Collaboration GADF-CNDH: Lancement de l’action collective sur la prévention de la torture pendant les élections

par -
0 530
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le président de la Commission nationale des droits de l’homme, CNDH, Mwamba Mushikonke Mwamus a prononcé le mot d’ouverture d’un atelier initié par Les Ong LICPAPROS, le Collectif ALPHA UJUVI et le Groupe d’action pour les droits de la femme GADF.  C’était vendredi dernier dans la grande salle de cette institution à la Gombe. « Qui torture la femme par rapport à sa participation à la vie politique ? Répondant à cette préoccupation, l’orateur a émis le vœu que les participants orientent des stratégies vers les partis politiques.

La journée placée sous la facilitation de Mme Astrid Tambwe de GADF, a été honorée de la présence de la Secrétaire générale aux Droits humains, Mme Joséphine Bandui Samene Thembela et de Me Henri Wembolua, coordonnateur du Réseau de protection des défenseurs des droits de l’homme, victimes, témoins et professionnels des médias ‘’Reprodev’’. La fiche signalétique indique les participants ont eu statut d’experts. Les organisateurs quant à eux, ont tenu compte du principe genre dans les invitations. Lesdits experts issus des institutions ayant dans leurs attributions la question de protection : la CNDH, le ministère de la Justice et celui du Genre, Enfant et Famille ; la Commission électorale nationale indépendante,  la Police nationale congolaise, les partis politiques, la magistrature et les organisations de la société civile.

L’atelier a porté sur la  validation des besoins par les experts. C’était autour du thème : « Prévention de la torture pour une participation accrue des femmes au processus électoral en RDC ».

Nous sommes pressées de toutes parts, malmenées, violentes, a constaté Mme la Secrétaire générale aux Droits humains. Nous crions mais nous ne devons pas pour autant adopter une attitude d’enfant. Nous sommes appelées à nous engager, et l’Etat à accompagner la femme dans sa lutte, en lui octroyant des moyens nécessaires. Nous qui avons compris, nous devons être des modèles. Battons-nous et prêchons par l’exemple, et les femmes qui sont à la base suivront, a-t-elle exhorté.

Termes de Référence : contexte et justification de l’activité

Dans le cadre du projet conjoint d’ « Equitas et d’International Bridges to Justice » intitulé : Prévention de la torture au sein de la francophonie », financé par les Affaires mondiales Canada (Ministère des affaires étrangères canadien), une session régionale de formation aux droits humains (SRFDH 2016) a été organisée à Kribi au Cameroun. Cette session a conduit à la planification des actions collectives à l’initiative des participants(es) provenant de 7 pays d’Afrique francophone : Cameroun, Sénégal, Burkina Faso, Rwanda, Burundi, Côte-d’Ivoire, RDC.

Sur base du thème de la SRFDH 2016 « la prévention de la torture» et de deux recommandations ci-dessous, acceptées par la ROC lors de l’EPU 2014 : « 132.20: mettre en œuvre des recommandations des missions internationales d’observation des élections de 2011 en mettant un accent particulier sur l’amélioration de la participation égale des femmes dans la vie politique». « 132.21:Respecter et promouvoir le principe démocratique concernant le droit de participer à la vie publique et politique sans discrimination, pour que chacun puisse poursuivre les activités librement et sans crainte d’intimidations». La délégation congolaise qui avait pris part à la SR DH 2016, a retenu parmi les activités de l’action collective en ROC, l’organisation d’un atelier de validation des besoins avec les décideurs et spécialistes sur la thématique de la torture et peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants.

Cette activité sera enregistrée pour servir d’outil de sensibilisation lors de la réalisation d’une émission radio-télé ainsi que lors de l’organisation d’un forum d’expression populaire.

 Des objectifs de l’atelier

Etablir un état des lieux de la situation actuelle sur la thématique de la torture ; comment intégrer l’approche des droits humains pour la prévention de la torture et autres mauvais traitements contre les femmes pendant le processus électoral ; proposer quelques mesures relatives à la prévention de la torture et autres mauvais traitements contre les femmes en vue de les vulgariser pour une participation accrue des femmes au processus électoral.

Quid de la CNDH

C’est le sigle de la Commission Nationale des Droits de l’homme», institution citoyenne d’appui à la démocratie, créée par la loi n° 13/011 du 21 mars 2013. Elle est indépendante, pluraliste, apolitique et dotée de la personnalité juridique. Elle jouit de l’autonomie administrative, financière et technique. (articles 1er et 2 de la Loi sur la CNDH)

De sa mission

Promouvoir et protéger les droits de l’homme ; veiller au respect des droits de l’homme et des mécanismes de garantie des libertés fondamentales.  Dans l’accomplissement de sa mission, la CNDH n’est soumise qu’à l’autorité de la loi. (article 4 de la Loi sur la CNDH)

Quelles sont les attributions de la CNDH ? L’article 6 de la loi a conféré à la CNDH plusieurs attributions nécessaires à l’accomplissement de sa mission. Il s’agit notamment de (d’): enquêter sur tous les cas de violations des droits de l’homme ;  orienter les plaignants et victimes et les aider à ester en justice sur toutes les violations avérées des droits de l’homme ; procéder à des visites périodiques des centres pénitentiaires et de détention sur toute l’étendue de la RDC ; faire connaître aux citoyens leurs droits fondamentaux; veiller à l’application des normes juridiques nationales et des instruments juridiques nationales et des instruments juridiques régionaux  et internationaux relatifs aux droits de l’homme dûment ratifiés par la RDC ; régler certains cas des violations des droits de l’homme par la conciliation…

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse