Conflit Pygmées-Lubas au Nord-Katanga : HRW interpelle le Gouvernement

par -
0 533
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Ong internationale des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) a rendu public hier mardi 11 août 2015, une note d’information faisant état des raids meurtriers qui continuent d’être perpétrés entre les communautés Pygmées et Lubas dans le Nord du Katanga, au Sud-Est de la Rd Congo. Ainsi, déclare-t-elle, ces meurtres et le déplacement généralisés « montrent la nécessité pour le Gouvernement de protéger les civils de toute urgence ».

Human Rights Watch affirme avoir mené des entretiens auprès de survivants de l’un des pires incidents récents, le 30 avril 2015, lorsque des combattants appartenant à l’ethnie luba avaient attaqué un camp de personnes déplacées près de la ville de Nyunzu. Les assaillants avaient réduit le camp en cendres et tué au moins 30 hommes, femmes et enfants appartenant à la communauté « marginalisée » batwa, dite Pygmées, à coups de machettes, de flèches et de hache. « De dizaines d’autres personnes sont portées disparues et il est à craindre qu’elles soient mortes », indique cette note de HRW.

« Les luttes interethniques dans le Nord du Katanga ont un coût terriblement élevé pour les civils… Les autorités congolaises, avec le soutien de l’ONU, devraient améliorer la protection des civils, mener des enquêtes et des poursuites et des poursuites contre tous les individus responsables des atrocités, et répondre aux tensions intercommunautaires et discriminations qui semblent avoir déclenché les combats », a déclaré Ida Sawyer, une chercheuse de HRW.

Un conflit profond à prendre avec beaucoup de sérieux

Depuis que des combats à grande échelle avaient éclaté en 2013 entre ces deux communautés Lubas et Batwas (ou Pygmées),  explique cette Ong internationale des droits de l’homme, les Nations Unies ont fait état de centaines de civils tués, de dizaines de villages incendiés et de dizaines de milliers de personnes déplacées, contraintes de quitter leurs foyers.

Au mois de mai dernier, à l’issue de notre mission effectué dans cette nouvelle province de Tanganyika avec le représentant du secrétaire général des Nations Unies en Rdc et patron de la Monusco, M. Martin Kobler, nous avons signifié que cette situation débordante des violences interethniques entre Lubas et Pygmées est un conflit profond à prendre avec beaucoup de sérieux. Du fait que de janvier à mai, elle avait déjà forcé plus de 800.000 personnes (pygmées, luba et autres) à se déplacer de leurs contrées d’origine, et plus de 200 personnes en étaient mortes, plus d’une soixantaine de femmes avaient été violées et plus de 113 maisons incendiées.

Pour la MONUSCO, le dialogue politique inclusif est donc l’unique moyen à préconiser pour une résolution durable de ce conflit, a-t-on signalé.

HRW plaide pour le respect des droits des Batwas

Et HRW estime que ces combats intercommunautaires au Nord-Katanga ont peu retenu l’attention nationale et internationale. Selon elle, le calvaire des communautés Batwas en Rd Congo, des groupes indigènes qui sont depuis longtemps, l’objet des discriminations de la part des autorités locales et d’autres communautés, est souvent ignoré.

La note de HRW rappelle que les tensions latentes entre les Batwas ou Pygmées et les Lubas ont provoqué des combats violents durant la mi-2013 sur le territoire de Manono, à la suite des exigences Batwa quant au respect de leurs droits fondamentaux, notamment, l’accès à la terre et la fin du présumé travail forcé ou d’une forme d’esclavage. C’est ainsi que les deux communautés avaient-elles formé des milices plus ou moins organisées et les combats se sont par la suite propagés aux territoires de Kabalo, Kalemie, et dans le sud du territoire de Nyunzu.

« Protéger les civils de toutes les communautés qui sont en grave danger doit-être la priorité du Gouvernement dans le Nord-Katanga. Mais les problèmes sous-jacents à la violence ne seront pas résolus tant que les droits fondamentaux des Batwas, longtemps opprimés, ne seront pas respectés », a conclu Ida Sawyer.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse