Conférence du Rassemblement à Bruxelles: Un fiasco

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Un adage populaire dit, « on ne fait jamais la fête lorsque ça brûle chez le voisin ». Malheureusement, l’Opposition congolaise est tombée dans le piège tendu hier à la Majorité présidentielle, lorsque ses animateurs se faisaient molester en Occident. Des nouvelles récentes renseignent que trois opposants congolais, en l’occurrence Delly Sessanga, Christophe Lutundula et Félix Tshilombo Tshisekedi (ne s’est pas présenté), respectivement membres de l’Alternance pour la République, le Frondeur du G7 et Rassemblement affairiste,  ont évité le pire hier à Bruxelles, lors d’une conférence de presse. En effet, pendant qu’ils animaient leur conférence, des combattants mécontents de la tournure que prennent les événements, ont manifesté pour fustiger l’attitude attentiste du Rassemblement.

Dans cette conférence, Christophe Lutundula et Delly Sesanga ont expliqué le contenu de l’Accord de la Saint-Sylvestre et l’Arrangement particulier qui lui est adjoint. De notre source sur place, nous apprenons que l’assistance est restée sur sa soiffe. Parce que les deux orateurs ont été incapables de proposer quelque chose de concrète, mieux de palpable. Les Congolais de la diaspora se sont vite rendus compte de l’évidence, que le Rassemblement n’avait aucun discours concret et qu’il n’était pas prêt à proposer une alternative crédible.

Logiquement, le Rassemblement qui a une assise à Kinshasa, a été incapable de faire passer son message à Bruxelles. Voilà pourquoi ils n’ont rien dévoilé comme stratégie, maintenant qu’ils n’ont pas signé l’Arrangement particulier, dernière exigence de l’accord politique et inclusif du Centre Interdiocésain de Kinshasa. Pour cette diaspora déjà mature, le temps n’est plus à la condamnation aveugle du pouvoir de Kinshasa, qui a manifesté sa volonté de conduire le pays vers les élections. Et cela justifie le mouvement des combattants qui ont été aperçus dehors, pendant que se déroulait la conférence. Pouvons-nous d’ores et déjà parler d’un divorce entre le Rassemblement et la diaspora ? Peut-être que l’avenir nous donnera raison.

La diaspora est fatiguée

Il sied de souligner que les Congolais de la diaspora sont fatigués de la supercherie dans laquelle sont embobinés les politiques à l’aube de la signature de l’Arrangement particulier.  Et cette réaction musclée des combattants est la preuve qu’ils ne supportent plus qu’ils soient roulés dans la farine.  Car du moins sur cette question, la diaspora congolaise qui suit de très près la situation politique de leur pays d’origine, salue la nomination de Bruno Tshibala Nzenze, ce compagnon de lutte d’Etienne Tshisekedi au poste de Premier ministre de la République. Ce, en application de l’Accord de la Saint Sylvestre. Cet accord qui est du reste complété par l’Acte additif, dit Arrangement particulier, ne pouvait que susciter l’adhésion de tous les Congolais épris de paix, en faveur de l’organisation des élections libres, crédibles, démocratiques et apaisées.

Après la disparition d’Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, certains vautours qui s’invitent à la fête continuent de monter les enchères pour se faire une place au soleil. C’est le sens du point de presse de ces trois acteurs politiques dispersés à Bruxelles, un énième complot contre la République par ses propres fils. Ils ont cru à tort labourer dans un terrain laissé en jachère par Etienne Tshisekedi. Mais, ils se sont vite rendus compte de l’évidence : le contexte n’est plus le même. Cette fois-ci, la même opposition qui alimentait les combattants en Occident, paie le prix de sa barbarie comme qui dirait : « La truie est rentrée à ses propres vomissements ».

Ceci étant, après la signature de l’Arrangement particulier auquel Félix Tshilombo, Christophe Lutundula et Delly Sessanga, tous délégués aux discussions directes du Centre Interdiocésain de Kinshasa n’ont pas signé, ils se préparaient à offrir aux Congolais un autre spectacle fait de la violence. Et la conférence de Bruxelles n’est qu’un premier pas de la stratégie du chaos qu’ils veulent mettre en place. Donc, si ces acteurs croient encore qu’ils ont le monopole de la violence, ils se trompent.

Comme le pays, à travers le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, développe une diplomatie agressive, l’on apprend d’ailleurs que le Gouvernement de la République se prépare à déployer une mission à Bruxelles, en Belgique. Et ce, dans l’optique d’étouffer dans l’œuf toute stratégie subversive du Rassemblement. Désormais, aucun mensonge ne passera !

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse