Coalition des partis politiques de l’opposition pour le dialogue

par -
0 720
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les pros dialogue tendent la main aux antis dialogue

Jamais un sans deux, dit une sagesse. Dans cette coalition des leaders de l’opposition autour de la dynamique pour le dialogue, la position des uns et des autres s’affiche clairement quant à la survie de la République démocratique du Congo. Du fait que le processus électoral soit mis en cause suite à la problématique suscité par le calendrier qualifié d’obsolète, publié par la Ceni. En effet, les états-majors des partis politiques se coalisent pour trouver solution au problème. C’est dans cette optique que cinq des leaders de l’opposition en faveur du dialogue ont affiché clairement leurs ambitions d’aller au dialogue, tout en tendant la main aux antis dialogue qui brillent dans des procès d’intention.
Ils sont cinq leaders de l’opposition patriotique, tant nationaliste que citoyenne à unir leur force pour sauver la RD Congo face aux « lézards » qui ne jurent que sur la disparation de la RDC. Ces mots sont ceux de Justin Bitakwira dans une prose, qui illustre la symbolique de deux animaux en face du roi, celui-ci qui organise un concours de course et la réponse que le premier arrivant donnerait à la question du roi devrait être retenue entre le lézard et la grenouille. Il est évident que c’est le lézard, au regard de sa rapidité. La question qui a été posée par le roi était de savoir quelle serait son point de vue entre décimer toute la population et/ou la tuer puis la ressusciter. Pour le lézard, il faut qu’ils meurent définitivement. La grenouille quant à elle, a opté pour que les gens meurent puis reviennent, a illustré Justin Bitakwira.
Ceci dit, entre Steve Mbikayi, Justin Bitakwira, Arthur Z’Ahidi Ngoma, Arazias Ruberwa et Sylvanius Mushi Bonane, c’est l’image de la grenouille, arrivée tardivement, mais qui souhaite sauver la nation à travers le dialogue. Pour sa part, l’autre camp des antis dialogue s’illustre par l’image du lézard.
Tout compte fait, sur les cinq leaders de l’opposition pour la dynamique du dialogue, quatre d’entre eux ont connu la guerre. Ils savent le prix de la paix qui passe à tout prix par le dialogue. Voilà pourquoi ils s’évertuent à prêcher la valeur du dialogue pour éviter en plus de la crise mais aussi du bain du sang que les charognards comptent rééditer l’exploit après que le pays ait perdu plus de 8 millions d’âmes. « Lorsque les chimpanzés comptent à tout prix à se battre, ils comptent sur la force des gorilles », a dit Justin Bitakwira, pour dire que ceux qui refusent d’aller au dialogue, comptent sur le sang de congolais pour accéder aux postes de responsabilité.
Déclaration commune
Dans une déclaration signée à cet effet, les cinq leaders de l’opposition en faveur du dialogue ont affirmé leur volonté que le dialogue est la vertu démocratique dont le pays a besoin pour le moment, en vue d’éviter une crise majeure ; que l’histoire politique de la RD Congo renseigne que toutes les crises majeures qui l’ont secoué ont été résolues par voie de dialogue. A l’occasion, ils ont déclaré conjointement que le dialogue ne consiste pas à avaliser à l’avance les points de vue d’autres parties, mais cela constitue une opportunité d’échange entre partenaires politiques, dans le respect de la Constitution. Ceci dit, l’opposition dans sa diversité est une force à capitaliser pour sauver le processus électoral en établissant un calendrier électoral réaliste.
Il y va de même que l’engagement du Secrétaire général des Nations-Unies dans la facilitation du dialogue politique au Congo. Cela est un motif d’encouragement pour peuple congolais engagé sur la voie de la démocratie.
Par ailleurs, la convocation du Dialogue politique par le Président de la République est un pas décisif vers la tenue du dialogue inclusif consacré par l’Accord d’Addis-Abeba est réclamé au départ par les membres de l’opposition.
En sus, le dialogue devrait essentiellement avoir pour but de fixer les échéances électorales en vue de la tenue des élections dans le délai constitutionnel et de garantir un processus électoral sécurisé, transparent, crédible dans un climat apaisé.
Somme toute, les membres de l’opposition qui expriment encore des doutes sont invités à rejoindre la dynamique du dialogue. Car, la participation de la Majorité, de l’opposition dans son ensemble ainsi que de la Société civile va contribuer à garantir davantage la réussite du dialogue, à prévenir des crises politiques et à assurer un avenir meilleur au peuple congolais.
Peu avant la signature conjointe de cette déclaration, tour à tour, les leaders pour la dynamique du dialogue ont chacun donné son message fort aux antis dialogue de les rejoindre dans la dynamique, en vue d’unir leur force pour ne pas donner carte blanche à la majorité présidentielle.
Le dialogue est le seul remède de sauver la République
Pour Azarias Ruberwa, ancien vice-président de la République en charge de la défense, puis président national du RCD/Goma, les forces en présences s’unissent pour sauver la nation face à une crise qui se profile à l’horizon et qu’il ne faille plus retomber dans le bain de sang.
Quant à Arthur Z’Ahidi Ngoma, le dialogue est la seule voie qui ouvre au bonheur d’un peuple. Ce peuple qui aspire au bien-être que les politiques ont pris en otage. Il affirme que le dialogue n’est pas une particularité de la culture africaine, mais plutôt l’arbre à palabre où tout était résolu. Refuser l’arbre à palabre équivaudrait à comploter contre son peuple et sa nation.
Pour sa part, Sylvanius Mushi Bonana charge le parlement, entendu l’Assemblée nationale et le Sénat, qui sont responsable de la non tenue des élections. Il poursuit pour dire que la bonne volonté du Président de la République de convoquer le dialogue, indique que le calendrier électoral est obsolète et que les acteurs politiques devraient se mettre autour d’une table, pour définir une autre marche politique à suivre.
Par ailleurs, Steve Mbikayi milite pour l’unité de l’opposition. Il continue à tendre la main aux antis dialogue, justement pour éviter de faire le jeu du pouvoir. Pour lui, ceux qui refusent le dialogue font effectivement le jeu de la majorité et sont favorable au glissement. Cette unité de l’opposition consiste, poursuit-il, à procéder à l’alternance politique dans le respect de la Constitution.
Enfin, le patron de l’opposition citoyenne précise, quant à lui, qu’il y a deux choix à opérer, en ce qui concerne la survie de la République. D’une part, ceux qui veulent qu’à tout prix la République disparaisse et, d’autre part, ceux qui tiennent à sa survive, elle peut être sauvée. Pour la sauver, seul le dialogue est le remède à l’instar de sauver la nation de la légende du Lézard sus-évoqué.
Mais, au delà de sauver la nation, il y a ce qu’il appelle de tous ses vœux « l’égalité de chance et l’égalité de droit ». Cela signifie qu’eux, députés nationaux et le Président de la République n’iront jamais à la sanction populaire pour la troisième fois, aussi longtemps que le Sénat, les députés provinciaux que les gouverneurs y sont allés une seule fois.
Tout compte fait, c’est l’avenir du Congo qui préoccupe les cinq chefs des partis politiques et leurs alliés à poursuivre la marche du dialogue. Ce dialogue passe par un comité préparatoire, pour vider les suspicions des uns contre les autres.
Pius Romain Rolland

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse