Comme annoncé le 26 juillet: Les délégués de différentes parties prenantes au dialogue reçus par Edem Kodjo

par -
0 782
l’ancien Premier ministre Edem Kodjo de Togo
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après l’annonce, le week-end dernier, du démarrage des travaux du Comité préparatoire du dialogue, le Facilitateur désigné par l’Union Africaine (UA), l’ancien Premier ministre Edem Kodjo a procédé, hier mardi 26 juillet, à l’examen et validation des délégués de différentes parties prenantes à ce forum qui mettra autour d’une table toute la classe politique et la société civile de la République démocratique du Congo. Ces derniers discuteront et tenteront de trouver des solutions sur quelques questions de l’heure qui risque de plonger le pays dans le chaos aux jours avenirs. Au bureau de l’Union Africaine (UA) basée à Kinshasa/Gombe, plusieurs délégués ont fait le tour devant l’ancien Premier ministre togolais.

Au sortir de leurs entretiens, des avis sont partagés. Certains ont présenté les mandats de leurs délégués, et d’autres ont dit non.

Des réactions

Pour la Majorité présidentielle, « tous les mandats sont validés », rassure Joseph Kokonyangi, Secrétaire exécutif adjoint de la Majorité Présidentielle. Quant aux noms de différents délégués de la Majorité, M. Kokonyangi n’a pas voulu les révéler, mais rassure l’opinion que ce sont des personnes pointues et de hautes compétences. Pour She Okitundu, ce geste de la Majorité Présidentielle prouve à suffisance qu’elle ne retarde pas le dialogue politique convoqué par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. Déçu de la récusation du Facilitateur Edem Kodjo par l’opposition conclavistes de Genval, qui a en sa tête Etienne Tshisekedi, Léonard She Okitundu pense que les amis politiciens devraient peut-être contester la manière de procéder du Facilitateur.

« Récuser le Facilitateur, c’est mettre en cause un processus qui est adoubé par la communauté tant nationale qu’internationale. Mais qu’à cela ne tienne, le dialogue aura bel et bien lieu. Ce n’est pas pour rien que le Chef de l’Etat avait publié son Ordonnance convoquant ce dialogue. Toute l’opposition n’est pas unanime à refuser le dialogue. Il y a une partie qui l’accepte, l’autre qui dissimule des manœuvres dilatoires et aussi un agenda caché », a déclaré She Okitundu au sortir de la salle de réunion avec le Facilitateur EdemKodjo.

Cela étant, la Majorité au pouvoir n’attend que le démarrage des travaux du comité préparatoire du dialogue.

Du côté de l’opposition, le représentant du Rassemblement Congolais pour la Démocratie (Rcd) a déclaré que son parti était venu chez Monsieur Kodjo avec l’état d’esprit de vouloir commencer les travaux préparatoires. Outre le RCD, d’autres partis de l’opposition qui ont répondu à cet appel d’Edem Kodjo sont : l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, le MR de l’Union pour la Nation, le Courant des Démocrates Rénovateurs (CDER) de Jean-Lucien Bussa, le Mouvement de la Libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba Gombo et autres. Selon le sénateur Jack Djoli, le MLC  a été invité afin de parler des questions qui dominent l’actualité, notamment celles qui concernent la sortie de crise.

« Nous sommes venus répondre à l’invitation du Facilitateur pour voir ensemble avec lui comment on peut avancer dans la prévention de cette crise que nous ne voulons pas tous », a affirmé ce haut cadre du MLC. Par rapport à la participation du MLC au dialogue, le sénateur Djoli précise qu’il faut d’abord définir le cadre, le mécanisme et le principe. Il ne s’agit pas des préalables, il faut que ce dialogue soit un dialogue technique.

Soulignons par ailleurs que certains partis ont déposé les mandats de leurs délégués, pendant que d’autres n’ont pas rempli leur devoir. Et ces derniers promettent de revenir dans les prochaines heures afin de déposer les mandats de leurs délégués.

A la société civile, plusieurs compartiments ont répondu à l’appel du togolais Kodjo. Il s’agit entre-autre de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), la Nouvelle Société Civile (NSCC) de Jonas Tshombela, la société civile forces vives de Cathy Kalanga, les membres de la diaspora congolaise, l’Eglise du Christ au Congo (ECC). Quant à l’Eglise Catholique à travers la Conférence Episcopale Nationale du Congo (Cenco), le mandat de son délégué sera présenté dans les heures qui suivent. Il y a aussi la société civile de Jérôme Bonso et la Lucha qui se sont absentés, mais pourront déposer les mandats de leurs délégués dans un proche délai.

(Altesse Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse