Clôture des travaux du Dialogue politique: Les délégués et participants saluent l’avènement d’un climat apaisé

par -
0 399
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La longue marche de 49 Km vers la Cité de l’Union africaine partie du jeudi 1er septembre au 18 octobre 2016, prend fin. Les délégués au Dialogue ont salué dans la sérénité, la convivialité et la fraternité l’Accord politique signé entre autre par la Majorité présidentielle, l’Opposition politique, la société civile et bien sûr, les personnalités politiques. Ci-dessous, les réactions des délégués, après la signature dudit Accord, sous l’œil encourageant de la communauté internationale.

Emmanuel Ramazani Shadari (SGA et député national PPRD)

Je crois que le peuple congolais est sorti victorieux, parce qu’aujourd’hui, nous avons un cadre du processus électoral qui est bien connu ; nous savons qu’à la fin du mois de juillet de l’année prochaine, l’on aura terminé avec le fichier électoral. Nous savons également qu’au 30 octobre, intervient le début de dépôt des candidatures; Six mois après, l’on pourrait organiser les élections des députés nationaux, provinciaux et du Président de la République. C’est une avancée significative parce que nous avons un chronogramme accepté par tous et de manière consensuelle.  Ce qui n’a pas été le cas du chronogramme de ce qu’on peut appeler le déroulé du calendrier électoral, et nous savons aussi que les institutions vont fonctionner dans le respect de la Constitution.

Nous avons commencé par réitérer notre engagement profond à ne pas violer un seul article de la Constitution. Le Président de la République demeure en fonction parce que c’est le respect de l’article 70, parce qu’il n’y avait pas eu élection. Le Président de la République dans ce pays entre  par les élections, on y sort par un autre président élu. Le reste c’est de la mascarade et ce n’est pas facile ; mais nous sommes dans la ligne droite du respect de la Constitution. Mais également, nous avons parlé des questions sociales, le vécu quotidien de la population. Nous avons dit que le Gouvernement qui sera mis en place, au-delà des questions du processus électoral, doit s’occuper du vécu quotidien, c’est un gouvernement qui dirige la République ; donc le pays. Mais ça ne sera pas facile, il faut songer à l’amélioration des salaires des fonctionnaires, des militaires, des policiers. Donc, dans l’ensemble les questions qui concernent le vécu quotidien de la population. C’est une bonne chose et dans les jours qui viennent, si tout marche bien, l’on verra la mise en œuvre de l’Accord par l’installation du Comité de suivi; par la mise en place du Gouvernement d’Union nationale.

Il faut dire que c’est très capital pour la suite du processus. Car l’Accord est resté ouvert pour d’autres Congolais qui ont posé des conditions qui n’étaient pas au Dialogue, ceux qui s’intéresseront, pourront lire l’Accord. S’ils veulent adhérer, l’on va marcher ensemble. Notre objectif, c’est que demain, l’on organise des élections libres, crédibles, démocratiques, transparentes et apaisées. Il ne faudrait plus qu’il y ait des élections contestées au fur et à mesure. Je crois que nous venons de baliser le chemin, et nous avons donné les pistes de ce processus, même si l’on n’a pas donné le boulevard, les pistes sont déjà là ; mais il faut que les autres viennent pour que chacun donne sa contribution au travail qui est fait par les Congolais.

Concernant les impondérables, nous avons tout prévu. Le travail qui a été présenté par la Ceni  répond à un schéma critique, c’est-à-dire il faut que tout marche normalement, que tout le moyen arrive à temps. S’il y a de petits couacs ou des impondérables, l’on sera conséquent. Mais, les recommandations ont été faites pour que tout le monde s’implique, il faut la volonté collective; l’implication de tout le monde sans exception pour que tout marche normalement.  Nous, de la Majorité, dans mon parti le PPRD, sommes prêts à donner notre contribution pour que le délai soit respecté.

Nicolas Akpanza Mobuli (député national MLC et président REPEQ)

Oui, cet Accord a de la chance d’être appliqué, parce que j’ai assisté à toutes les étapes du Dialogue, dès le début des travaux préparatoires, jusqu’à la clôture. Bien entendu, dans un processus, il y a toujours des écailles; il y a des essaies-erreurs. Nous avons surmonté tout ce processus pour atteindre l’objectif que nous nous sommes assignés. La journée d’aujourd’hui, en ce qui me concerne, c’est une apothéose ;  une victoire qui a fait la fierté du peuple congolais dans ce sens qu’il y a des gens au début qui n’avaient pas confiance en la réussite de ce forum. Mais, ça devient une chose évidente, une  réalité, j’ai la conviction que nous allons obtenir ce que nous cherchons à partir de la signature de l’Accord, c’est-à-dire la formation d’un gouvernement d’union nationale  qui va booster l’économie ainsi que  le développement de ce pays. Je crois qu’avec la confiance en ce dialogue, la confiance aux animateurs du prochain gouvernement, nous allons sortir de l’ornière dans laquelle nous nous trouvons maintenant.

Le Rassemblement a droit de pouvoir s’exprimer; de manifester et de faire entendre sa voix. Mais ce que nous venons de faire, c’est sous la bénédiction non seulement du Président de la République  Joseph Kabila,  mais également  l’appui de l’Union africaine; du Conseil de sécurité des Nations-Unies à travers sa résolution 2277. Ce dialogue a connu la direction d’une éminente personnalité désignée par l’Union africaine, à savoir Edem Kodjo. Mais, faire en sorte d’espérer un deuxième dialogue qui viendrait balayer d’un revers de la main ce que nous avons fait, j’estime que cela ne sera pas facile. Il faut user de la force d’Hercule pour y parvenir. Cela impliquerait un autre facilitateur, ce qui ne sera jamais facile. Le lieu de la rencontre; et qu’il faut se réunir sous la bénédiction de ce même gouvernement, d’un Président de la République qui a signé l’Accord, ou ça sera à une éventuelle initiative privée de ceux-là qui prétendent chercher un dialogue qui tomberait  du Ciel ? C’est de l’utopie !

Alphonse Ngoyi Kasanji (Gouverneur PPRD du Kasaï Oriental)

J’ai le sentiment de  joie immense pour avoir signé cet Accord. Dans la mesure où, la classe politique congolaise a prouvé qu’elle peut se dépasser pour l’intérêt supérieur de la Nation, dans l’intérêt de la paix. L’opposition, la Majorité, la société civile, nous avons discuté longuement, et aujourd’hui, nous avons conclu. Une conclusion qui favorise la paix,  dégage un consensus qui permet que les ayants-droit, ceux qui ont atteint l’âge majeur puissent participer au processus électoral et voter. Donc, ceci est un acte historique pour la nation congolaise ; un acte qui restera gravé dans les annales de la nation congolaise.

Il faut dire, en ma qualité de premier citoyen du Kasaï oriental, que cet accord sera bel et bien vulgarisé, les Kasaïens vont s’approprier cet Accord, c’est leur Accord. Ma présence en témoigne ; elle prouve à suffisance que le peuple kasaïen est représenté.

Quant à la situation qui prévaut dans ma juridiction, précisément dans le territoire de Kabeya Kamwanga, il y a eu des miliciens dit de Kamwena Nsapu, dont la plupart originaires de Kabeya Kamwanga. Ces miliciens ont eu foi aux forces fétichistes en les emportant auprès de Kamwena Nsapu et que dans ce territoire, il y a eu des chefs coutumiers impliqués dans cette histoire qui a endeuillé des familles, et ont fait croire aux porteurs de fétiches qu’ils sont invulnérables et qu’ils pouvaient prendre le pouvoir en tuant des policiers, des militaires. Le jeudi, ils ont fait leur opération dans la cité de Kena Nkuna en incendiant le siège du territoire, la police, l’ANR, la DGM, le parquet et la Ceni. Ils se sont attaqués aux forces de l’ordre. Là-dessus, nous regrettons qu’il y ait eu des morts dans leur rang, au nombre de 12 et 4  dans le rang de nos forces de l’ordre. A ce jour, je peux vous dire que la paix est revenue tout en regrettant la barbarie, le comportement de nos chefs coutumiers qui sont interpellés et seront à la disposition de la justice pour répondre de leurs actes. Beaucoup se sont enfouis dans la brousse, mais j’ai foi qu’ils seront arrêtés.

Justin Bitakwira Bihona Hayi (député national, président national de l’ARCN)

Nous avons été au cœur du soutien à ce dialogue dès l’appel du Président de la République Joseph Kabila. Et beaucoup n’y croyaient pas pendant que nous y croyons avec conviction et je disais même que si je ne suis pas présent physiquement au comité préparatoire et au Dialogue, j’y serais par l’esprit. Nous voici. Donc, la cérémonie de clôture de ce mardi 18 octobre n’est qu’un couronnement d’un aboutissement heureux par la signature de l’Accord politique qui lie, désormais toute la classe politique congolaise, parce qu’il n’y aura pas un deuxième dialogue qui va mobiliser autant la communauté internationale.

Cet Accord un pacte et quand quelqu’un viole un pacte il s’auto-maudit c’est-à-dire, la Majorité doit respecter ce pacte, l’opposition va respecter ce pacte ; le Chef de l’Etat doit respecter ce pacte, dans le cas contraire, la malédiction va se verser sur la République.

Quant aux impondérables, je crois que nous courons derrière le temps. C’est comme quelqu’un qui roule avec sa voiture et qu’on lui annonce qu’à 10 Km, il aura un accident, au lieu de ralentir, il accélère la machine. Nous, on nous a déjà prévenus qu’il y aura accident le 19 ou le 20 décembre.  Nous devons nous comporter en responsables. Et s’il y a des impondérables, ça dépendra, s’il y a des cas de force majeure, nous ne le souhaitons pas, nous sommes des hommes, nous allons régler  nos problèmes comme nous venons de le faire.

La chance que l’Alliance pour la République et la Conscience Nationale donne à cet Accord, je pense qu’elle est précurseur du Dialogue, et je m’en félicite et nous savons que cet Accord sera respecté par toutes les parties. J’ose croire que le Président de la République doit comprendre que ce n’est pas le temps qui court derrière le pays ; c’est le pays qui court derrière le temps. Tel est mon conseil.   Pour ce faire, je dénonce le groupe d’une certaine classe politique qui se complaise à abroutir nos enfants par leur appel à la ville morte, alors que certains d’entre eux ont étudié avec l’argent de la République dont leur apport politique est mitigé à la République. Je plaide au renouvellement de la classe politique puisque moi Bitakwira, à 70 ans, je serai chez moi au village faire le champ. Ce qui est le contraire de certains qui ont tout bénéficié de la République, sans rien offrir à la République sinon, les contestations et l’abrutissement de nos enfants avec des appels à la ville morte qui ne profite à personne.

Lambert Mende Omalanga (Ministre de la Communication et président national de la CCU/MP)

Connaissez-vous un pays qui n’a pas de tensions ? J’ai fait le tour du monde, je ne  connais pas un seul pays qui n’ait pas de tensions. Il y a des tensions partout, nous sommes venus ici régler une tension qui a rapport au processus électoral. Nous avons estimé que la meilleure façon de la régler ce n’est pas en brûlant vif des policiers ni en violant des gamines sur la route de l’école. C’est en nous mettant autour d’une table, en écoutant les experts comme nous avons écouté la Ceni, l’OIF et les Nations Unies, et en prenant des décisions pour que nous ayons des élections apaisées et en temps voulu. C’est ce que nous avons résolu !

Quant aux impondérables que vous soulevez, je pense que nous nous en sommes tenus au strict respect de la Constitution puisque tout ce que nous avons décidé l’a été sur base des consultations avec la Commission électorale nationale indépendante qui, dans le droit positif congolais est la seule institution habilitée à donner des dispositions relatives au calendrier des élections. La Ceni a dit que c’était possible moyennant quelques aménagements et s’il y a un impondérable, notre commission de suivi écoutera la Commission électorale nationale indépendante et les dispositions seront prises en ce moment-là. La Ceni a estimé moyennant quelques aménagements, les choses pourront être réglées dans ce délai-là. Nous faisons confiance à la Ceni.

Quant au cahier de charge du Rassemblement, je ne suis pas porte-parole de ce mouvement ! Moi, je suis président fondateur de la Convention des Congolais Unis, membre de la Majorité présidentielle, je peux donc  vous parler de ce que la CCU pense.

Valentin Vangi Ndungi (Société civile interaction ONG/Kongo central)

Parlant de la victoire  à la signature de l’Accord, je dirais oui ! et non ! Oui pourquoi ? Parce que nous avons obtenu un compromis qui trace maintenant le chemin qui va permettre au pays organise les élections démocratiques, libres et transparentes, dans la mesure qu’on a obtenu un consensus pour le calendrier électoral. Mais, le pari n’est pas encore gagné, parce que l’Accord ne concerne pas seulement  nous, il faut encore  faire le gros du travail pour obtenir l’adhésion de la population congolaise à cet Accord.  C‘est quand le peuple va adhérer à l’Accord qu’il va se l’approprier, il ne sera pas manipulé. Le peuple attendra le moment venu qu’il y ait élection pour qu’il puisse se choisir ses dirigeants dans la paix. Il y a un autre élément qui est intéressant dans l’Accord, c’est qu’il a une ouverture pour ceux qui hésitent encore, qui attendent qu’il y ait un autre dialogue, ils peuvent venir avec des propositions qui seront prises en compte pour qu’ensemble, nous puissions organiser les élections.

En démocratie, le dialogue est à l’infini. Donc on n’arrête pas d’échanger pour se faire des concessions Mais, parler d’un autre dialogue en dehors de ce format, je ne sais pas pourquoi. Ça c’est de la mauvaise foi. Il faut dire qu’il y a des gens au départ qui ont compliqué comme l’a dit le Facilitateur Edem Kodjo. Je crois que le gros du travail vient d’être fait. C’est ne pas la première fois, même à Sun City, ceux qui sont les premiers a rejeter le dialogue sont les mêmes qui l’ont fait à Sun City, en rejetant alors  le Dialogue intercongolais. Ce n’est pas la première fois, on n’a jamais obtenu de consensus général en RDC. Il y a des gens qui s’engagent et les autres qui suivent progressivement.

(Propos recueillis par Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse