Choléra : une réapparition à Likasi

par -
0 688
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La ville de Likasi dans la province du haut Katanga connait une réapparition du choléra. C’est lors de la réunion du comité urbain de sécurité de ladite ville sous la présidence du Dr Idesbald Petwe Kapande, en présence du Maire de likasi, lundi 18 janvier dans la salle des conférences du bâtiment de la marie, que le Maire de cette ville a été informé de la réapparition des cas de choléra à Likasi, a fait savoir l’Agence Congolaise de Presse ACP.

Selon les sources médicales de l’hôpital général de référence Daco, au moins une cinquantaine de cas de choléra avec deux décès ont été enregistrés pour la nuit de mercredi à jeudi derniers. Le conseil urbain de sécurité s’est dit préoccupé par cette situation et a demandé au médecin directeur de l’hôpital général de référence Daco de prendre des dispositions nécessaires pour éradiquer cette maladie. Le conseil urbain de sécurité a félicité les services de l’ordre pour avoir préservé la paix sur toute l’étendue de la ville de Likasi avant, pendant et après les fêtes de Noël et de nouvel an 2016.

Disons que le choléra est une infection intestinale aigüe causée par la bactérie vibrio cholerae. Il se propage souvent par la consommation d’eau et d’aliments contaminés.

La plupart des personnes infectées ne présentent aucun symptôme. Les personnes qui présentent des symptômes habituellement des diarrhées allant de légères à modérées, avec ou sans vomissement. Cependant, le traitement le plus important est de maintenir une bonne hydratation. Si la personne avec des signes est soignée rapidement, la maladie est rarement fatale. Dans les cas de choléra graves, les antibiotiques peuvent servir à raccourcir la durée de la maladie.

Le choléra survient surtout dans les régions du monde où les systèmes de filtration et purification d’eau sont inadéquats, où les pratiques d’hygiène sont pauvres, où il y’a surpeuplement et où il y’a l’absence d’eau et d’aliments salubres. Le risque de transmission du choléra peut être augmenté par l’interruption des systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement ou par le déplacement de populations dans des camps surpeuplés causés par les catastrophes.

D’après une étude, le choléra continue d’être présent dans de nombreux pays en développement, notamment dans les régions où les conditions de salubrité sont déficientes. La République démocratique du Congo est l’un de pays où jusque-là l’insalubrité bar son record. Les bactéries du choléra se rependent dans les selles d’une personne infectée. Elles peuvent se propager à d’autres personnes qui ingèrent des aliments et de l’eau contaminés. Le risque est faible pour la plupart des voyageurs s’ils ont une bonne hygiène personnelle et prennent des précautions en matière d’eau et d’aliment, même dans la région où l’éclosion de choléra est signalée. Les voyageurs les plus à risque sont ceux qui séjournent, travaillent ou habitent dans des régions où l’accès à des aliments salubres et à de l’eau potable est limité.

Il est très nécessaire de faire attention à ce que l’on mange et boit, bien laver souvent les mains et se faire toujours vacciner pour prévenir l’infection du choléra qui est dangereuse et coûte des vies.

(Clémence Kilondo)

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse