Clôture des travaux hier au Palais du peuple: La Tripartite pour un calendrier électoral raisonnable et réaliste

La Tripartite CNSA-Gouvernement-CENI a pris conscience des realités du chemin critique des opérations qui vont suivre l’étape de constitution du fichier électoral, ainsi que les délais y relatifs jusqu’à la tenue des scrutins et l’installation des nouvelles institutions. La Communauté internationale et les partenaires doivent libérer les moyens financiers promis selon le protocole d’accord relatif au Projet d’Appui au Processus Electoral au Congo géré par le PNUD/PACEC.

Aux termes des travaux de la Tripartite Ceni-CNSA-Gouvernement sur l’évaluation du processus électoral, les trois institutions ont pris acte des conclusions qui en découlent, mais invitent la Commission Electorale Nationale Indépendante à rendre publique le calendrier électoral raisonnable, réaliste dans le plus bref délai. Ce délai oblige chaque partenaires au processus électoral de mettre la main à la patte de manière financière, en vue de rendre les élections possibles en République Démocratique du Congo.

Pendant trois jours, la Ceni, le CNSA et le Gouvernement ont planché sur les activités essentielles de la Commission Electorale Nationale Indépendante, en rapport avec le délai fixé de 504 jours susceptibles de produire un calendrier électoral.

Les participants ont pris acte de la clôture des opérations d’enrôlement des électeurs dans les 24 provinces et de la poursuite dans les provinces des Kasaï et Kasaï Central, comme dans les territoires de Kamiji et Luilu, dans la province de Lomami.

Ces travaux qui ont connu la participation des observateurs et experts nationaux et internationaux, de l’Union Européenne, de l’OIF, de la Monusco, de l’Union Africaine, de la République Sud-Africaine, de la SADC, du PNUD/PACEC, du CSAC et du Conseil National des Droits de l’Homme, à l’unanimté ont déclaré sollenellement qu’ils ont pris acte de la clôture de l’opération d’enrôlement des électeurs dans les 24 provinces et sa poursuite dans celles du Grand Kasaï, comme dans les deux territoires de la province de Lomami.

Par la suite, ils ont noté avec satisafaction l’engouement d’enrôlement de la popualtion à se faire enrôler jusqu’à hauteur de plus de 42 millions d’électeurs enregistrés à ce jour.

Par la suite, les participants à la tripartie ont exhorté la Ceni et le Gouvernement de la République, chacun en ce qui le concerne, à accorder le bénéfice de l’urgence au parachèvement de cette opération dans lesdites provinces pour que le fichier électoral soit dûment constitué.

Dans la foulée, les participants ont recommandé à la Commission Electorale Nationale Indépendante, en ce qui concerne l’élection présidentielle, de lancer d’idnetification et enrôlement des électeurs des Congolais de l’étranger, puis encourangent le Gouvernrement à poursuivre le financement du processus électoral et en assurer la sécurité, tout en fournissant à la Ceni les moyens logistiqsues disponibles.

Pour ce faire, les participants à l’évalutation du processus électoral ont remercié les partenaires techniques et financiers de la Rdc pour le soutien technique et l’appui logistique apporté à la Ceni. Ils lancent cependant un appel à ces partenaires de libérer effectivement les moyens financiers promis, conformément au protocole d’accord relatif au Projet d’Appui au Processus Electoral au Congo géré par le PNUD/PACEC.

En plus, ils ont invité particulièrement la Monusco à finaliser l’évaluation avec la Ceni des besoins en appui logistique, et à fixer cette dernière quant à la hauteur et aux modalités de son appui.

S’agissant de l’adoption des instruments juridiques, les participants ont recommandé au Parlement de la République Démocratique du Congo de donner priorité d’une part à l’examen et à l’adoption de la loi électorale, ainsi que son annexe portant répartition des sièges, et d’autre part, d’examiner en urgence la loi organique portant organisation et fonctionnement du Conseil National de Suivi de l’Accord et du Processus Electoral.

Il faut dire que les participants des trois institutions et les experts ont rappelé au Gouvernement de la République son engagement à trouver, avec le concours du Conseil Supérieur de la Magistrature, des solutions idoines, en perspectives de la gestion du contentieux électoral, tout en exhortant les Chefs coutumiers, les confessions religieux, la société civile, les Partis Politiques signataires ou non de l’Accord du 31 décembre 2016 à vulgariser et application dudit Accord.

Pour ce faire, ils ont pris conscience des realités du chemin critique des opérations qui vont suivre l’étape de constitution du fichier électoral, ainsi que les délais y relatifs jusqu’à la tenue des scrutins et l’installation des nouvelles institutions.

Compte tenu de ce diagnostic et tableau du schema critique de la Ceni, les participants ont formulé une demande au seul organe habilité à organiser les élections, conformément à la Constitution ; à sa loi organique et aux dispositions pertinentes de l’Accord du 31 décembre 2016, de publier le calendrier électoral réaliste, tout en encourageant le CNSA à continuer à jouer pleinement son rôle conformément aux dispositions pertinentes de l’Accord du 31 décembre 2016. Enfin, les participants ont lancé un appel patriotique à toutes les parties prenantes au processus électoral et à l’ensemble du peuple congolais à soutenir et accompagner le processus électoral en cours jusqu’à la tenue effective des élecrtions.

Peu avant le discours de clôture du Premier ministre, Bruno Tshibala, le Conseil National Suivi de l’Accord et du Processus Electoral représenté par Joseph Olenghankoy, le Gouvernement de la République représenté par Emmanuel Ramazani Shadari, Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et la Commission Electorale Nationale Indépendante, représentée par Corneille Nangaa, ces trois institutions ont apposé leurs signatures sur le Communiqué finale sanctionnant la clôture des travaux de l’évaluation du processus électoral. Un bémol a failli gacher la clôture des travaux, en ce que le Président du CNSA aurait souhaité que les chefs des corps, entendus Joseph Olenghankoy, Bruno Tshibala et Corneille Nangaa apposent leurs singatures sur le document, en lieu est place du Vice-Premier ministre de l’Intérieur et Sécurité. Plus de peur que de mal, Emmanuel Shadary a signé sur ordre du Chef du Gouvernement.

(Pius Romain Rolland)

Ci-dessous, l’intégralité du Discours du Premier ministre à la clôture de la tripartie :

Discours de SEM le Premier ministre lors de la cérémonie de clôture des travaux d’évaluation du processus électoral par le Gouvernement, la CENI et le CNSA au Palais du Peuple (Kinshasa, mercredi 18 octobre 2017)

 

Honorables Députés et Sénateurs

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement

Monsieur le Président de la Commission électorale nationale indépendante

Monsieur le Président du Conseil national du suivi de l’Accord et du processus électoral

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs des missions diplomatiques

Mesdames et Messieurs les Représentants des organisations internationales et des Agences du Système des Nations Unies

Distingués Invités

Mesdames et Messieurs

C’est encore avec un immense plaisir que je m’adresse devant cette auguste assemblée, pour la deuxième fois dans l’espace de cinq jours, à l’occasion, cette fois-ci, de la présente cérémonie de clôture des travaux de la deuxième évaluation du processus électoral par le Gouvernement, le CNSA et la CENI.

En effet, ouverts le samedi 14 octobre dernier dans cette même salle du Palais du Peuple, les travaux de la deuxième évaluation du processus électoral en cours dans notre pays par le Gouvernement, le CNSA et la CENI s’achèvent aujourd’hui.

Conformément à l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016, les trois institutions que je viens de citer, assistées par leurs experts respectifs, et en présence des partenaires multilatéraux de la RDC, ont procédé à une évaluation sérieuse et sans complaisance de l’état d’avancement du processus électoral en cours.

Les participants ont travaillé avec assiduité, rigueur intellectuelle et dévouement pour identifier les progrès déjà réalisés et les activités qui restent encore à accomplir sur le chemin qui mène notre peuple vers les élections crédibles, transparentes et apaisées.

Les travaux d’évaluation du processus électoral ont permis d’aboutir aux conclusions et recommandations pertinentes consignées dans le Rapport final et le Communiqué final qui viennent d’être lus en plénière.

C’est ici le lieu pour moi de présenter mes très sincères félicitations à tous les participants pour avoir produit un travail de grande qualité en vue de permettre à la CENIde recadrer le processus électoral en cours qui doit connaître, à court terme, des avancées significatives.

Comme je l’avais indiqué dans mon discours d’ouverture le samedi 14 octobre dernier, la CENI dispose maintenant, à l’issue de ces travaux d’évaluation, de tous les éléments nécessaires pour préparer et publier, dans les plus brefs délais, le calendrier électoral en vue de paver et de baliser le chemin qui va conduire le peuple congolais vers les meilleures élections de l’histoire récente de notre pays.

A mon avis, le futur calendrier électoral dont nous souhaitons les publications dans les meilleurs délais doit être réaliste.

Mesdames et Messieurs

Je ne cesserai jamais de le répéter : le Gouvernement d’union nationale a une mission principale, pour ne pas dire l’unique mission. Il s’agit de l’organisation au cours des prochains mois des élections crédibles, transparentes et apaisées en RDC.

A cet égard, comme je l’ai souvent répété, l’ambition de mon Gouvernement est d’offrir au peuple congolais les meilleures élections de l’histoire récente de notre pays. Le régime démocratique et républicaine que nous avons choisi pour notre développement et notre vivre ensemble ne peut s’enranciner dans notre société que par la tenue des élections à intervalles réguliers et qui crédible et transparentes.

C’est pourquoi, mon Gouvernement fera tout ce qui est possible pour remplir toutes ses obligations en rapport avec l’organisation des prochaines élections, telles qu’elles sont prévues dans l’Accord politique du 31 décembre 2016 et rappelées dans les conclusions et recommandations des travaux de la deuxième évaluation du processus électoral.

J’espère que la communauté internationale fera de même en ce qui concerne ses propres engagements qu’elle a souscrits en vue d’apporter son soutien matériel et financier au processus électoral en cours dans notre pays.

En attendant la publication imminente du calendrier électoral, je lance un appel à tous les Congolais de rester calmes, de défendre la paix, la stabilité, la concorde nationale et la jeune démocratie congolaise en mettant l’intérêt général au- dessus des intérêts partisans et égoïstes.

Nous devons tous montrer à la face du monde que nous sommes un peuple mûr, responsable et capable de prendre son destin en mains dans la justice, la paix et le travail.

Que vive la République Démocratique du Congo !

Que Dieu bénisse le peuple congolais !

Sur ce, je déclare clos les travaux de Sa deuxième évaluation du processus électoral par le Gouvernement, le CNSA et la CENI

Je vous remercie

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse