Comme un soldat qui revient du front avec ses hauts faits: Matata Ponyo retourne dans son Maniema natal

par -
0 454
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Premier ministre sortant, Matata Ponyo Mapon, après avoir remis sa démission et celle des membres de son gouvernement, a fait la remise et reprise avec l’entrant, l’honorable Samy Badibanga.  C’était « pour répondre à l’esprit et à la lettre de l’accord » signé en octobre dernier par la Majorité présidentielle, la société civile et l’opposition politique et une frange de l’opposition du Rassemblement, et selon lequel le Premier ministre est issu de l’opposition politique signataire de l’accord de la Cité de l’Union africaine.

Après cet acte, nombreux sont ceux-là qui se sont posé des questions sur les ambitions, ou les vraies motivations de l’homme à la cravate rouge. Va-t-il commencer la rédaction de ses mémoires, de ses tribunes comme le font certains, pour descendre le Gouvernement dont il est issu, ou s’intéresser à la carrière internationale ? D’autres par contre ont voulu savoir si Matata Ponyo fera cette fois-ci son entrée dans les Institutions de Bretton Woods, vu sa proximité, ou va-t-il relancer sa carrière universitaire ?

Loin de tout ce contexte, après un travail bien fait, après avoir rempli son contrat avec la République, Matata Ponyo a choisi d’aller se reposer au pays profond, dans son Maniema natal. Où il devra non seulement passer quelques temps, mais se livrer au développement de cette province, dont les infrastructures étaient parmi les plus mauvaises de la République, avant ce coup de maître.

C’est par un régulier de Congo Airways, une entreprise née sous sa gouvernance, et qui fait la fierté du pays, qu’il est arrivé à Kindu. Visiblement surpris de la foule nombreuse venue lui réserver un accueil délirant, lui qui espérait passer en toute discrétion et en toute tranquillité, son nouveau statut de simple citoyen. Sur le tarmac, le gouverneur Tutu Salumu à la tête d’un contingent de fils célèbres et anonymes, venus de tous les coins et recoins, tous ont bravé la canicule et battu à pieds le pavé de 7 Km qui sépare le centre-ville de l’aéroport de la commune de la Kasuku, sur une voirie réhabilitée par lui.

La foule a scandé des messages divers. Certains c’était pour exprimer la fierté d’avoir eu un fils ou un frère exceptionnellement à la tête du Gouvernement pendant près de 5 ans, d’autres venus le remercier pour tant de bienfaits réalisés en faveur du pays et du Maniema, notamment l’université de Kindu, la reprise du trafic ferroviaire entre Kindu-Lubumbashi et Kisangani, la bancarisation, ainsi que la reprise du trafic par Ubundu par le fleuve. Bref, un soldat qui revient du front avec ses hauts faits. Sinon, nombreux sont les fils du Maniema qui étaient au pouvoir, mais qui n’ont jamais songé à redorer l’image de marque de cette province.

Les Kambelembele n’ont pas tari d’éloges à l’égard du « Mutoto wa Maniema » (entendez : fils du Maniema), qui retourne au bercail. « Il a travaillé pendant au moins plus de quatre ans et demie. Aujourd’hui, il a rendu le tablier, ce n’est pas parce qu’il a démérité, ce n’est pas parce qu’il n’est pas capable ou il n’a pas bien fait son travail. A cause du consensus du dialogue, il a fallu qu’il rende le tablier et laisse le pouvoir à l’opposition », a martelé un habitant, visiblement reconnaissant de tout ce que Matata a fait d’abord pour le pays, ensuite pour sa province. Et voilà pourquoi il a été accueilli avec pompe.  Comme quoi, c’est l’homme qui fait la fonction et non la fonction qui fait l’homme. Et en dehors de la fonction, l’homme reste le même et Matata Ponyo garde sa notoriété.

Soulignons en passant que lors de son adresse à la population de cette ville réunie dans un stade de l’amitié qui avait refusé du monde, Matata Ponyo n’a pas manqué de prêcher en faveur de la révision du fichier électoral et de l’enrôlement des électeurs. Etant devenu citoyen ordinaire, il est vrai qu’il ne manquera pas de tenter sa chance. Tous ses adversaires potentiels sont prévenus, parce que lui a l’avantage de faire parler les œuvres, pendant que les autres ne raconteront que leur propre histoire, en miroitant quelques promesses dont les réalisations pourraient s’avérer incertaines.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse