Chassé pour abus d’autorité: Kyungu wa Kumwanza interdit de parler au nom de l’Unafec

par -
0 821
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Chassé pour abus d’autorité et pour avoir enfreint aux statuts du parti, Gabriel Kyungu wa Kumwanza a été chassé du parti depuis le mois de mars 2015. Malheureusement, il continue à engager le parti dans l’opposition et dans le G7 sans base légale. Dans le but de remettre les choses en ordre, la nouvelle direction conduite par Marcel Ilunga Leu le met en garde, au risque d’encourir la sanction judiciaire.

A la suite de la diffamation relayée par une certaine presse au sujet du retrait des signes et symboles de l’Union Nationale des Fédéralistes du Congo aux anciens directoires par les instances dirigeantes du parti, le président Marcel Ilunga Leu a fait le point sur ces accusations teintées de faussetés, en éclairant l’opinion sur la gestion actuelle du parti, ses animateurs ainsi que les soubassements juridiques qui sous-tendent l’existence de l’Unafec. « Si nous vous avons fait venir aujourd’hui, c’est pour parler de cette agitation que vous constatez ce dernier jour dans les différents organes de la presse par rapport à la situation qui se passe à l’Unafec, mon parti politique », a annoncé M. Marcel Ilunga Leu, avant de préciser qu’ils ont été dans tous les directoires du parti, où ils ont enlevé tous les signes et symboles du parti. A ces propos, de tierces personnes les indexent de Kuluna, du fait qu’ils sont entrés dans leur droit, par rapport aux statuts du parti et pendant la journée, accompagnés des militants du parti, et ont enlevé ces symboles.

Dans un point de presse animée hier jeudi 21 avril 2016, à l’Hôtel El Patio de la Gombe, le Comité directeur de l’Unafec a circonscrit l’historique du parti et son fonctionnement, en ce que le premier président de cette formation politique membre de la Majorité présidentielle fut le défunt Honorius Kisimba Ngoyi. Après son décès, c’est la convention nationale du parti qui avait désigné Gabriel Kyungu wa Kumwanza à la tête de l’Unafec.

« Donc, Kyungu n’est pas le premier président, mais le deuxième. A cette occasion, Kyungu wa Kumwanza est devenu le Président de l’Unafec grâce aux résolutions de la convention qui a été tenue à Kinshasa, et plus précisement à la Fikin. Après cette convention, nous avions adressé ces résolutions là au ministère de l’Intérieur qui en avait pris acte. Il s’est fait malheureusement que Monsieur Kyungu wa Kumwanza dans sa façon de gérer l’Unafec, il s’est comporté en marge de notre statut dont il ne respectait plus. Le comité politique du parti l’a reproché de beaucoup de faits portés à sa charge. Il a été suspendu au mois de mars 2015 », a retracé le président du parti.

Malgré sa suspension, l’ancien président de l’Assemblée provinciale du Katanga a récidivé au mois de juillet 2015 par l’immoralité en dehors des normes des statuts du parti en engageant l’Unafec dans le G7. « Sur base de ça, il a été tout simplement exclu de l’Unafec. Avec cette exclusion, la convention du parti tenue à Lubumbashi a confirmé son exclusion et désormais, M. Kyungu wa Kumwanza ne peut plus engager le parti.

Ceci dit, la même convention qui l’avait porté à la tête du parti, et la même qui l’a déchu de ses fonctions. Ces mêmes résolutions, précise le Président du parti, ont été portées au ministre de l’intérieur qui les a analysé et pris acte. En outre, la lettre de la prise d’acte constitue une preuve que la direction actuelle dispose et fait valoir. « Dans cette lettre de la prise d’acte, le ministère de l’Intérieur me reconnait moi, Marcel Ilunga Leu, président national de l’Unafec. Dès lors, aucune personne ne peut se réclamer président du parti et continuer à engager l’Unafec », a-t-il souligné.

Kyungu risque d’être face à la justice

De ce fait, la lettre avait été adressée depuis le 09 février 2016 au Commandant de la Police pour lui signifier et demander que personne d’autre dans la ville de Kinshasa, ou dans les provinces, ne puisse engager le parti si seulement le Président élu, Marcel Ilunga Leu et délocaliser le directoire du parti de l’avenue de l’Enseignement, vers l’avenue Mpozo. « Nous avons écrit la même lettre adressée aux différents commissaires spéciaux, Lualaba, Tanganyika, Haut Lomami et Haut Katanga et partout ailleurs. Mais curieusement, nous avons constaté que M. Kyungu wa Kumwanza, en dehors de toutes ces correspondances dont il a eu connaissance, il continue à se réclamer Président national de l’Unafec », a-t-il déploré.

Cependant, pour couper court à tous ces amalgames, les militantes et militants du parti se sont mobilisés pour enlever les emblèmes, signes et symboles du parti, question d’éviter qu’ils soient ébranlés comme c’est le cas. « C’est ainsi que hier, nous avons pris la décision de descendre dans cette maison-là, l’ex-directoire de l’Unafec pour retirer tous les drapeaux ainsi que tous les signes du parti. Curieusement, on attend dans des chaines périphériques que ce sont les Kuluna qui ont enlevé, alors que nous avons été là pendant la journée, au vu et su de tout le monde », a précisé le Président, ajoutant également qu’au même moment les militants de l’Unafec du Haut Katanga ont enlevé les symboles au directoire de la commune de la Kenya, à  Lubumbashi.

Suite à ces accusations infondées de la part de ceux qui se réclament de l’Unafec, Marcel Ilunga Leu, et tout le comité de direction, mettent en garde M. Gabriel Kyungu wa Kumwanza sur tous les actes dont il est reproché comme l’usurpation de titre et qualité qu’il ne dispose plus, en ce y compris ceux qui lui sont apparentés, sous peine de saisir la justice. « Les inciviques sont ceux-là qui ne veulent pas respecter les lois de notre pays. A partir du moment où vous n’êtes plus reconnu président national, à partir du moment où vous ne pouvez plus engager le parti, de quel droit vous continuer à vous réclamer président du parti et garder les signes du parti?   Nous mettons en garde tous ces messieurs-là qui continuent à parler au nom de l’Unafec, bientôt ils vont faire face à la justice, parce que nous n’allons pas accepter ce comportement qui frise le manque de respect aux lois de la République », termine-t-il.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse