Congrès du PPRD à la Fikin: Evariste Boshab rend le bâton de commandement

par -
0 663
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*A la tête du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) depuis sept ans comme Secrétaire général, le Professeur Evariste Boshab a annoncé hier au cours de la cérémonie d’ouverture du Congrès la fin de son mandat. Mandat incompatible à ses nouvelles fonctions dans l’équipe gouvernementale, où il est Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité nationale

* Députés nationaux, députés provinciaux, sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs, membres du gouvernement, mandataires membres du parti et personnalités politiques, délégués provinciaux à la base, vont pendant deux jours réfléchir en vue de faire l’état des lieux du parti, analyser les enjeux électoraux, puis projeter les perspectives d’avenir.

 

A l’approche des échéances électorales, les états-majors des partis politiques affûtent leurs stratégies en vue de la conquête du pouvoir à la base. Et c’est dans cette optique que le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) qui a ouvert depuis hier jeudi 14 mai 2015 son Congrès extraordinaire. Députés nationaux, députés provinciaux, sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs, membres du gouvernement, mandataires membres du parti et personnalités politiques, délégués provinciaux à la base, vont pendant deux jours réfléchir en vue de faire l’état des lieux du parti, analyser les enjeux électoraux puis projeter les perspectives d’avenir.

D’emblée, c’est le modérateur Kikaya Bin Karubi qui a invité la députée nationale Adèle Kayinda de recommander le parti entre les mains du Seigneur. Après cette prière, tous les congressistes à l’unisson ont entonné l’hymne du parti, puis vint le temps fort d’installation de dix membres du Bureau politique du Congrès

 

Première étape de l’installation

Rares sont les partis qui organisent le Congrès. Pourtant, pour mesurer la force d’un parti politique à partir de sa base, c’est cette grande messe qui réunit tous les délégués des provinces qui constitue l’unité de mesure d’un parti politique réellement national. Le PPRD est de ceux-là, qui a réuni les délégués de vingt-six provinces constitutionnelles, soit dix personnes par délégation.

Cependant, l’installation du Bureau politique du Congrès présage combien le parti phare de la Majorité présidentielle affûte ses armes pour conquérir le pouvoir, puis le conserver. C’est du moins ce qui ressort de la déclaration du modérateur, lorsqu’il présentant les 4 vice-présidents du Bureau autour du représentant de l’initiateur du parti, à savoir le premier vice-président, Léonard She Okitundu ; le 2ième vice-président, Tshjikez Diemu ; le 3ième vice-président, Théophile Mbemba ;le 4ième vice-président, Aimé Ngoyi Mukena ; le Rapporteur général, Emmanuel Ramazani Shadari ; le 1er Rapporteur général adjoint, Bernard Mena ; le 2ième Rapporteur général adjoint, Céléstin Tshibalonza ; la Trésorière générale, Marie-Thérèse Gerengbo ; le Trésorier général adjoint, Gaston Musemena.

Evariste Boshab laisse un bilan positif du parti

Dans son discours-bilan, Evariste Boshab a loué l’initiative du Président Joseph Kabila, celle de mettre en place le PPRD qui est un édifice politique de la RDC. «  Vous avez tout abandonné pour venir apporter votre pierre à la consolidation de l’édifice politique de notre pays à travers cette pièce maîtresse de la vie démocratique que constitue le PPRD et cela est une marque notoire de votre attachement au projet de société défini par l’initiateur du PPRD », -t-il dit.

Disons que la convocation de ces assises s’inscrit dans la logique de parachever les travaux amorcés lors des assises de Mbandaka. Le PPRD, parti viscéralement attaché aux principes démocratiques, indique Evariste Boshab, plus particulièrement aux élections. C’est alors que lors de la publication du calendrier électoral, le PPRD à travers son Secrétaire général, tenait à aménager leur ordre de bataille pour les futures élections. « Nous avions alors affirmé notre engagement à nous investir dans le parachèvement du cycle électoral comme le prévoyait la Ceni. Comment y parvenir ? », se demande-t-il, sinon en réaffirmant les mécanismes prévus à cet effet par les Statuts du parti, à travers le Congrès. Le PPRD parti légaliste, est attaché à la Constitution de la République et aux valeurs démocratiques. « C’est pourquoi, depuis le 07 décembre 2014, devenu membre du Gouvernement et y égard à l’article 97 de la Constitution qui m’a placé dans une situation d’incompatibilité, je ne pouvais plus engager le parti. Il importe donc de passer le bâton de commandement en se conformant aux statuts », a-t-il déclaré.

Cependant, les congressistes doivent se souvenir qu’il y a 8 ans, précisément en 2002 lors de l’appel lancé par le Président Joseph Kabila, certains membres du parti ont répondu présents pour la création du PPRD ce, dont il les a remerciés pour l’endurance apportée pour l’affermissement du parti.

Hommage rendu à Joseph Kabila

Evariste Boshab a rendu un hommage vibrant à l’Initiateur du parti pour le sacrifice consenti non seulement pour la nation congolaise, mais aussi pour son parti, le PPRD. Les hommages ont été également rendus aux camarades fondateurs et cofondateurs du parti. « Chers camarades, unis par le sang et en dépit des embûches qui ont jalonnées notre trajectoire historique, nous avons construit ensemble une famille politique qui nous a permis d’assumer des responsabilités aussi bien à l’égard de cette génération que de la génération future. Merci pour votre sens d’engagement et votre sens de patriotisme », dit-il, avant d’ajouter qu’il n’a pas oublié les gestionnaires du parti à la base, puis les cadres et militants, tout en les exhortant afin que la flamme de l’espérance allumée par M’Zée Laurent-Désiré Kabila continue à briller, tout en exprimant sa gratitude, sa loyauté et sa fidélité à l’initiateur du parti.

« Le PPRD lutte pour un Congo prospère et uni. Ceci signifie que notre combat s’inscrit dans la quête de solutions au paradoxe de ce pays riche face à une population pauvre. C’est pour cette raison que la révolution de la modernité et l’émergence du pays à l’horizon 2030 ne sont pas des slogans pour rien. Il s’agit bien d’une vision fondée sur les besoins réels et les aspirations fondamentales de notre peuple », précise-t-il. Il faut dire que c’est dans ce sens que depuis le Congrès de 2004 et celui de 2006 qui a placé le pays dans une sphère des états démocratiques qui a pour seul maître le souverain primaire et les lois de la République.

 

Partant de ce Congrès extraordinaire faisant suite aux travaux de Mbandaka, Evariste Boshab a insisté sur trois messages qui lui paraissent fondamentaux en attendant une nouvelle direction politique à savoir, le renouvellement du contrat de confiance entre camarade, c’est-à-dire la loyauté à l’Initiateur du parti, la fidélité aux idéaux du parti, l’esprit de camaraderie et l’esprit de sacrifice. «  Sans ce contrat de confiance, nous nous sommes institués de coupures là où il faut la continuité. Le contrat de confiance permet d’entretenir le climat de travail et l’esprit d’équipe qui est une capacité organisationnelle qui permet de relever les différents défis du moment. Unis, nous vaincrons toujours », a-t-il réconforté.

Cependant, son second message porte sur la consolidation du choix politique car, conscient du fait que le PPRD est un parti jeune dans un contexte multipartite et que le grand ennemi devient l’inconstance, militant la transhumance inconstante. Enfin, le troisième message a porté sur la consolidation du processus démocratique aussi bien au PPRD qu’en RD Congo. « La démocratie relève de la maturité politique d’un peuple, elle renvoie la participation de citoyens aux différents lieux de prise de décisions et à l’organisation des élections en vue de renouveler l’élite militant », a dit Evariste Boshab qui a terminé sur une note d’espoir pour son parti pour le triomphe de la modernité. Unité, la vérité et l’engament militant ainsi que le partage constituent le défis cardinaux pour enraciner le PPRD dans la masse pour qu’il engrange de victoires en victoires. « S’il y a des camarades qui pensent qu’ils auraient pu bénéficier de l’avantages ou gravi de marches dont notre gestion les a privés, je leur présente des excuses sincères, car ce fut une gestion humaine et une toute gestion humaine, une marge d’erreur ne manque pas », a reconnu Evariste Boshab.

Des bilans qui placent le PPRD en pole position de victoire

Après avoir brossé son bilan marqué par la maîtrise du cadre macroéconomique avec plusieurs réalisations, le Premier ministre Matata Ponyo attend étendre son action dans le domaine de transports dans les autres provinces par l’acquisition de nouveaux bus dits « Esprits de vie », la relance de la ligne aérienne par la Compagnie aérienne Congo Airways, l’acquisition de nouvelles locomotives en vue de relancer le trafic ferroviaire. Dans le domaine de l’agriculture, le parc agro-industriel de Bukangalonzo fait ses merveilles par la création d’emplois, ce dont le Premier ministre attend étendre dans d’autres provinces. C’est le cas de l’usine de fabrication d’engrais chimiques dans la province du Kongo central.

Quant au Président de l’Assemblée nationale, son bilan législatif dépasse toute production législative africaine. En mi-mandat, 86 lois ont été adoptées et votées dans la chambre basse du parlement, dont 77 promulguées par le Chef de l’Etat. Contrairement à son ancien collègue du parti qui a traversé l’autre rive, son mandat s’était caractérisé plus par les interpellations de ministre que par les adoptions et vote des lois. Ceci pour dire que la Majorité n’attend pas faire du spectacle pour le spectacle pour faire tomber ses ministres, mais en toute rationalité si un ministre se compromet dans sa gestion et que les éléments de preuve l’atteste, la majorité parlementaire ne sera pas complaisante, martèle-t-il.

Quant au Patriarche Abdoulaye Ndombasi qui a ouvert les assises au nom de l’Initiateur du parti, il a appelé les congressistes à se pencher sur l’état des lieux en vue de se mettre en ordre de bataille pour éviter de fragiliser le parti par les contradictions internes, et à la mauvaise gestion des ambitions démesurées. Il a par voie de conséquence décrié l’impunité, le clientélisme, dont souffre la gouvernance du parti puis, exhorte d’éviter la coupure administrative ente la hiérarchie du parti et la base. C’est sur une bonne note qu’il a invité les congressistes à produire un travail digne d’un parti qui attend gérer la République.

En outre, Mme Marie-Madeleine Mienze qui a présenté le bilan de leur 7 ans de gouvernance du parti, attend remettre le rapport sous forme de syllabus aux congressistes. Rapport qui présente les rapports du parti avec les autres partis du monde, l’état de gestion du parti, les forces et les faiblesses en vue de redynamiser le PPRD pour une victoire à la base.

C’est aujourd’hui vendredi que les assises du Congrès extraordinaire vont désigner un nouveau Secrétaire général du parti et valider les listes des candidats aux élections provinciales, municipales, locales et urbaines.

Pius Romain Rolland

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse