Clôture de la 32ème session de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA: Carton plein pour Fatshi

par -
0 573

De retour d’Addis-Abeba en Ethiopie où il a pris part à la 32ème session du sommet des chefs de l’Etat de gouvernement de l’Union africaine, entant que président élu de la République démocratique du Congo, Félix-Antoine TshisekediTshilombo est aujourd’hui l’homme le plus heureux. Car à en croire certains observateurs de la scène politique congolaise, le sommet de l’Union africaine a été l’occasion pour le nouveau président congolais de mener une véritable offensive diplomatique. Félix Tshisekedia multiplié les rendez-vous bilatéraux à Addis-Abeba, bien décidé d’obtenir un blanc-seing de ses pairs.
Mission accomplie, parce que les brouillards qui alourdissaient le ciel congolais ont fini par se dissiper, au grand bonheur du nouveau président et des Congolais. Plus personne ne se lèvera pour contester ce qui s’est passé en Rdc, d’autant plus que cela constitue une avancée démocratique majeure dont certains pays ne rêvent même pas.
Son entourage l’avait annoncé : l’escale éthiopienne devait servir à convaincre ceux qui ne l’étaient pas encore. Deux jours plus tard, Félix Tshisekedi a fait carton plein. Le président congolais s’est entretenu avec une dizaine de chefs d’Etat africains, dont les plus critiques sur le processus électoral congolais. Exemple avec le Zambien Edgar Lungu, à l’origine d’un communiqué de la SADC émettant des doutes sur les résultats du scrutin. Ou encore Paul Kagame, celui-là même qui avait convoqué une réunion d’urgence le 17 janvier à Addis-Abeba et demandé la suspension de la publication des résultats jusqu’à ce qu’une délégation se rende à Kinshasa. Oublié tout cela.
Lundi, Paul Kagame et Félix Tshisekedi se sont vus pendant deux heures, selon son entourage. Puis s’en est suivi un rendez-vous avec la représentante de l’Union européenne, Frederica Mogherini (mais aussi le Tchadien Idriss Deby Itno. ou encore le Sud-Africain Cyril Ramaphosa).
La stratégie est efficace. « Il faut aller de l’avant », affirme un responsable onusien. Même son de cloche du côté du ministre angolais des Affaires étrangères, qui analyse : « le processus électoral maintenant, c’est du passé ». Le candidat malheureux Martin Fayulu a bien tenté, via une lettre aux chefs d’Etat, de remettre le sujet du recomptage des voix sur la table. En vain. Félix Tshisekedi repart aujourd’hui auréolé de la reconnaissance de ses pairs.
Après cette confirmation de la légitimité tant interne qu’externe, il revient au président de la République de se focaliser sur ce qui préoccupe le plus les Congolais, l’amélioration de leur social. Ce social passe par des décisions courageuses qui doivent être prises, lorsqu’on sait le niveau de délabrement très avancé du tissu social.La relance du social, disons-le, ne pouvant être la conséquence d’une baguette magique, devra être trouvé dans les innombrables ressources que regorge le pays de Patrice-Aimery Lumumba.
La bonne gouvernance des ressources du sol et du sous-sol doublée de l’inclusivité de l’économie, la lutte contre le coulage des recettes publiques, la lutte contre l’impunité, … devraient permettre au peuple de se retrouver.
Qui a dit que Félix Tshisekedi ne prendrait pas demesures-phares pour frapper l’imaginaire des Congolais, mais aussi effrayer ceux qui avaient fait du détournement des deniers publics leur ‘’sport national’’ ?
JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse