Comme chaque 26 janvier, Kinshasa : célébration de la journée internationale de la douane 2019

par -
0 740
Jean-Baptiste Nkongolo Kabila lors de son allocution/Ph. BE

A la Direction générale des douanes et accises, la date du 26 janvier, journée internationale de la douane, a été célébrée avec faste. Devant les cadres de la DGDA et plusieurs organes de presse tant audiovisuelle qu’écrite, le Directeur général a.i Jean-Baptiste Nkongolo Kabila Mutshi a relayé le message du Secrétaire général de l’Organisation mondiale de la douane Kunio Mikuriya,  et répondu à toutes les préoccupations relatives à ce message, dans le contexte purement congolais.

La tradition veut que, chaque année, pour marquer la Journée internationale de la douane (JID), le Secrétariat de l’OMD choisisse un thème qui s’avère pertinent par rapport aux défis auxquels la communauté douanière mondiale fait face.

Des frontières SMART

Le slogan retenu pour 2019 est « Des frontières SMART pour des échanges commerciaux fluides et le mouvement sans entrave des personnes et marchandises ».  A un moment où le nombre de voyageurs et le volume du fret franchissant les frontières devraient, selon toute attente, croître de manière exponentielle et où la technologie a transformé le paysage économique dans lequel la douane évolue, les membres de l’OMD sont encouragés à réfléchir à la manière dont ils pourraient assurer un mouvement transfrontalier des marchandises, des personnes et des moyens de transport, rapide et sans heurts.

 

La douane, en coopération avec les autres services présents aux frontières, joue un rôle fondamental dans la facilitation du commerce et des déplacements, via la simplification, la normalisation et l’harmonisation des procédures frontalières et la sécurisation des frontières. Il revient donc tout naturellement à la douane d’être le chef de file des initiatives pour consolider et accroître les efforts visant à rendre plus aisée la circulation des biens et des personnes à travers les frontières et à faire de la mondialisation une force positive. À cette fin, l’OMD s’engage à promouvoir la transformation des frontières en « frontières SMART », ou frontières intelligentes, la douane agissant en tant que pivot central de liaison et de coordination.

Le concept de frontières SMART met également en évidence le rôle de la douane à l’appui du Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’ONU. En créant des règles du jeu équitables pour toutes les parties prenantes, via des procédures simplifiées, normalisées et harmonisées, il contribue à assurer la livraison en temps voulu des matières premières aux secteurs industriels, à réduire la concurrence déloyale au niveau local et à offrir de nouvelles opportunités aux communautés marginalisées, afin qu’elles puissent avoir accès à de nouveaux marchés. Il crée des conditions transparentes et prévisibles pour le commerce et facilite les échanges légitimes qui alimenteront à leur tour la croissance économique et la création d’emplois.

Pourquoi ce concept ?

Mettre en avant le concept de frontières SMART, vise à  inciter la communauté douanière à réfléchir à la façon dont la douane pourrait reconfigurer les processus opérationnels tout en appliquant de nouvelles technologies et en travaillant de manière « intelligente » afin d’arriver à une chaîne de valeur mondiale interconnectée, qui favorise la croissance économique d’une manière inclusive. Le concept de frontières SMART vise à encourager les Membres de l’OMD à s’aventurer dans le domaine de la technologie afin de trouver des solutions susceptibles de faciliter la circulation des personnes, des biens et des moyens de transport aux frontières, tout en respectant les principes directeurs des frontières SMART, à savoir : Sécurisation, Mesure, Automatisation, gestion des Risques et Technologie.

La première lettre de l’acronyme SMART, “Sécurisation,” fait référence à l’appel adressé à la douane de continuer à travailler avec les autres autorités frontalières en vue de renforcer la confiance mutuelle et la transparence dans les activités de sécurisation et de facilitation du commerce légitime. La coopération doit être au cœur de l’argumentation de la douane en faveur d’une chaîne de valeur totalement intégrée, propice à la croissance économique. La circulation rapide et en sécurité des personnes et des biens par-delà les frontières encourage les échanges, les voyages et les transports et la douane a la double fonction de faciliter ce flux tout en le sécurisant, en luttant effectivement contre le terrorisme et les autres menaces sécuritaires à la frontière.

Pour des éléments mesurables

A côté de la sécurité, nous promouvons une culture axée sur la performance qui s’appuie sur l’auto-évaluation et la mesure objective en exhortant la douane à faire en sorte que les éléments constitutifs des flux commerciaux et de la performance organisationnelle soient « mesurables ».  La mesure de la performance est essentielle pour une prise de décisions éclairées qui soutiendront à leur tour mise en œuvre et évaluation.  La douane a besoin d’un outil sur mesure, fondé sur une référence acceptée à l’échelon mondial et vérifiable de manière indépendante.  L’OMD ouvrira des discussions à cette fin en vue de mettre au point un  tel outil de mesure de la performance.

Etre “SMART” se réfère immanquablement à la nécessité pour la douane de mettre au point, utiliser et mettre en œuvre des solutions « automatisées ». Dans la recherche d’un environnement frontalier moins tatillon, où les données sont extraites, partagées et analysées de manière efficace, la douane doit s’appuyer sur des processus automatisés et ne pas négliger l’importance que revêt la réalisation d’études complémentaires en vue d’analyser l’impact des cyber-menaces à la sécurité. L’accent devrait également être mis sur les domaines émergents, tels que l’expertise judiciaire en informatique et la protection de la vie privée sur l’Internet.

Assurer un flux aisé des marchandises et des personnes, renforcer l’intégrité de la chaîne logistique et atténuer les menaces sécuritaires potentielles sont des objectifs réalisables via une démarche fondée sur la “gestion des risques”. Toutefois, la douane doit être plus dynamique en identifiant les risques potentiels et en réduisant la dépendance aux inspections physiques des envois, en réalisant des études complémentaires sur l’analyse prédictive, les techniques de profilage, l’utilisation de la biométrie et autres domaines pertinents. Une telle démarche est de nature à faciliter le commerce légitime, à renforcer l’intégrité de la chaîne logistique et à atténuer les menaces potentielles à la sécurité.

Privilégier la technologie

Enfin, et ce n’est pas le moins important, la  “Technologie” devrait être le principal moteur du programme des douanes afin que les Membres de l’OMD soient mieux armés pour répondre aux nouveaux défis et opportunités de l’ère numérique. La douane devrait sans relâche réaliser d’autres études et organiser de nouveaux exercices de démonstration de faisabilité en matière de recours à des technologies émergentes pour rester en première position. Des technologies émergentes récentes, telles que les chaînes de blocs, l’impression en 3D et l’informatique en nuage, sont maintenant  mises à profit et de nouvelles technologies émergent déjà, telles que l’utilisation de données géo-spatiales, l’intelligence artificielle, la robotique et les drones.

Bien que la démarche soit nouvelle, les différents éléments de la sécurisation des frontières, de la mesure de la performance, du développement de processus automatisés, de la focalisation sur la gestion des risques et de la réalisation de recherches sur les technologies émergentes figurent à l’ordre du jour de l’OMD depuis de nombreuses années et de nombreux outils, instruments et initiatives de l’OMD peuvent aisément aider les administrations des douanes à travailler «  de manière SMART ».

L’OMD intensifiera également ses activités de renforcement des capacités, afin de faire en sorte que la douane soit bien préparée, équipée et adéquatement formée pour faire face aux défis évoqués dans le présent message. Il est impératif que la douane affecte des ressources à des domaines non-fiscaux tels que la sécurité et la protection de la société, ce qui ne manquera pas d’attirer davantage d’échanges commerciaux et d’investissements et ce qui générera, en conséquence, la prospérité économique.

Au cours de l’année 2019, le SG Kunio Mikuriya a invité tous les Membres de l’OMD à promouvoir le concept et à échanger des informations en vue de mettre sur pied des « frontières SMART », afin de contribuer grandement à rassembler la communauté douanière mondiale, à forger un esprit de partenariat et de collaboration, tous deux essentiels pour rencontrer le succès dans le contexte actuel du commerce international.

Emmanuel Badibanga

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse