Congo-Brazzaville

par -
0 851
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Denis Sassou N’guesso annonce la tenue de l’élection présidentielle au premier trimestre 2016

Le Chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’guesso, a fait le mardi dernier une adresse devant le Parlement dans laquelle il a annoncé la tenue de l’élection présidentielle au courant du premier trimestre de 2016, au lieu du moi de juillet de la même année.

9 heures du matin, le temps est couvert et l’atmosphère humide, que certains qualifient d’électrique. La salle se remplit peu à peu, l’événement se veut populaire, mais les dignitaires son évidemment tous présents.

Parlementaires, ministres, représentants des corps constitués, se sont donné rendez-vous pour écouter le (message sur l’Etat de la nation) prononcé par le président de la République.

Dans la salle, l’attente des mots prononcés-historiques selon certains invités-la salle s’anime peu à peu.

Des discussions, mais surtout les spéculations vont bon train. Car une question est sur toutes les lèvres : l’annoncera-t-il ou pas ? Quoi donc ? Sa candidature naturellement en 2016 et la nomination d’un Premier ministre.

La question anime le débat politique au Congo-Brazzaville. Les esprits ne devraient pas tarde pas à être fixés. A peine les derniers officiels ont-ils le temps de prendre place dans les premiers rangs, écharpes ceintes en bandoulière, que le premier personnage de l’Etat fait son entrée en majesté. Les applaudissements sont nourris.

Mais à en juger par les applaudissements longs et nourris qui ont ponctué et conclu le discours du Président de la République du Congo-Brazzaville, celles et ceux présents au Palais des Congrès le mardi à Brazzaville semblent d’ores et déjà avoir fait leur choix.

Denis Sassou Nguesso : trains à grande vitesse ou passage en force ?

Pour être en harmonie avec la constitution du 06 novembre 2015, le Président congolais Denis Sassou N’guesso a indiqué, le mardi au Parlement réuni en congrès que le premier trimestre de l’année 2016 verra se dérouler la première étape du processus de mise en application de la nouvelle constitution, à savoir l’élection présidentielle. Un discours qui intervient à quelques mois de la fin de son manda, même si la date précise à laquelle se tiendra ce scrutin majeur n’est pas encore connue. Il reste encore trois mois à la classe politique congolaise pour se mettre en bon ordre de marche.

Dans son adresse, le Chef de l’Etat congolais est revenu longuement et dénonce le caractère (absurde) des événements du 20 octobre dernier qui, peu avant le referendum du 25 octobre, avaient opposé les forces de l’ordre aux partisans de l’opposition. Pour le chef de l’Etat, ces manifestations ont failli conduire le Congo au naufrage, même s’ils n’ont pas empêché l’avènement de la nouvelle République.

L’opposition parlementaire qui depuis 2009 invite de façon récurrente le Président de la République à convoquer un vrai dialogue politique du pays et qui a suivi avec attention soutenue le discours du Chef de l’Etat, a souligné que les dispositions n’étaient pas toujours prises pour la bonne tenue du scrutin.

Elle critique également le fait que jusque-là, les problèmes sur la biométrie et la commission indépendante n’ont pas encore été abordes. L’opposition reproche surtout au président Denis Sassou N’guesso de ne pas être revenu sur la gouvernance électoral.

(Roch Bouka/Correspondant de la Rtga World à Brazzaville)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse