Clôture du mois de mars IFASIC : la femme appelée à se prévenir de certaines maladies

par -
0 943
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il s’est tenu hier, à l’Institut Facultaire de la Science de l’Information et de la Communication (IFASIC), dans le cadre de la clôture du mois de la femme, une conférence-débat, vidéo-forum, sous le thème : « comment assurer la prévention des maladies courantes pouvant causer l’absence des femmes dans les actions de développement durables ». Il s’agit particulièrement de la malaria, le VIH SIDA, les IST, le cancer de sein, le cancer de l’utérus et la tuberculose. Cela, dans le but de promouvoir l’autonomisation de la femme et d’aider celle-ci à se protéger contre les risques de certaines maladies.

Cependant, au cours de cette conférence, il a été dit par le recteur de l’IFASIC, M. Kithima que «  la femme est une expression divine. Elle est avant tout un être intrinsèque au travers l’éducation, l’instruction, etc ». Et dans un deuxième temps,  « la femme a la connaissance d’elle-même, du prochain, de l’autrui. C’est ce qui fait d’elle un être magnifique. Cet être a la liberté de sens, de l’observation et de l’analyse ». Ce se sont là les cinq exploits de la femme. Et de poursuivre, « la femme a la facilité d’adopter l’attitude du format de l’information, c’est-à-dire : qui, quoi, quand, comment, où, à quel effet. Cela dans la mesure où, la femme est toujours capable d’analyser les faits autour d’elle. Cette femme est capable de restituer, de rendre l’information dans les moindres détails,… ce sont là les quatre dimensions épistémologiques de la femme. Cet être est actrice principale de l’éducation. D’où elle est une créatrice très magnifique. », a-t-il conclu.

Pour arriver à l’autonomisation de la femme

Selon Mme Chantal, représentante de OCHA, « le principe de l’autonomisation de la femme vise à donner à celle-ci des moyens de jouir de tous ses droits et sur tous les plans. Et pour arriver à l’autonomisation de la femme, on peut intervenir lors d’une crise de l’humanité ; car celle-ci est une aide, une solution pour l’humanité. Cette femme est toujours capable d’apporter une solution face à un problème qui se présente dans son foyer et dans toute l’humanité. Par exemple, lors de la crise de l’humanité, la femme trouve toujours des mécanismes à faire survivre son foyer, et c’est de même pour toute l’humanité », a-t-elle affirmé, avant d’ajouter : « Mais cruellement, en RDC on assiste à une crise qui date de longtemps. C’est l’exclusion de la femme dans la prise des décisions. »

Toujours au cours de cette conférence, Mme Bayedila Espérance, a présenté l’instruction comme facteur de l’autonomisation de la femme. Pour elle, « c’est grâce à l’instruction de la femme qu’on peut devenir autonome dans son foyer et dans toute l’humanité ». En effet, pour l’oratrice, l’autonomie de la femme voudrait qu’elle soit responsable de son destin et de son avenir. Qu’elle ait la liberté de choix, des répartitions de taches au sein de la société dont elle fait partie, et cela dépend des rapports de genres. Ainsi, le genre, c’est un système de penser, de structurer, de déterminer les êtres humains, et non une confrontation notre l’homme et la femme. D’où,  « la femme doit devenir autonome pour briser les barrières qu’on peut trouver dans la société, cas du sexe ». Et quand celle-ci est instruite, on ne parlera plus de son sexe, mais de son savoir-faire, de sa personnalité. Cependant, les parents doivent envoyer les enfants à l’école, filles et garçons sans exceptions, pour apprendre à devenir autonomes. »

Modes la prévention des maladies qui peuvent causer l’absence de la femme dans les actions de développement durable

En croire Mme Beya, l’hygiène corporelle et de l’environnement sont les éléments le importants de luttes contres plusieurs maladies pouvant empêcher la femme à entrer dans les actions de développement durables. Sur ce, « la femme doit bien observer son hygiène de tout le jour. C’est-à-dire  bien brosser les dents, bien se laver le corps dans les normes de l’hygiène, et pour chaque femme avoir son propre seau et utiliser deux seaux pendant le bain. Dont l’un pour se laver le corps et l’autre pour le bain des organes génitaux.

Cela pour éviter les multiples infections. Toujours dans cet angle, le docteur junior, le cancer de l’uterus et du sein sont aussi des maladies courantes qui freinent le développement de la femme. Et les méthodes préventives sont, pour le cancer de l’uterus, que la femme doit observer l’abstinence pour éviter d’être contaminée, car le cancer de l’uterus est une maladie sexuellement transmissible. Eviter aussi les rapports sexuels précoces, et toute manipulation du col uterus, par exemple : les avortements répétés, etc.

« La santé n’a pas de prix », dit-on. Il faut que la femme soit son propre médecin, en évitant tout facteur de risque qui pourrait l’empêcher de vivre sa vie en toute bonté et de lui constituer une menace pour être autonome et d’accéder à son autonomisation durable afin de se développer.

(Charlie Muepu/Stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse