Conférence sur l’investissement du secteur privé dans la CIRGL

par -
0 850
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le satisfecit des organisateurs

Connue pour avoir été agressée par ses voisins, la République Démocratique du Congo sort petit à petit de l’isolement diplomatique et marque des points sur l’échiquier continental et intercontinental. Pour la première fois, 13 pays membres de la CIRGL ont dû taire leurs différends en faveur de la paix et du développement intégral dans la Région des Grands Lacs. Deux jours durant, les délégués des différents pays de la Région se sont réunis à Kinshasa, capitale de la RDC. C’était dans le cadre de la Conférence sur l’investissement du secteur privé, porteur de croissance et de création d’emplois. A l’issue des assises, le Gouvernement de la RDC invite les délégués à faire part à leurs pays respectifs des conclusions issues de ce rendez-vous historique. Ceci dans l’opportunité de donner suite au contact d’affaires qui se sont noués en RDC, pour qu’elles soient traduites en investissements effectifs.

13 pays de la Conférence internationale de la Région des Grands Lacs ont participé à la Conférence sur l’investissement du secteur privé dans la région des Grands Lacs. En effet, la rencontre qu’a organisée la République Démocratique du Congo et à laquelle les Nations Unies ont été représentées par le Secrétaire général Ban Ki-moon, consacre un franc succès pour le pays de Patrice Emery Lumumba, havre de paix. Hier jeudi 25 février 2016, les lampions se sont éteints pour cette conférence qui a vu la participation des pays membres de la CIRGL, regroupant plusieurs organisations sous régionales, notamment la CPGL, la SADC, la COMESA, la CEAE et la CEEAC.

Sur les 25 projets intégrateurs, sept secteurs prioritaires ont été retenus à savoir l’Agro-industrie, l’Infrastructure, l’Exploitation minière, l’Energie, la Télécommunication de l’Information et Communication, le tourisme et les Finances.

La Conférence est apparue comme un instrument pour pérenniser la paix, la stabilité et la prospérité dans les pays de la région. Cela contribuera, sans conteste, au renforcement de la coopération économique, à l’expansion des échanges commerciaux ainsi qu’à la création d’emplois.

Une conférence de presse a sanctionné les assises de Kinshasa, sous la modération du patron de la diplomatie congolaise, Raymond Tshibanda qui a pris part à la plénière. Ensuite, le message-clé est venu du Secrétaire général des Nations-Unies qui a dit : « la paix, c’est le développement », c’est-à-dire quelque chose qui illustre l’ambition des chefs d’Etat signataires de l’Accord-Cadre d’Addis-Abeba, qui constitue le deuxième message fort en pareille circonstance. Puis le troisième message est celui co-animé par les Premiers ministres de la RDC et du Rwanda en ce que, s’il y a un symbole que les délégués peuvent retenir en partant de Kinshasa, c’est que la Région de la CIRGL est différente de celle connue il y a 15 ans. C’est désormais une région en marche dynamique, qui a pris la trajectoire de la paix et de développement.

La RDC en confiance

« Nous pouvons dire que les Gouvernements des Etats membres de la CIRGL, le secteur privé ont réuni leurs efforts pour mener à la réussite de la première conférence sur l’investissement du secteur privé dans la région des Grands Lacs », s’est exprimé le patron de la diplomatie congolaise, Raymond Tshibanda, qui a clos les assises, avant d’ajouter que le Gouvernement de la RDC se réjouit en effet, de la richesse, du caractère fructueux des échanges qui ont eu lieu entre les participants, que ce soit dans le cadre des plénières, que ce soit en atelier ou des rencontres bilatérales. La RDC a pris bonne note des recommandations y relatives, de voir les participants contribuer de manière significative à l’amélioration du climat des affaires dans la région des Grands Lacs.

Ces améliorations s’inscrivent dans le cadre du renforcement et de l’harmonisation des cadres réglementaires, de favoriser et de faciliter davantage la création d’entreprises, la conduite des affaires et l’épanouissement du secteur privé qui est le moteur de la croissance et la principale source de création d’emplois nécessaire à l’établissement d’une paix et d’une sécurité durable dans la Région des Grands Lacs.

Il faut dire que l’accent a été mis sur l’impérieuse nécessité de garantir la sécurité juridique, en ce qui concerne le droit de propriété, notamment dans le domaine foncier. « L’importance de la transparence à la gestion des entreprises et la conduite des affaires ainsi que celle de la lutte contre la corruption…ont également fait partie des recommandations issues des différents ateliers. Il en est de même de la responsabilité sociétale des entreprises qui a été également mise en lumière, afin que les besoins des communautés vivant à proximité les unes des autres soient prises en compte, et qu’ils deviennent des axes de coopération de grandes compagnies», précise-t-il.

A l’occasion, le ministre des Affaires étrangères de la RDC a pris bonne note de la double nécessité : celle de réduire le risque lié aux incertitudes politiques et de poursuivre les politiques économiques, monétaires et fiscales visant à la stabilisation macroéconomique qui attirent et retiennent les investissements dans la Région des Grands Lacs et qui réconfortent les perspectives d’une croissance forte, durable et aux effets socialement partagés. Cette nécessité met aussi l’accent sur le partenariat public-privé aux niveaux aussi bien nationaux que régionaux. « Le Gouvernement de la RDC s’engage à transmettre ces résolutions à ses partenaires de la CIRGL, signataires de l’Accord-Cadre d’Addis-Abeba, afin que leur mise en œuvre dans l’espace Grands Lacs voie le jour dans les semaines et les mois à venir », a-t-il indiqué.

Ceci dit, le gouvernement de la RDC invite en retour les participants et les délégués à accomplir leur part, en partant de ladite conférence comme des ambassadeurs de la Région des Grands Lacs. C’est qu’ayant découvert la RDC et les échanges qu’ils ont eus avec ses dirigeants des secteurs tant publics que privés, ils témoignent à leur tour que la RDC est un espace débout, plein d’opportunités et qui justifie tous les espoirs.

Par ailleurs, le Gouvernement de la RDC invite les délégués qui ont pris part à la conférence sur l’investissement, plus particulièrement les agences de promotion des investissements, le bureau du Secrétaire général des Nations Unies dans la Région des Grands Lacs et le CIRGL, à assurer le suivi des conclusions de cette conférence et à en rendre compte régulièrement. Et Raymond Tshibanda d’ajouter : « A ce sujet, nous pensons que le rapport de suivi devrait dorénavant et obligatoirement figurer à l’ordre du jour des réunions aussi bien des mécanismes de l’Accord Cadre que de la CIRGL… ».

 

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse