Conférence de Genève: OCHA « prend acte » du refus de Kinshasa

par -
0 308
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans une déclaration datée du 30 mars 2018, le ministre Biando Sango de la Solidarité et Actions humanitaires donne la position du gouvernement, en expliquant en détails ses motivations.  Avant tout, il est question, dit-il, de la violation de la résolution 46/182 du 19 décembre 1991  de l’Assemblée générale des Nations-Unies sur le renforcement de la coordination de l’aide humanitaire d’urgence en ses points 2, 3 et 4 . Ces dispositions tablent essentiellement sur la souveraineté, l’intégrité territoriale et la neutralité dans la façon d’aider un pays frappé par une catastrophe, le rôle premier, peut-on lire au point 4 revient donc à l’Etat touché dans l’initiative, l’organisation et la coordination ainsi que la mise en œuvre de l’aide humanitaire sur son territoire.

Le Gouvernement Tshibala déplore le fait qu’il n’y ait pas de missions conjointes avec les acteurs humanitaires pour l’évaluation et la validation des données mises sur la place publique. C’est ainsi que la RDC s’est senti menacée dans sa souveraineté et dans son image par des organisations qui manipulent les chiffres de déplacés congolais sans qu’elle ne soit associée. Et ce, même si elle a des difficultés liées aux statistiques.

D’après le ministre Biando, les organisateurs de la conférence n’ont même pas pris le soin de communiquer au gouvernement congolais les termes de référence de ladite rencontre. Aucun plan d’utilisation des fonds collectés n’est connu de Kinshasa, ce qui le révolte davantage dans la mesure où chaque pays même le plus pauvre de tous, au nom de sa dignité, a le droit de savoir comment son peuple sera assisté et pendant combien de temps ?

Les discussions continuent

Pour sa part, le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) en RDC, prend acte du refus du gouvernement congolais de participer à la conférence de Genève prévue le 13 avril prochain au cours de laquelle l’ONU et l’Union européenne (UE) projettent de mobiliser 1.7 milliards de dollars réclamés par les humanitaires pour répondre aux multiples crises humanitaires en RDC.

Dans une déclaration à actualite.cd ce lundi 2 avril, le porte-parole de OCHA, Yvon Edoumou dit que des pourparlers se poursuivent avec les autorités congolaises pour aplanir les divergences. «On prend acte de la décision du gouvernement, mais il faut encore remettre le focus sur la réalité du terrain (…), nous voyons les familles de déplacées, c’est pour ceux-là que nous sommes-là, c’est sur eux qu’ils faut remettre le focus de l’attention et du débat, on continue de discuter avec le gouvernement pour voir dans quelle mesure aplanir des divergences, des incompréhensions et des obstacles actuels»,  a déclaré Yvon Idoumou porte-parole de OCHA.

Soulignons qu’il y a  une Guerre des chiffres entre le gouvernement et l’ONU. Le gouvernement parle de « 231.241 déplacés internes », alors que les humanitaires parlent de « plus de 4 millions de déplacés »,  a déclaré Bernard Biango, ministre congolais des Affaires humanitaires, dans un compte rendu d’une réunion gouvernementale, lu à la télévision publique vendredi soir.

Au cours de cette réunion, le gouvernement a confirmé sa « non-participation à la conférence de Genève » prévue le 13 avril prochain. Il estime que la réponse des ONG au sujet de la situation humanitaire au pays est « ambiguë » et leur attitude alarmiste « décourage » les opérateurs économiques qui veulent investir en RDC.

Le porte-parole de Ocha estime que ce qui est souhaitable, c’est que le gouvernement soit présent à cette conférence « puisque nous parlons de la RDC, on parle des millions de Congolais ». Selon lui, le but de cette conférence est de « mobiliser le fonds que nous n’avons pas en ce moment pour les personnes déplacées, donc si on garde ça en tête, nos problèmes sont surmontables »

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse