Commune de Kimbanseke: Délabrement très avancé de la route Mokali

par -
0 444
Vue d’une partie de la route Mokali délabrée. Ph. tiers
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La route Mokali située dans la commune de Kimbanseke est profondément délabrée. Cet état de la route rend très difficile l’accès des véhicules de transport en  commun dans ce coin de la Capitale Kinshasa. Certains habitants qui vivent dans cette commune  empruntent cette unique voie qui leurs permettent d’atteindre le centre-ville avec mille et une difficultés.

De signaler que la route Mokali route est de plus en plus impraticable pour les bus, taxis bus et même les motocyclistes dans l’axe reliant les quartiers Batumona, Mongala et Mokali au Boulevard Lumumba dans la commune de Kimbanseke.

Dès l’arrivée au croisement de l’arrêt Pascal et la route Mokali le long du boulevard Lumumba, l’on peut constater un lac artificiel parsemé des nids de poule, des eaux boueuses, des déchets des immondices  et quelques marchands ainsi que leurs marchandises étalées à même le sol. Les déchets qu’on y trouve sont issus du marché situé à Pascal sur ce même tronçon. Là, on n’y trouve pas aisément le transport en commun surtout en cette saison des pluies, afin d’atteindre l’arrière coin de la commune de Kimbanseke. Dans la plupart de cas, il n’y a que des taxis moto qui facilitent la tâche à la population pour une course jusqu’au dernier arrêt de la route dite ‘’Ngambu ya pont ‘’. A ce niveau, il faudra faire un peu de la marche d’environs quelques dizaines de mètre pour enfin trouver des bus transport en commun ou des taxis qui osent encore s’aventurier sur cette route. En plus, il faudra supporter d’être embarqué dans ce taxi à 6 passagers plus le chauffeur. Ce transport en commun ne s’arrête que sur l’arrêt ‘’Mwenze’’ (le marché fer bois). A ce niveau de la route, un autre lac artificiel a vu son jour, ne permettant pas aux véhicules de poursuivre la chaussée sous peine de perdre leurs moteurs.

Ici, les motocyclistes continuent seuls l’aventure en déposant là ces deux passagers afin de braver les eaux de ce falque d’eau. Les passagers vont  rejoindre ensuite la moto à l’autre bord du prétendu lac artificiel, afin de continuer la route jusqu’à Mabanza où se trouve le marché de ce même nom. A cas contraire, on s’arrête à fer bois. Après le marché fer bois, un autre « lac artificiel » s’est créé au niveau de l’avenue Tsundi où il est également impossible aux véhicules d’accéder facilement. Et à l’arrêt Mabanza jusqu’au bout de cette route, la chaussée est totalement impraticable pour cause de la boue.

D’après certains habitants de ce coin de la Capitale, cette route était bien avant praticable, mais, une société de construction était venue pour installer des robinets d’eau dans ces quartiers. Elle a donc procédé à l’installation des tuyaux des conduites d’eau en détruisant la route asphaltée qui existait déjà. Et ces flaques d’eaux ne se sont formés qu’à des endroits où il y avait des châteaux d’eau.

Abandonnés à leur triste sort, les habitants de ces quartiers sont donc obligés d’accepter les cascades et des rallyes au quotidien afin d’atteindre le centre-ville. L’autorité urbaine est tenue donc à intervenir d’extrême urgence pour décanter cette situation et désengorger ces quartiers.

(Pana Ngovudi)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse