Congo-Brazzaville: l’opposant congolais Blanchard Oba débarqué de l’avion

par -
0 891
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après le début de ses démêlés avec le pouvoir actuel au Congo-Brazzaville pour Blanchard Oba du MSD qui a adhéré à l’initiative pour la démocratie au Congo(IDC), l’une des plateformes de l’opposition congolaise, dont il est membre de la conférence des président actuellement, a travers leur engagement avec le FROCAD pour le respect de l’ordre constitutionnel au Congo.

Du constat sur le caractère impitoyable qui caractérise les Etats-forts, les régimes durs sèment le venin de l’irrespect des valeurs communes garanties, forgées au prix de beaucoup de sacrifices humains et matériel, fait observer Blanchard Oba qui est devenu une cible de police politique, l’apanage des régimes durs et qui n’a pas d’essence que le mensonge, la peur, la délation calomnieuse, la violence sans partage, les geôles civiles, la torture ne devrait pas faire partie de la République.

« Pour avoir donné un point de vue sur la marche du Congo et rejoint l’opposition Congolaise, je suis victime de manœuvres politiques qui prétendent agir au nom de l’Etat, sinon plus que profiter des faiblesses du système pour servir, régler des contentieux aux habiles personnes comme le veut la tradition non républicaine », a dévoilé à la presse le président du Blanchard Oba.

« Depuis le 28 janvier 2014, je suis attendu pour un contrôle médical en France, avec un clou au fémur gauche qui va de la hanche au genou. Et ce, après un accident de circulation à Brazzaville. J’ai une interdiction d’obtention d’un passeport, ainsi que mon fils de trois ans. La police politique m’interdit de quitter la ville de Brazzaville, car j’ai déjà été débarqué de l’avion le 27 décembre 2015, après les formalités de police et refoulé en novembre dernier à Pointe noire pour Brazzaville », a déploré Blanchard Oba.

« J’attends toujours la réponse et la grâce présidentielle pour évacuation sanitaire éminente. J’ai fait un recours administratif au Chef de l’Etat en tant que garant des droits et libertés fondamentaux », a fait valoir le membre de l’IDC qui se plaint des complications diabétiques capables d’entrainer une gangrène cancéreuse à la jambe gauche malade.

Dans ce contexte de l’acharnement des leaders politiques de l’opposition, le neveu du président Sassou N’Guesso s’étonne comment le Chef de l’Etat annonce des mesures inhérentes à l’organisation des élections que la police politique crée de son côté des conditions pour que la libre circulation des opposants ne soit pas effective à travers le pays et à l’étranger.

(Roch Bouka/Correspondant de la RTGA World à Brazzaville)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse