions et de son arrêté susvisé.

Le ministre de l’Industrie Marcel Ilunga Léu pour sa part, s’est expliqué devant l’Assemblée plénière sur deux préoccupations du très comique député national Awenze Makiaba Alphonse, qui voulait avoir des informations sûres sur l’état actuel de la Cimenterie de Maïko dans la nouvelle province de la Tshopo (démembrée de l’ex-Province Orientale). Ce défenseur de la population de Kisangani voulait aussi savoir si sa population peut toujours espérer voir un jour le fonctionnement de la Cimenterie de Maïko, « ou bien c’est de l’utopie ? »

A ces questions, le ministre Ilunga a organisé sa défense sur quatre axes : le bref aperçu historique, la situation trouvée, les actions menées, et la chronologie des actions à mener… Partant, il a essayé en sa manière, de dissiper les craintes du député Awenze autour de la cimenterie de Maïko, qui pour lui, finira par être opérationnelle.

Ainsi, les deux ministres ayant apporté quelques réponses à ces principales préoccupations des députés Mbuku et Awenze, un débat général était lancé par l’honorable président de l’Assemblée nationale. Au cours duquel, des députés nationaux ont adressé diverses questions aux ministres Mbikayi et Marcel Ilunga.

Ces derniers ont sollicité de l’Assemblée plénière, un bref délai de 48 heures, en vue de préparer des réponses appropriées à donner à ces multiples préoccupations des représentants valables du peuple congolais. Ce délai leur étant accordé, les deux ministres sont donc attendus ce mercredi à l’Assemblée nationale pour donner de la lumière aux questions de la représentation nationale. Nous y reviendrons.

(Lepetit Baende)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse