Chaque jour dès 12 heures: Trop d’embouteillages sur le Boulevard du 30 juin

par -
0 586
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Bien que réhabilité et modernisé sur fond propre du gouvernement de la Rdc depuis quelques années, la circulation sur le Boulevard du 30 juin continue à faire couler beaucoup d’encre et de salive. Comme cause, des panneaux de signalisation érigés sur cette voie routière sont tombés en panne en plus d’un lieu. Les agents de la Police de circulation routière commis sur ce tronçon routier se trouvent ne réunissent pas les moyens d’exécuter avec brio leur tâche quotidienne. Ils ne parviennent pas à arrêter cette hémorragie des embouteillages, le nombre des véhicules étant tellement accru. Les conducteurs de véhicules ne savent pas à qui faire entendre leurs cris de détresse.

Le Constat est amer

C’est vers midi, traité d’heure de pointe que plusieurs taximen ont du mal à se rendre en ville, et cela rend le transport très difficile. Les élèves qui reviennent des classes ne sont guère épargnés. Ils ne parviennent pas à trouver facilement le transport, pour retourner à la maison. Certains font les pieds jusqu’à l’endroit où la circulation semble être prenable.

Quant aux arrêts de bus, les privés ne savent plus où stationner. D’où, il faut répondre aux arrêts demandés, à ses risques et périls. Comme il y a une de l’incompréhension qui règne dans le chef de certains chauffeurs kinois, chacun est obligé de conduire en sa manière. Les agents de l’ordre sont journellement vexés par une présence abondante de véhicules, impossible d’affirmer ou d’infirmer se tous ces véhicules sont identifiés. A l’exemple des taxis communément appelés « ketch ». Raison pour laquelle, sur le Boulevard du 30 juin, l’on ne sait différencier des véhicules pour taxis et des véhicules des particuliers ou privés. L’on se rappellera qu’il y a un temps où l’autorité urbaine de Kinshasa avait exigé aux propriétaires de taxis et de minibus de décorer leurs véhicules aux couleurs du drapeau national. Une mesure qui est tombée qui est restée sans lendemain, à l’instar d’autres mesures comme la lutte contre le tapage diurne et nocturne. Une autre mesure était celle des plaques d’immatriculation propres aux taxis et aux minibus. Cette mesure non plus n’a pas produit d’effets. Les bonnes consciences appellent à la redynamisation de la gouvernance, pour rompre avec cette série de mesures en feu de paille, alors qu’elles pouvaient servir aux agents de l’ordre de différencier les taxis aux véhicules des privés.

Quid des panneaux de signalisation

Après la reconstruction et agrandissement du Boulevard Triomphal, plusieurs mesures ont été prises pour réguler la circulation sur ce tronçon routier. D’abord, les séparateurs en cordes. Une expérience qui n’a pas tellement réussi, car des accidents de circulation qui sont enregistrés ont conduit à la destruction de ces câbles. Peu après, une autre commande à l’étranger des panneaux de signalisation pour alléger la tâche à la Police de roulage. Tout au début, l’expérience semblait donner des résultats satisfaisants. Mais aujourd’hui, presque tous ces dispositifs sont tombés en panne. Sur le tronçon compris entre l’avenue Wangata et la grand-poste, toujours sur le Boulevard du 30 juin, que ces panneaux lumineux sont tombés en arrêt de fonctionnement. Ce désastre a entrainé de graves bouchons sur ce grand tronçon routier de la ville province de Kinshasa. Comme décrit ci-haut, c’est aux heures de pointe c’est-à-dire de midi à 14 heures, qu’il faut constater ces tampons qui pénalisent tous les usagers de cette route.

Eriger les robots roulages intelligents, une nécessité.  

A l’exemple de quelques avenues où les robots roulages ont été placés, l’on constate que la circulation est devenue plus ou moins aérée, même si ces robots tombent aussi en panne. Mais si les pièces de rechange pour les panneaux lumineux importés coûtent beaucoup d’argent, il convient de mettre à l’épreuve l’expertise congolaise. Un autre problèmes à résoudre, et non de moindre, c’est celui des éclairages publics érigés dans quelques grandes artères routières de la capitale. Car depuis un temps, plusieurs lampes sont déjà foutues et les autorités urbaines devraient remplacer par d’autres.

(Altesse Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse