Clôture des trois journées portes ouvertes à l’ANAPI: Satisfecit du DG Anthony Nkinzo

par -
0 532
Au centre, le DG de l’ANAPI, entouré des partenaires de la BAD et de la Banque mondiale
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Lancées le 1er mars 2018 par le ministre d’Etat en charge du Plan, Modeste Bahati Lukwebo, c’est le Directeur général de l’ANAPI, Anthony Nkinzo qui a clôturé les trois journées portes ouvertes, à la grande satisfaction  de tous ceux qui posaient des questions pour savoir les réformes mises en place par ce service public de l’Etat congolais, afin d’améliorer le climat des affaires en République démocratique du Congo. Des élèves, des femmes maraichères, des administratifs, des Directeurs généraux, et des ministres trouvés sur le lieu n’ont pas caché leur satisfaction. Le DG de l’ANAPI se dit satisfait, parce que lorsque le secteur privé, principal bénéficiaire des réformes  confirme qu’elles sont bel et bien mises en œuvres, ou en application sur le terrain, elles sont reconnues et impactent les performances du pays dans ce rapport Doing Business.

Mission accomplie pour l’ANAPI, à travers son Directeur général Anthony Nkinzo qui a organisé de belle manière les journées portes ouvertes, du 1er au 03 mars 2018, afin de faire la promotion de l’ANAPI, promouvoir l’amélioration du climat des affaires et des investissements en Rdc. Selon le communiqué de presse publié à cet effet, ces journées étaient destinées à consolider l’interaction, l’apprentissage, le réseautage ainsi qu’une étroite collaboration entre les différents acteurs impliqués dans la mise en œuvre des réformes initiées par le Gouvernement de la République. Par la même occasion, ces journées ont permis au public d’obtenir des informations sur les différentes opportunités d’affaires du pays en matière d’investissement et les activités réelles de l’ANAPI en sa qualité d’organe conseil du Gouvernement central et des Gouvernements provinciaux en matière de promotion des investissements et d’amélioration du climat des affaires.

Voilà qui a permis à M. Dieudonné Boenga, Coordonateur du Projet d’appui au développement du secteur privé et à la création des emplois (PADSP-CE) de dire que son projet est le fruit de la coopération entre la Rdc et la Banque africaine pour le développement (BAD). Parmi les bénéficiaires, dit-il, l’ANAPI occupe une place de choix dans les objectifs lui assignés et c’est le sens même de l’accompagnement qui lui est accordé. « Quand vous prenez le volet création d’emplois, vous comprenez que l’ANAPI s’y retrouve. En amont, il faut l’assainissement du climat des affaires, ce qui va attirer les investissements, et créer ainsi des emplois », dit-il. Il a promis de soutenir l’ANAPI jusqu’à la fin de ce projet.

De son côté, M. Alain Traoré de la Banque mondiale  souligne que son institution ne peut qu’encourager la République  à mettre en œuvre les réformes visant à améliorer le climat des affaires. « Jusqu’à présent, l’impact des réformes n’a pas encore été reconnu et pris en compte dans la performance du pays dans les rapports qu’élabore chaque année le Groupe de la Banque mondiale, à travers le Doing Business qui mesure la qualité du climat des affaires dans 190 pays au monde », martèle-t-il, avant de renchérir que dans le cadre de l’assistance  technique que nous apportons au gouvernement à travers l’ANAPI, nous les avons conseillés de procéder à une vulgarisation des réformes pour qu’elles soient connues, en vue de leur validation. Et cette activité rentre dans la droite ligne de ce que nous avons toujours préconisé. Ils ont tout notre soutien, dit-il. Pour lui, les activités de sensibilisation de ce type pour promouvoir ce que l’ANAPI est entrain de faire, seront toujours accompagnées. Il a avoué qu’ils accompagnent d’autres pays qui mettent en œuvre les mêmes réformes. Car, lorsque le secteur privé confirme que les réformes sont bel et bien mises en œuvres, ou en application sur le terrain, elles sont reconnues et impactent les performances du pays dans ce rapport.

Pour sa part, M. Anthony Nkinzo, Directeur général de l’ANAPI qui a fait un tour des stands avec ses invités, s’est dit satisfait, surtout au regard de ce que la Banque mondiale a dit que les réformes qui ont été mises en œuvre vont impacter sur le classement de la Rdc. « C’est ce qu’on est entrain de rechercher. D’abord,  les réformes mises en œuvre sont celles existantes. Nous sommes satisfaits. L’engouement de toutes les classes sociales ici : les élèves, les maraichères, les administrations, les directeurs généraux, les ministres qui posaient des questions, nous nous disons qu’il y avait un intérêt réel », dit-il, tout en reconnaissant que le déficit communicationnel qui est entrain d’être rompu. Nous pensons que nous allons continuer, dans le cadre de la pérennisation dans les différentes éditions qui vont suivre, même la communication ciblée, pour parler de ce que les réformes ont apporté à ce pays.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse