Commune de Limete: Ndanu dans les eaux, appel au secours

par -
0 372
La vie du ménage s’organise sur l’eau (ph tiers)
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La série de pluies ayant occasionné des inondations dans certains quartiers de la capitale, n’a pas ménagé la localité de Ndanu, dans la commune de Limété. Les habitants lancent un cri de détresse à l’endroit des gouvernants, les priant de construire une digue le long de la rivière N’Djili et tout autour de la cité, pour faciliter l’évacuation des eaux. Cela est un projet vieux d’une décennie, inspiré par le rapprochement sino-congolais, à travers l’Hôtel de Ville de Kinshasa.  En effet la construction d’une digue en cet endroit avait été évoquée treize (13) ans plus tôt, dans le cadre de la coopération sino-congolaise. En ce temps-là, le gouverneur de la ville de Kinshasa et une délégation de la coopération chinoise avaient approché les sinistrés concernés, en palpant du doigt les réalités du terrain.

Pour l’heure, il nous revient que d’autres entités voisines connaissent la même catastrophe, c’est le cas des localités Maman Nzenze et Ebale ya Congo, dans la même commune de Limete. ‘’Nous (les habitants) avons non pas les pieds seulement mais les hanches dans l’eau. Les foyers qui peuvent déplacer les enfants pour les abriter en lieux sûrs l’ont fait, en emportant quelques effets ménagers. Les familles sont donc momentanément disloquées. Car il n’est pas toujours certain que le père ou des enfants ados ou majeurs s’éloignent de la maison, à l’instar des plus petits avec leur mère. Il se pose aussi un risque évident de contamination. Dans la mesure où, des latrines sous l’effet de l’inondation, lâchent leurs contenus. Une année plus tôt, dans des circonstances similaires, des ONG avaient sillonné des listes, effectuant un recensement des sinistrés. Pour l’heure, la persistance des mêmes causes produit les mêmes effets.

SOS pour les sinistrés d’inondation

‘’ L’envie de lotir fait courir des particuliers aux abords et le long de la rivière N’Djili. Cette situation remonte à plus d’une décennie. Si les autorités ne se hâtent pour arrêter l’anarchie, cet affolement massif ne ferait qu’accroître l’ampleur de catastrophes saisonnières consécutives à ce glissement ‘’, a déploré un observateur. Pour rappel, depuis un temps, la rivière N’Djili sort de son lit de façon cyclique, et envahit des terrains habités ou cultivés à un rayon dépassant largement les cinquante (50) mètres. Et de mal en pis, la ténacité des occupants et l’avancée des eaux donnent lieu, au propre comme au figuré, à une situation conflictuelle. D’où, un antagonisme entre la rivière et ses « voisins indésirables». Les inondations donnant lieu à un environnement propice aux infections.

Gouverner c’est prévoir

Kinshasa la capitale enregistre depuis quelque temps, un boom démographique, dû notamment à l’exode rural. A cela s’ajoute la vague de déplacements intérieurs occasionnée par des conflits armé et ce que des observateurs se sont accordés à appeler « l’après-diamant ». La question de l’habitat devenue cruciale, coexiste avec l’envie de terrain car le maraîchage étant une activité familiale, l’accroissement de l’étendue à exploiter devient une préoccupation. Il importe d’activer par, par une gouvernance d’anticipation, des mécanismes de gestion des populations, d’intégration des masses, de création d’emploi, de prévention sécuritaire. Toutes ces priorités se résument dans la planification de la vie nationale.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse