Code de la famille: L’abolition de l’autorisation maritale divise l’opinion

par -
0 1002
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

En RDC, le Code de la famille réformée prévoit notamment l’abolition de l’autorisation maritale. Cette disposition, selon le législateur, est applicable dans le contexte de l’emploi. Depuis, des voix s’élèvent pour soit saluer cet avantage légal qui fait suite à la Parité homme-femme soit pour décrier cela.

C’est comme l’indique un sondage d’opinion que nous avons effectuée dans le cadre de « L’Avenir-Femme ». Nous avons accordé la parole à quatre dames tirées au hasard. La première, visiblement femme de bureau, s’exclame en ces termes : « Je ne suis pas au courant de cette loi. Dès que j’arrive au service, je vais la demander à mon chef. Je ne suis pas d’accord avec cette loi. Ces autorités sont en train d’exposer les femmes congolaises, cherchant à détruire tant de couples. Dans la plupart des cas, les épouses de ces autorités ne travaillent pas. Une femme responsable doit toujours avoir l’autorisation de son mari ; celui-ci doit connaître où son épouse travaille », a-t-elle dit. Et de poursuivre : « Celle qui refuse l’autorisation maritale, elle ne sait pas à quoi elle s’expose, elle met sa vie en danger. L’homme ne sait pas où elle va, cela la conduit au libertinage, elle ferait n’importe quoi. Dans un tel foyer, l’éducation des enfants  risquerait d’être compromise de même que la paix intérieure.

La parité, ce n’est pas dans le foyer, mais au travail. L’homme est le chef dans le couple, c’est lui qui épouse la femme, nous ne sommes pas en Inde où c’est la femme qui épouse l’homme. Quel que soit ses compétences professionnelles doit avoir l’autorisation de son conjoint, c’est une protection pour elle.

La deuxième intervenante voit les choses autrement : « Les autorités ont bien agit. Pourquoi amener l’autorisation maritale lorsqu’on cherche un emploi ? Ce sont mes compétences. Quand j’ai étudié y’avait-il cette autorisation ? J’ai étudiée pour travailler, mon époux n’as pas à m’empêcher, et lui à qui il le demande ?

Lorsque je quitte la maison, il sait que je m’en vais chercher du travail, puisque nous en avons parlé auparavant. D’accord ou pas d’accord j’y vais, cela n’engage pas le lieu de travail, mais mon foyer.

Je dois m’organiser pour prendre soin de mon mari et de mes enfants, par-exemple si je ne suis pas en mesure d’aller récupérer l’enfant à l’école, je me fais aider par une nièce ou une petite-sœur,  faire en sorte que la paix règne dans mon foyer.

La parité c’est au travail et non dans mon couple, il est le chef et il le restera, mais il doit me permettre de m’épanouir ».

La troisième donne aussi son avis : « Une bonne loi permettant l’épanouissement de la femme. Pour certains hommes, le fait d’avoir donné l’autorisation maritale à son épouse pour l’obtention d’un emploi, il se croit tout permis, la faire subir un mauvais traitement, lui ravir tout son salaire.

Il y a un homme qui disait à sa conjointe : « si tu ne me donne pas cet argent, j’irais te faire renvoyer du travail ». La pauvre manquait même un savon pour prendre son bain, elle manquait même le minimum. Au  service on lui demandait pourquoi elle ne s’habillait plus comme auparavant, elle se négligée. Elle ne pouvait pas dire que son mari raflait tout son argent, elle n’avait rien pour prendre soin d’elle.

Donc c’est mieux de ne pas avoir cet autorisation, cela n’empêche pas d’avoir du respect pour son mari et contribuer à l’épanouissement de son foyer.

La parité dont on parle c’est dans le domaine professionnel et les lois du pays. Dans le domaine professionnel, vu mes compétences je peux être son supérieur, mais au foyer c’est lui le chef ».

Et notre quatrième vis-à-vis nous dit ceci : « Cette loi est la bienvenue, bien que non biblique. En tant qu’africaine je dois respecter le mariage, bien que la femme est considéré uniquement comme ménagère, porteuse des enfants, malgré ses capacités, ses aptitudes professionnelle.  Quand votre époux refuse que vous travailliez, mettez- vous à genoux et confiez à Dieu tous vos désirs. Moi je suis ce témoignage, 25 ans de mariage, mon mari refusait que je travail, sa famille et ses amis le savaient ; mais il a fini par accepter, car je m’étais confié à Dieu. Mon fils me dit souvent : «  quand je serai marié, ma femme doit travailler ». Les temps ont changés, nous vivons une autre conjoncture, d’autres réalités.

Il faut savoir dialoguer avec son époux et se confier à Dieu. En grandissant la femme avait des ambitions, donc son conjoint doit y tenir compte et aider sa moitié à les réaliser, notamment travailler.

Parité, non. Ce mot est compris à tort. Le chef dans le ménage c’est l’homme ; dans la bible il est écrit  « que les désirs de la femme se tourneront vers son époux ». Si c’est la parité, que la femme prenne toutes les grandes charges de son foyer ».

Pour que cette situation ne dérange les foyers, il faut sensibiliser la femme sur le vrai sens de parité à travers des séminaires, forum,…afin que la paix règne dans les couples, et les enfants seront bénis par Dieu, et cela sera une fierté pour vous parents.

(Augustine Puati / stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse