CFE CONGO répond au Journal L’Avenir

par -
0 1019
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est avec beaucoup de peine et de regret que nous, la direction de CFE CONGO SARL, avons pris connaissance des contres vérités publiées dans les colonnes du journal l’avenir dans sa livraison du’ 25 septembre 2015 dans un article titré: «CFE-Congo serait-elle une entreprise fantôme?». Le contenu de cet article n’est rien d’autre que diffamation à l’endroit de notre société et au projet de la construction de la centrale hydroélectrique que nous menons et pour lequel le Gouvernement de la République nous a accordé une concession en date du 26 juin de l’année en cours.

CFE Congo Sarl n’est nullement une entreprise fantôme comme veut le faire croire cet article. Elle est immatriculée au registre de commerce RCCM : CD/KNG/RCCM/13-B-0051 ; identification nationale: 01- 83-N72059P; numéro d’impôt: A1302303T.

Ce projet a commencé en ROC, il ya 3 ans, d’abord situé au local 404 de l’immeuble Futur Tower au numéro 3842 sur le boulevard du 30 juin. Pour des raisons d’espace, après la signature du contrat, nous avons trouvé des bureaux plus spacieux que ceux de Futur Tower. Raison polir laquelle nous avons déménagé l’entreprise de Futur Tower à l’immeuble Golf View, bureau 4B au 4ème niveau de l’immeuble B, situé sur l’avenue Mont des arts n°67 dans la commune de la Gombe.

Sir Alves Enezio Rosa, Directeur exécutif de CFE Corporate ltd, n’est pas porté disparu comme veut le faire croire l’auteur de cet article infondé. Depuis la signature du contrat, sir Alves est venu au Congo à 3 reprises dans le cadre de suivi de la mise en œuvre du projet de Mbimbi. La preuve, sir Enezio a obtenu son visa d’établissement le 14 août dernier, soit 2 mois après la signature du contrat. Ce qui veut dire qu’à cette date, il était présent au Congo.

A titre d’information, nous portons à la connaissance de l’auteur de cet article, journaliste sous informé pétri de l’intention de nuire à l’image de marque de notre entreprise, que le même jour de la parution de cet article, Sir Alves était au Congo. Il n’est parti que le lundi 28 septembre par un régulier de TAAG. Sensé s’informer à la source, ce journaliste a fait fi de l’éthique et de la déontologie régissant la profession en imaginant des choses alors que son métier l’oblige à servir de pont entre sa source et son public.

Et la question qui taraude notre esprit est de savoir, de quel gré s’est-il permis de porter telles affirmations à l’endroit de ce projet si bénéfique pour la population de la nouvelle province du Kasaï sans nous contacter alors que nos portes ont toujours été ouvertes à la presse.

Le projet de la construction de la centrale de Mbimbi Mayi Munene se trouve maintenant dans sa phase exécutive, c’est au niveau du montage financier. CFE Congo travaille avec le Gouvernement de la République qui l’accompagne et lui fait confiance depuis le début. Et le Gouvernement travaille, de son côté, pour mettre à sa disposition la lettre de confort pouvant lui permettre de boucler la phase exécutive et passer à l’exécution du contrat comme convenu.

Le 25 septembre alors que le Monsieur était occupé à créer cette information mensongère cousue du fil blanc dans son laboratoire de nuisance, nous étions en pleine séance de travail avec le Gouvernement à travers le Ministère de l’Energie afin de booster et de faire avancer les choses dans un sens constructif pour l’intérêt de la République.

Quant aux propos diffamatoires se trouvant dans cet article se rapportant à la non rémunération des collaborateurs directs de Sir Alves, dont moi compris, nous ne trouvons pas utile d’en parler à la presse. Nos avocats s’en occuperont, car nous nous sommes sentis lésés. Cela a porté atteinte à notre dignité et à notre honneur.

Nous lançons un appel vibrant à tous les congolais de bon sens, à soutenir le chef de l’Etat ainsi que le Gouvernement de, la République dans leurs efforts quotidiens visibles d’améliorer le bien être du peuple congolais par l’amélioration de la desserte en énergie électrique. Ce projet ainsi que la présence des investisseurs étrangers de manière générale et brésilien en particulier est l’un des moyens qui permettront au Gouvernement d’atteindre cet objectif.

Nous condamnons tout acte de sabotage, et de découragement des investisseurs sérieux. Face à l’évidence de l’existence de CFE Corporate sarl, et de la fréquence des voyages de Sir Alves au Congo ainsi que de l’évolution positive du projet sous la houlette du Ministère de l’Energie, nous nous demandons l’intérêt que pouvait bien avoir M. Antoine BOLIA à saboter avec beaucoup de légèreté et d’inconscience professionnelle un projet si important pour la République? Comme pour dire que les ennemis de la RDC ne sont plus à chercher au loin car ils sont là avec nous, en voila un exemple éloquent.

Nous vous adressons cette mise au point et vous prions de la publier dans Ies mêmes conditions que l’article incriminé.                 .

Veuillez croire, Monsieur le Directeur de Publication, en nos sincères sentiments patriotiques.

 

Christian Khenda Nyanga

Point focal CFE CONGO

NDLR

Le Groupe L’Avenir remercie la direction de CFE CONGO SARL pour les éclaircissements coulés dans un droit de réponse. Si cette entreprise qui a signé un contrat de concession avec le Gouvernement de la République s’est sentie lésée, qu’elle veuille bien en excuser le Journal, parce que l’objectif pour le journaliste était d’en savoir un peu plus sur le début effectif des travaux pour la construction de la centrale de Mbimbi Mayi Munene.

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse