Clôture du mois de la femme, Présidence de la République : Le personnel féminin à l’école du leadership

par -
0 250
Le Dircab et le Dircaba entourés du personnel féminin de la Présidence/Ph. d’archives
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Qui commence bien, finit bien dit-on. Après avoir fêté avec faste le 08 mars, journée des droits des femmes, c’est par un atelier de formation que le personnel politique et administratif féminin de la Présidence de la République a bouclé de belle manière, le mois de mars, mois dédié à la femme à travers la planète.

Les assises organisées  sous l’initiative du  Directeur de cabinet adjoint du chef de l’Etat,  Mme Célestine-Hortense Mukalay Kionde ont eu pour magnifique cadre, la grande salle de l’hôtel Sultani. Se référant au thème choisi  cette année par les Nations-Unies à savoir, « les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50/50 d’ ici 2030 » et au thème national qui est « 50-50 à l’ horizon 2030, investir dans le travail décent et le plein emploi pour les femmes dans un climat de paix et d’ équité », cette formation d’une journée unique  a permis au personnel féminin travaillant à la présidence de la République d’acquérir des connaissances supplémentaires sur la notion du leadership de la femme  dans un pays où aussi bien la loi fondamentale, que le Garant du bon fonctionnement des institutions qui est  le chef de l’Etat, accordent une place prépondérante à la femme.

L’objectif de cette séance à la fois de formation et de sensibilisation était d’inciter les participantes à plus de compétitivité afin qu’elles ne soient plus simples spectatrices, mais plutôt véritables actrices sociopolitiques et économiques de premier rang. Un autre  but et non de moindre poursuivi par la Présidence de la République en organisant cet  atelier, était d’accroitre l’engagement réel, mais surtout l’implication des femmes pour développer la société, comme qui dirait «  Eduquer une femme, c’est éduquer toute une société ».

La femme sous-représentée en milieux professionnels

Cette formation a été animée de mains de maitre par le professeur Raoul Kienge-Kienge Intudi. Dans un exposé magistral, l’orateur a fait  un diagnostic  triste et sans complaisance  de la situation de la femme en Rdc. Il   a démontré sa faible  représentation  dans le monde du travail où le  nombre de femmes travailleuses est très insignifiant. L’orateur qui cite une enquête menée par le Quotidien L’Avenir parue dans son édition du mardi 02 mars, explique que la précarité de la situation économique des femmes fait que ces dernières restent majoritairement en marge des processus économiques. Le même journal parle également de la situation précaire de la plupart de femmes, la femme reste majoritairement en marge des processus économiques, nécessité de réveiller, de stimuler, d’accompagner et de responsabiliser les femmes, les femmes qui veulent l’amélioration de leur condition de travail doivent se battre, etc.

Au sujet du leadership qui constituait même la base de ces assises, le conférencier a déclaré que certaines personnes semblent être nées leaders, mais d’autres l’apprennent. Citant A. Havard dans son ouvrage intitulé : «  Le leadership comme idéal de vie », le Prof a invité les femmes de la Présidence à travailler en permanence sur soi-même et à créer habituellement des moments et des espaces de rupture ou de remise en cause personnelle pour actualiser sa vision et ses rêves. Il s’agit selon lui de rencontrer ou échanger avec des leaders, des gens positifs qui permettent d’ouvrir de nouveaux horizons. Il a recommandé à l’assistance de suivre aussi des formations, même sur internet pour mieux acquérir ces questions. Plusieurs exemples des gens qui ont tenté et réussi dans la vie ont été donnés aux participantes, question de bien illustrer la leçon du jour. Un exposé très applaudi qui a été suivi d’une pluie de questions auxquelles le panéliste, de surcroit professeur d’universités,  a donné des réponses satisfaisantes.

Il a par la suite expliqué qu’être leader,  c’est ne pas penser qu’à soi : on n’est pas leader pour soi ni par rapport à soi-même, mais par rapport aux autres qui trouvent les raisons de suivre le leader. C’est vouloir et savoir servir les autres de la meilleure manière qui soit (exigence de compétence) ; ne pas être à la traine (passive, amorphe, spectatrice) : qui attend tout des autres ; il s’agit d’être actrice (découvrir et accomplir sa vocation, se donner une mission et entrer en scène) ; ne pas subir les événements et les situations de vie de travail ; se remplir d’optimisme sur soi et sur les autres (voir toujours de bon côté de ces situations et des personnes).

Satisfecit de Mme Célestine-Hortense Mukalay Kionde

Prenant la parole devant un auditoire enthousiasmé,  Mme le Directeur de cabinet adjoint du chef de l’Etat a vanté les avancées réalisées par la République Démocratique du Congo dans le domaine de la parité et l’égalité des chances entre les hommes et les femmes. Pour Mme Célestine-Hortense Mukalay Kionde, comme dans d’autres pays à travers le monde, les combats contre les discriminations dont les femmes font l’objet ont permis à cette dernière de s’affranchir de toutes sortes des clichés qui l’empêchent d’émerger et d’être l’égale de son semblable homme.

« Il est incontestable que ces luttes ont porté des fruits et qu’un grand pas a été franchi par la femme dans la conquête de ses droit », se réjouit le Directeur de cabinet adjoint du président de la République.

Mais en dépit de cette satisfaction, Mme Mukalay note avec regret que la femme est toujours marginalisée dans le monde du travail. Ce qui selon elle, a inspiré les participants à la 61ème session des Nations-Unies à prendre un thème qui se rapporte à la réalité. Le thème retenu pour l’édition 2017 reflète la préoccupation d’un grand nombre de nations au sujet du taux élevé des femmes se trouvant dans une situation de précarité socio-économique.

Pour terminer son discours, Mme le Dircaba du chef de l’Etat a rendu un vibrant hommage au Président de la République pour sa vision tendant à la promotion des femmes RD Congolaises de manière générale et particulièrement, celles qui travaillent près de lui au cabinet.

Elle a formulé le vœu de voir les participantes à ces travaux influencer leur entourage par leur leadership afin que d’ici 2030, que l’objectif 50/50 ne soit plus un mythe. Pour rappel, cette formation fait suite à celle qui s’est tenue l’année dernière et qui portait sur «l’autonomisation économique de la femme ».

« Je formule le vœu de voir toutes les dames de cet auditoire influencer positivement leur entourage par leur leadership afin que d’ici 2030, l’objectif 50/50 soit atteint », a indiqué Mme Mukalay, avant de déclarer closes les activités du mois de la femme, édition 2017 à la Présidence de la République.

(Jean-Pierre Kayembe)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse