Comité préparatoire du dialogue: L’UDPS réclame le leadership

par -
0 715
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Félix Tshisekedi, Secrétaire national en charge des Relations extérieures de l’UDPS

Pendant que l’opinion tant nationale qu’internationale attend la mise en place du comité préparatoire du dialogue politique national et inclusif qui sera un signe positif pour la convocation du dialogue, au niveau de l’Opposition politique, les violons ont du mal à s’accorder. Premier parti politique de l’Opposition et principal demandeur du dialogue politique, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi réclame « la paternité » de la liste de l’opposition au comité préparatoire du dialogue. Une opposition qui, comme on le sait très bien, doit être représentée par douze personnes au sein de ce comité qui comptera 30 membres.

« L’UDPS qui a été l’un des fers de lance des discussions qui ont amené au dialogue, réclame la paternité de cette liste. Ça ne signifie pas que nous voulions que tous les douze doivent être de l’UDPS. Mais nous voulons répondre de la présence de chacun d’entre eux », précise Félix Tshisekedi, Secrétaire national en charge des Relations extérieures du parti.

Pour lui donc, « il y a des opposants qui n’en sont pas ». L’UDPS dit ne pas vouloir d’opposants qui réclament une transition dans le comité préparatoire du dialogue. « Aujourd’hui, nous avons des gens qui se réclament de l’opposition et qui se trouvent au gouvernement. Il y a des opposants qui ont déjà fait des déclarations en disant que le dialogue va accoucher d’une période de transition qui sera dirigée par Joseph Kabila. Nous ne nous inscrivons pas dans cette logique. Et nous ne voulons pas de ce genre d’opposants dans nos rangs », fait savoir Félix Tshisekedi.

Ici, l’UDPS semble avoir raison, d’autant plus qu’au sein de la classe politique congolaise,  n’est pas opposant qui le veut, même si l’opposition n’est qu’un état d’esprit. Il est malheureusement constaté que d’autres n’ont d’opposition que des discours, pendant qu’ils demeurent pieds et mains liés au sein d’une autre famille politique, ou bénéficiant de ses avantages. Pour éviter la trahison de cette opposition à la petite culotte, l’idée de l’UDPS mérite d’être défendue, parce qu’elle permettra de tamiser ce que l’on appelle « opposition » en Rdc, pour éviter d’embarquer n’importe qui.

Allons-nous assister à un pré-dialogue au sein de l’Opposition ? C’est la question que d’aucuns se posent, afin d’un côté d’éviter de mettre mal à l’aise l’UDPS qui avait sollicité le dialogue et, de l’autre, l’opposition qui risque d’être frustrée et qui réclame son droit au chapitre. Peut-être qu’il va aussi falloir qu’Edem Kodjo, le Facilitateur international s’implique pour une liste inclusive de l’Opposition. Sinon, il y a en qui ont déjà alerté « leur grand-mère » pour maudire le dialogue.

Disons que la mise en place du Comité préparatoire du dialogue annoncée pour la semaine du 11 avril n’est toujours pas intervenue, pendant que ce comité doit comprendre en son sein 30 membres (12 de l’opposition, 12 de la majorité et 6 de la société civile). « J’ai l’honneur de vous annoncer que nous allons essayer de mettre en place le comité préparatoire dès la fin de cette semaine », a déclaré lundi 11 avril Edem Kodjo, au cours de sa première conférence de presse depuis qu’il a été désigné comme facilitateur du dialogue politique en RDC.

Les travaux de ce comité préparatoire doivent précéder le début effectif du dialogue annoncé par le chef de l’Etat, pour permettre l’organisation des élections apaisées. Des sources proches de la facilitation interrogées par Radio Okapi, disent attendre le retour du facilitateur Edem Kodjo d’Addis-Abeba, pour faire le point sur la mise en place du comité préparatoire du dialogue.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse