Clôture du mois de mars: FINCA au chevet des femmes vulnérables de Kinshasa

par -
0 1032
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Loin de leurs bureaux climatisés, les femmes de FINCA ont consacré la journée du 27 mars dernier à la descente sur terrain, afin d’assister les femmes vulnérables du Centre pénitentiaire de Makala et de la Maternité de Kingasani.

C’est justement dans le cadre de la clôture du mois de la femme que les employées de cette institution de micro finance, venues de plusieurs agences disséminées à travers la ville de Kinshasa, se sont rendues tour à tour au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK) et au Centre hospitalier de Kingasani chez les religieuses.

Concernant la première destination, sacs de riz et du sucre, bandes et papiers hygiéniques, des cartons de savons et boîtes de conserves, détergents,… ont constitué le clou de cette visite de plus de 30 minutes au Pavillon IX du CPRK où sont gardées des détenues femmes. Serga Mawopesho, Gouvernante de ce pavillon, n’a pas manqué de mots pour remercier la charité manifestée par les employées de cette institution. Elle a promis qu’elle ne manquerait pas d’ouvrir un compte, une fois sortie de prison.

Avant de quitter le Centre pénitentiaire, la délégation a été reçue par le Directeur du lieu, qui a applaudi de deux mains cette visite. Pour le Colonel Kabisa, puisque c’est de lui qu’il s’agit, « ce geste significatif tombe à pic, car la prison tend vers une rupture de stocks de riz », a-t-il témoigné.

« Nous encourageons le travail de la femme (…) »

La deuxième destination a été à Kingasani, dans la municipalité de Kimbanseke. Cela s’est effectué tandis qu’il pleuvinait. Le point de chute, le Centre Hospitalier de Kingasani, connu sous le nom de « Hôpital des sœurs ». Sur place, les religieuses de la congrégation des Pauvres ont présenté aux femmes FINCA la situation des mamans vulnérables, qui font partie des sortants retenus, souvent pour de modiques sommes.       Après études et débats, une dizaine de factures ont été honorées, à la grande satisfaction des bénéficiaires.

« Que Dieu vous bénisse », a scandé la délégué des bénéficiaires, la nommée Renate Lumengamu, en tourbillonnant après l’annonce de cette nouvelle, avant d’ajouter : « Elles ont décidé de venir décanter notre situation déjà difficile. Je me demandais comment et où j’allais trouver de l’argent pour m’acquitter et quitter l’hôpital ! ».

Un autre témoignage fort est celui d’une autre dame, qui s’est écriée : « le matin, j’ai regardé mes jumeaux et je leur ai dit : mes enfants, faites que votre papa trouve de l’argent pour qu’il vienne nous sortir d’ici, après deux semaines d’immobilisme. Et vous voilà, cet après-midi, vous avez payé, merci mes jumeaux, merci FINCA ! ».

C’est tard vers 18heures que la Directrice des Ressources humaines et chef de la délégation, Florence Milambo Kinzonzi a fait la restitution de la journée, se livrant au jeu de questions et réponses avec la presse.

« Nos actions visent les personnes les plus vulnérables. Le choix des femmes cadre aussi avec cette vision. Puisque c’est elle qui porte l’enfant pendant 9 mois, ce n’est pas facile. Quand elle accouche, elle a vite besoin de rentrer chez elle, pour partager cette joie avec sa famille. Mais malheureusement, il y a certaines personnes qui manquent même de petits montants pour honorer leurs factures. Pour nous, la fête ce n’est pas porter des pagnes ; mais plutôt aller partager le peu que nous avons avec ceux qui manquent », a-t-elle insisté.

Pour elle, l’objectif de ces actions, c’est de créer un monde amputé de personnes vulnérables.

Parlant de la parité au sein de cette institution de micro finance, Florence Milambo rejette le mot parité, pour reconnaitre que « la femme FINCA est un agent comme tout autre, elle a les mêmes obligations et les mêmes droits. Nous encourageons le travail de la femme comme on le fait avec les hommes », a-t-elle martelé.

(Onassis Mutombo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse