CNPR et sécurité routière de l’écolier: L’opération traversée des piétons met en confiance les parents

par -
0 188
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’opération traversée des piétons initiée par  la Commission nationale de prévention routière, CNPR a reçu échos favorable auprès des parents d’élèves de la capitale. Dans un contexte où fourmillent des mototaxis dans le cadre du transport de proximité, la sécurité routière des enfants et particulièrement des écoliers est à rude épreuve. Car, faut-il le relever, les trottoirs dans le contexte kinois sont tenus soit par des marchés de fortune soit par des transporteurs qui sortent constamment de la chaussée.

Le président de la CNPR, Ingénieur Vale Manga (photo ci-contre) est expert en transport multimodal et en sécurité routière. Il a fait savoir, à cet effet, que la finalité était de réduire le taux d’accidents de route sur la population scolaire. « Dès qu’on sort de la maison, c’est le code de la route qui nous prend en charge », a-t-il relevé. Et d’ajouter : la sécurité routière est une affaire de tous, et tous doivent mettre la main à la pâte. Nous devons changer de comportement, en apprenant aux plus petits les généralités de la sécurité routière. C’est notamment ce qui explique la réédition du manuel intitulé : « Le code de la route de l’écolier ».

« Ce document est aujourd’hui inexistant dans les librairies. Ainsi, pour donner à l’enseignant les informations utiles à l’enseignement du civisme routier, il nous a paru nécessaire de rééditer ce manuel. Il est vain de préparer nos enfants à la vie, si on ne leur apprend pas le moyen de la conserver », lit-on dans la préface du président de la CNPR.

Un manuel en quatre parties illustrées pour familiariser l’écolier au code de la route

Les causes des accidents sont notamment liées à l’imprudence et à la méconnaissance du code de la route. Il faut mettre un terme à cette hécatombe, poursuit le préfacier. Pour cela, nous devons apprendre à nos enfants dès leur plus jeune âge à connaître les dangers de la circulation routière et les règles qui régissent celle-ci. C’est en leur apprenant dès leur enfance les règles essentielles du code de la route qu’ils deviendront plus tard des automobilistes prudents, des piétons avisés, de bons usagers de la voie publique. C’est pour faciliter cet apprentissage que la Commission nationale de prévention routière, CNPR a demandé l’introduction de l’étude du code de la route dans le cours  de civisme de l’enseignement primaire. C’est aussi la raison pour laquelle a été rédigé en 1987, un code de la route de l’écolier dont les trois volumes  destinés aux degrés  respectivement élémentaire, moyen et terminal.

Outre la préface, « le code la route de l’écolier » comporte quatre parties s’étendant sur 102 pages. La première partie, à l’usage du degré élémentaire, donne un aperçu sur la voie publique, les différents signaux routiers et les gestes du policier commis à la circulation routière.

La deuxième partie, pour le degré moyen, aborde les aspects suivants : la voie publique, je suis piéton, je traverse une chaussée, je traverse un carrefour, les signaux routiers.

Les points suivants sont développés dans la troisième partie, à l’usage du degré terminal : la voie publique, les signaux routiers, les carrefours et les annonces des manœuvres. Les rédacteurs ont apporté assez de détails sur le point relatif aux signaux routiers, pour des raisons évidentes : outiller l’enseignant et partant, élargir la connaissance de l’apprenant parvenu au degré terminal : les signaux d’avertissement de danger et ceux de réglementation qui comprennent des signaux de priorité, des signaux d’interdiction ou de restriction et des signaux d’obligation. Dans l’ordre des signaux d’indication, l’on distingue respectivement ceux de direction, de localisation, de confirmation, etc.

La partie annexe destinée à l’enseignant, contient des extraits du code de la route et d’autres signaux utilitaires.

 

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse